Fullmetal Alchemist Perfect – Tome 2


Une fois à Central City, les deux frères Elric font la connaissance des deux personnes qui deviendront leurs plus précieux alliés : Roy Mustang alias l’alchimiste de feu, et le débonnaire Louis Armstrong, colosse au cœur tendre ne manquant jamais une occasion de se déshabiller pour dévoiler son imposante musculature. Mais pour nos héros, il s’agit surtout de commencer leurs investigations tandis qu’un mystérieux alchimiste est soupçonné de réaliser des expériences interdites sur des humains. C’est d’ailleurs au cours de cette première enquête qu’ils font la connaissance de leur plus redoutable rival, le terrifiant Scar ! Vengeur ténébreux et mystérieux, ce dernier sème la panique sur la capitale, exécutant de sang-froid tous les alchimistes d’État qui lui barrent la route.


Me voici de retour avec une petite chronique du tome 2, on reprend l’histoire avec le combat entre les frères Elric et Scar, un mystérieux tueurs en série, qui a une dent contre les alchimistes d’état. Comme pour le premier tome, je vais découper cette chronique suivant les différentes partie du tome.


Dans la première partie de ce tome apparaît pour la première fois l’un de mes personnages préférés de la saga, j’ai nommé Alex Louis Amstrong ! Quoi de mieux pour le présenter qu’un magnifique combat entre lui et Scar. Très clairement, il s’agit d’un personnage badasse certes, mais je pense que sa fonctionnalité principale est de faire rire. Il n’en reste pas moins un alchimiste d’état extrêmement fort, mais il est également une personne avec un fort sens de la justice. Son combat contre Scar est juste magnifique graphiquement, sa tendance à se dessaper un peu comme Grey de Fairy Tail le rend encore plus comique, surtout quand il rajoute ses poses de bodybuilder. Pour le définir simplement, il s’agit du préjugés que l’on peut avoir des britanniques couplés à un bodybuilder (en tout cas il me fait penser à ça ahah).

On apprend également qu’une grande guerre d’extermination a eu lieu à l’est du pays envers le peuple d’Ishval, guerre au cours de laquelle les alchimistes d’état ont été forcés de tuer des milliers d’innocents. On découvre que Scar serait un rescapé de ce peuple et qu’il réaliserait ainsi une sorte de vengeance, même si celui-ci préfère dire « purification ».

Suite à leurs combats, Ed et Al doivent faire quelques réparations et partent donc vers leur ville natale Resembool. Lors d’un arrêt, ils croiseront un personnage que Louis reconnaîtra et qui leur en apprendra un peu plus sur cette fameuse guerre et les choses horribles qui s’y déroulait, celui-ci indiquera également où ses documents de recherches sur la pierre philosophale sont cachés. Choses que les ennemis avec un symbole étrange sauront également (je sais sa signification, mais pas de spoil).


Pour le deuxième partie, elle se partage entre la réparation des deux frères et les recherches à Central City.

Resembool est le village natal des frères Elric, il se trouve en campagne et fait sûrement référence au passé de l’auteure qui est également originaire de la campagne. Il s’agit du point d’origine de l’aventure de nos deux protagonistes, ils y retournent afin de se faire réparer par leur amie d’enfance, qui a conçue elle-même la jambe et le bras d’Edward. Ce passage est sûrement le plus tranquille depuis le début de l’aventure, et permet de faire une pause dans l’aventure, mais également de découvrir, via un flashback, une nouvelle partie du passé des deux frères. Via cette partie on apprend que le passé de Winry (leur amie d’enfance), n’est également pas tous rose, orpheline depuis presque aussi longtemps qu’eux, elle est élevée par sa grand-mère.

D’ailleurs, ça me fait penser, ce manga est considéré comme un Shonen, mais entre le gore et toute ses histoires, le manga me semble bien plus sombre et mature que la tranche visée par les Shonen… Je le placerais presque en Seinen s’il n’y avait pas d’humour…

Central City est la capitale d’Amestris, la grande bibliothèque et la quartier général se situe dans cette ville. Hélas, quand Ed et Al arrrivent, la partie de la bibliothèque qu’il souhaitait fouiller a brûlée (vous vous doutez par qui hein…). Tout espoir semble perdu, mais ils feront une rencontre qu’ils leur permettra d’obtenir l’ouvrage, et malheureusement, de faire l’horrible découverte au sujet de la fabrication de la pierre philosophale…

Sur cette note juste horrible pour nos deux héros, commence la dernière partie de ce tome assez tranquille étant donné qu’il n’y a des combats qu’aux débuts et à la fin. Ce dernier combat est plus qu’épique et laissera une bombe a retardement chez l’un des deux frères qui leur donnera un peu de file à retordre. D’un autre côté les mystérieux porteurs de marque fond de nouveaux leur apparition et semble lié de près à la pierre philosophale… Al n’a pas finie son combat et Ed est dans un piteux état, que va t-il arriver par la suite ? A voir dans le tome suivant…

Comme évoqué dans la chronique du tome précédent, l’éthique est pour moi le sujet principal de la série, même si celui-ci reste assez succinct tout au long de la série. Une vie vaut-elle plus qu’une autre ? Jusqu’où peut-on aller pour atteindre son but ? Cette série (et oui je vais m’avancer un peu) est pour moi une belle leçon de vie qui doit être lu au moins une fois et n’a rien a enviée à d’autres séries bien plus longue que tout le monde connait.


En bref, tout comme pour le premier tome, je vous conseille celui-ci les yeux fermés, l’intrigue continue lentement et sûrement son chemin, tout en rajoutant des personnages également au compte goûte ce qui évite une « surcharge ».

Je ne noterais pas à nouveau l’édition puisque je n’ai rien à dire de plus ^^ (si vous souhaitez savoir ce que j’en pense allez voir la chronique du tome 1 !).

Il vous faudra patienter un peu avant la chronique du tome 3 car je ne possède pas encore le volume ^^ ».

HA T2

Ma Note (Histoire) : 9.25 /10

Note : 9 sur 10.

¤ Graphismes : 2 / 2                                          ¤ Originalité : 2 / 2

¤ Personnages : 1.75 / 2                                     ¤ Scénario : 1.5 / 2

¤ Emotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2

Je vais finir par lui mettre 10/10 je le sens…


Chroniques sur l’univers d’Hiromu Arakawa :

univers d'Hiromu Arakawa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s