Assassin’s Creed : Lineage


Quand le duc de Milan est sauvagement assassiné, Giovanni Auditore (père d’Ezio) est chargé de mener l’enquête. Sa mission : trouver les coupables et en apprendre plus sur leurs motivations. Les réponses qu’il obtient impliquent les familles les plus puissantes d’Italie, et tout le ramène au Vatican. Dès lors, la vie de Giovanni, qui est sur le point de découvrir la vérité, est menacée. Il doit démasquer les conjurés avant de rejoindre la longue liste de leurs victimes.


Assassin’s Creed : Lineage est un film live, sorti en 2009, de l’univers du même nom. Il retrace une aventure de Giovanni, le père d’Ezio Auditore (Assassin’s Creed II, Brotherhood, Révélation), en tant qu’Assassin servant les Medicis à Florence. Ce film est la prémisse de l’histoire d’Ezio, expliquant comment son père a obtenu une liste de nom de plusieurs templiers infiltrés dans toutes l’Italie ainsi que l’existence d’un complot.

Ce film ou plutôt court métrage, car il dure 35 minutes environs et remplies d’ellipses sans pour autant que celles-ci soient gênantes. En effet, malgré celles-ci, on a nos doses de combats, de parcours et même des semblants de vie quotidiennes par moment. La lame secrète et présente et l’on apprend également comme elle a été brisée. Les atouts des assassins sont mis en avant aux travers des combats, parcours, sur leur qualité de filature et discrétion également.

Bien sûr, je le conseille avant tout aux personnes ayant déjà joué à l’un des jeux, car comme le film est court, il n’y a pas vraiment d’explication. De plus, le film peu sembler plat, mais son unique but est d’introduire Ezio et ses aventures, et pour moi, il rempli bien son rôle.

Les plans sont variés, sombres, lumineux, sur les toits, des des bâtiments une variété exemplaire pour un film aussi court. L’intrigue est également bien présente, au service des Médicis, Giovanni cache le fait qu’il est un assassin à sa famille, ou du moins ses enfants. Il aime fortement sa famille, Ezio quant à lui commence à se douter que son père lui cache quelque chose en lui faisant la remarque « Pour quelles raisons un banquier s’absente t-il aussi souvent la nuit ?« . Montrant à quel point il est malin et à des prédispositions pour être assassin.

Le film équilibre bien les moments d’actions et de calme, il y a une dose de mystère et l’on sait déjà qu’un traître (ou deux) ce cache au seins des Médicis, lorsque l’on sait la suite on est triste que Giovanni ne l’ai pas compris… Comme vous l’aurez sûrement compris, l’intrigue ne se déroule que dans le passé et autour de Giovanni, la présence du présent n’est pas nécessaire pour montrer un extrait de son histoire, ou plutôt la fin de celle-ci…

Le seul point négatif que j’ai souligné est la capuche de l’uniforme d’assassin, que trouve légèrement courte, ne cachant pas aussi bien le visage que dans les jeux… A moins que ça ne soit à cause des plans ?

Le destin funeste de la famille Auditore n’est pas montrée à la fin, le film se termine en laissant du suspense, permettant à ceux n’ayant pas fais le jeux de le découvrir par la suite. Pour information, le film est présent dans le remaster Ezio Collection tout comme Embers.


En bref, ce film permet de bien compléter l’histoire d’Ezio avec celle de son père également fin stratège. Je n’ai pas encore fais la chronique sur le dernier film, mais du souvenir que j’en ai, ce court métrage et bien meilleur.


Bande-annonce :


Films du même univers : Assassin’s Creed : Embers, Assassin’s Creed (2016)


Ma Note :

Note : 8.5 sur 10.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s