Dyslexique

# Christopher Boyd


On entend souvent parler de dyslexie, mais qu’est ce que c’est de vivre avec, est-ce une simple étiquette ?
Christopher a été diagnostiqué très jeune comme porteur de plusieurs troubles dys. Avec son imagination débordante et la tête pleine de rêves, il avance au fil des années sur un chemin semé d’embûches.

L’école représente son plus grand obstacle : comment apprendre à lire, écrire ou compter quand les lettres et les mots s’entremêlent et s’échappent ?

Suivez les pas de Christopher dans un monde qui a du mal à accepter la différence…

~ Livraddict


Cette fois-ci je tenais à vous parler d’une bande dessinée, qui est pour moi un vrai coup de cœur, notamment par rapport au thème abordé, à savoir la dyslexie et ses dérivées (si on peut dire ça comme tel). Je ne le suis pas moi-même (ou en tout cas je n’ai jamais eu de soucis, le laissant penser), mais ma sœur ainée, elle oui ! Donc en voyant cette bande dessinée sur un projet Ulule, je me suis dit qu’il fallait que je la prenne, afin de mieux comprendre ce qu’à pu ressentir ma sœur, car oui, parfois il est difficile de mettre des mots sur nos maux (et ça par contre je sais ce que ça fait). Mais bon, assez parlé de moi, ce n’est pas pour ça que vous êtes là !


Premier point que je souhaite aborder, l’épaisseur ! Car oui, la BD est très épaisse, mais ne vous fiez pas à cette apparence ! En effet, même s’il y a beaucoup de pages, plusieurs d’entre elles ne contiennent pas de texte, la lecture se fait donc assez facilement et rapidement. Le but étant de faire découvrir, au plus grand nombre (je suppose), l’auteur à miser sur la quantité graphique plutôt que sur les dialogues, et il a bien raison ! Pourquoi ? Tout simplement, car les dessins sont universels, que l’on soit Anglais, Chinois ou Français, on sait tous à quoi ressemble un panda, mais on ne sait pas spécialement le dire dans d’autres langues. Il est largement possible de communiquer par image, on peut presque le considérer comme une forme de langage ouvert à tous. Etant donné que la BD traite d’un sujet aussi délicat que celui de la dyslexie (et ses sœurs), ce choix est, je pense très judicieux.

Ce livre est je pense, la réponse à beaucoup d’interrogation que peuvent se poser des jeunes, ou même des adultes ! Car même si aujourd’hui, ce handicap est assez bien repéré ce ne fut pas toujours le cas… Et je peux vous dire que ce déclic est très ressent, pour cause, ma sœur à découvert sa dyslexie alors qu’elle était en BTS… Et malgré, toute les difficultés, sachez qu’elle a réussi un BAC ES ! Oui ES, celui de la filière générale qui demande de bonnes qualités de rédaction ! Donc, merci de ne pas dénigrez vos élèves qui ont des difficultés avec des commentaires plus qu’irrespectueux sur leur copies ! Ils ont peut être des soucis que vous ne pouvez même pas imaginer ! (voilà j’ai passé mon petit coup de gueule, pardon… Je hais vraiment le prof qui lui a fait ça, et je le lui ai bien rendu quand se fut mon tour d’être dans sa classe è_é).


Comme vous l’avez sûrement remarquer avec les quelques images que j’ai mis dans cet article, les dessins sont tout aussi minimaliste. J’imagine que le but est toujours le même, aller à l’essentiel et permettre au lecteur de suivre facilement et tranquillement cette histoire. Ils font largement le boulot, et les expressions faciales, ainsi que la description sous forme d’illustration du ressenti de l’auteur est également très impressionnant. J’imagine que ça n’a pas dû être facile de pouvoir retranscrire son ressenti, mais se doit être un exercice très satisfaisant une fois réalisé.

A la fin de l’histoire, on peut retrouver plusieurs pages expliquant avec plus de détails les différents Dys, et ce, toujours avec des illustrations. Cette partie là est peut-être la plus compliquée, et du coup, la moins abordable pour les tout petit, mais un adulte peu facilement en faire la lecture, et donner des explications afin de clarifier les éléments qui pourraient être dérangeant. En tout, cas cette partie prouve l’effort de recherche qui a été fait autour de cette bande dessinée, qui tient sûrement beaucoup à cœur pour l’auteur, qui a vraiment souhaité bien faire. Comme quoi, la simplicité n’empêche pas de s’exprimer et de partager ! Jugé comme un handicap, la dyslexie ne se voit pas à l’œil nu et ce n’est pas non plus tamponné sur notre front ! Je dis ça pour tout ceux qui pense qu’un handicap, ça doit ce voir ! Car non, tout les handicap ne sont pas visibles, et ça ne veut pas dire pour autant qu’ils en sont moins gênant, donc regarder autrui avec bienveillance, car la « maladresse » cache peut-être autre chose.


En bref, cette bande dessinée est très bien construite et peut-être lu par toute tranche d’âge, afin de mieux comprendre la dyslexie, ou encore pour qu’un enfant, de lui-même se dise « ah oui, c’est ça que j’ai, ça à un nom ! ». Car oui, mine de rien, pouvoir mettre un mot, un nom sur quelque chose dont on souffre, vous ne pouvez pas imaginer à qu’elle point ça peut en alléger le poids. C’est pourquoi, je pense sincèrement, qu’elle devrait être présente dans les écoles et bibliothèques, afin d’être lu par le plus grand nombre !

PS : vous souhaitez commander la bande dessinée c’est par ici : https://ko-fi.com/s/a77003a256

N’hésitez pas à en parler autour de vous, que se soit en milieu scolaire ou autres !


Ma Note : 8.65 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2           ¤ Originalité : 1.65 / 2

¤ Points coup de cœur : 1.5 / 2            ¤ Accessibilité : 1.85 / 2

¤ Contenu (Ludique, éducatif, etc) : 2 / 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s