Alegría

# Alex Mauri


« ICI ON TORTURE ET ON APPLAUDIT »

Bruno n’en croit pas ses yeux. Cette corrida s’annonce grandiose. C’est sans compter sur les antis qui s’incrustent à la fête, eux et leurs fichues banderoles… Mais les aficionados ne leur laisseront rien passer, foi de Bruno !
Parmi les opposants se trouve une gitane, sur qui Bruno lève la main. Personne ne le traitera de nazi, encore moins cette ignare d’animaliste !

Et s’il s’en est pris à la mauvaise personne ? Il le réalise trop tard, quand son corps se couvre d’une étrange fourrure noire.

Fuir ? Mourir ?

Mais Bruno a-t-il encore le choix ?

!! TW: souffrance animale
(présente mais évidemment condamnée) !!


Alegria (pardon pour l’accent) est un roman d’Alex Mauri édité chez Livr’s édition, dans la collection Fantastique, que je remercie pour ce nouveau SP. Assez court, puisqu’il ne fait que 190 pages environs, on y suit le parcourt d’un aficionados, Bruno, qui va finir transformé en taureau par une mystérieuse (mais pas moins détestable) gitane, parviendra t-il à redevenir humain ou finira t-il comme les taureau des corridas qu’il appréciait tant ?

PS : je me mettrais pas d’images violentes ou de taureau en sang, car je ne souhaite pas choquer les lecteurs de mon blog, mais si vous êtes curieux, je pense que google suffit largement à ce faire une idée (oui, en faisant mais recherche j’ai moi même eu droit à ses images plus qu’horribles).


Pour ceux ne connaissant pas la Corrida, il s’agit d’un « spectacle » où « s’affrontent » un taureau et un matador (présentés sur l’image ci-dessous), finissant très souvent par la mort du taureau, après un long moment de souffrance, et sûrement de stress. Apparu en Espagne, la pratique ce fait également dans le sud-ouest de la France. Même si beaucoup de Corrida en Espagne sont désormais interdites, l’évènement fait encore polémique et débat en France, entre culture et la vie animale qu’est-ce qui est le plus important ? C’est donc ce dont parle ce roman, de la place de la corrida dans le cœur des aficionados, de leur joie d’assister à un tel spectacle, mais surtout du parcours du taureau et de ses nombreux moments de souffrances et de stress… Car oui, ses fameux taureau ne sont élevés que dans le but de participer à des corridas, même si certains finissent graciés, il n’empêche qu’ils ont souffert (et non les taureau ne détestent pas le rouge…).

C’est ainsi que l’on commence l’histoire avec Bruno, aficionados et fière de l’être, mais certainement moins fière d’être chômeurs, fumeurs et surtout divorcé… On peut dire que ce personnage est comme une bouilloire, il retient toute ça colère envers son ex-femme qui souhaite s’accaparer son fils et lui faire détester les corridas ; tandis que lui tentera au contraire de lui faire aimer… Je dis bouilloire, car à force de garder en lui toute cette colère et frustration, et bien… il finira par exploser, qui plus est contre la mauvaise personne à savoir la fameuse gitane (dont le comportement et tout aussi irritant)


La deuxième partie du roman parle ainsi de notre chère Bruno une fois transformé en taureau, et on peut dire qu’il a la poisse… Même si on pourrait dire que l’histoire finie sur une note positive, tout le parcours est très difficile lors de la lecture, l’auteur à bien retranscrit ce que doit ressentir un taureau face à tous les instruments utilisés contre lui, et par moment cette souffrance et partagé par le lecteur (à moins que je ne sois trop empathique). Par moment, tout est tellement bien écrit que je ne peux m’empêcher de ressentir que c’est malsain, d’être mal à l’aise face à la situation sûrement courante autour de cet univers… Je n’ai jamais vue de corrida et après cette lecture, je ne pense pas y aller un jour, et Bruno ne comptera sûrement pas y retourner non plus ! Car même si le spectacle doit vraiment être impressionnant, je ne supporterais pas de voir un taureau souffrir ou le malheureux qui pourrait être empalé par l’une de ses attaques désespérées (car oui, ça arrive sûrement dans se sens là également).

La couverture représentant un taureau est belle, mais surtout forte, tout comme le message du livre. Elle donne tout intérêt à s’intéresser au résumé de l’œuvre, comment pourrait-on passer à côté sans ressentir un quelconque intérêts ? Elle est marquante de part le sang présent sur le taureau qui semble se transformer en or, comme si ce sang semblait très précieux, quant aux yeux, entièrement blanc, on ne peut que les remarquer au milieu de tout ce noir, est-ce pour représenter l’âme du taureau ou son côté pure, innocent ? En tout cas, cette représentation s’harmonise parfaitement avec le contenu du roman. Pour ma part, j’ai vraiment beaucoup de mal à m’en détourner même si j’avoue ne pas trop savoir pourquoi…


En bref, il s’agit là d’une belle lecture autour de l’univers de la Corrida, du point de vue d’un pauvre taureau pour qui la fuite est impossible. De quoi avoir une nouvelle opinion sur la discipline désormais plus que discutable… Malgré tout, ce roman n’est pas à mettre entre toute les mains, car il se veut au plus proche du réel et donc de la souffrance du taureau, donc âme sensibles s’abstenir.


Ma Note : 8.6 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Accessibilité : 1.5 / 2              ¤ Originalité : 1.5 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.75 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Liens vers la page du livre chez l’éditeur : (apparaîtra avec le début des précommandes)

Un commentaire sur « Alegría »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s