Jacqueline Sauvage

# Téléfilm


Ce téléfilm est inspiré de fait réel sur l’affaire Jacqueline Sauvage où Jacqueline Sauvage, une femme de famille, a écopé de dix ans de prison pour avoir abattu son mari violent, Norbert Marot, avec une arme à feu le 10 septembre 2012 alors qu’elle essayait de se défendre car elle était victime de violences et abus sexuels subi par son mari.

Adapté du livre Je voulais juste que ça s’arrête de Jacqueline Sauvage


Il y a des films que l’on a envie de chroniquer car on les a apprécié ou car on admire un jeu d’acteur, mais il y aussi ceux qu’on a envie de chroniquer pour une autre raison, peut-être car d’une certaine manière, on ne peut rester silencieux face à son contenu, son histoire. Jacqueline Sauvage est à mes yeux l’un de ses (télé)films, ceux que l’on devrait tous regarder, et surtout ne pas oublier…

Ce téléfilm, tout comme le fût avant l’histoire qui se cache derrière est source de controverse. Oui jacqueline sauvage a été battu mais cela suffit-il a justifier son acte ? A ce qu’elle n’en assume pas les conséquences ? A mes yeux, certaines choses passent bien avant son geste, notamment ce qu’il se passe avant et qui l’amène à réaliser ce geste, certes impardonnables, mais totalement compréhensible. Pour cette chronique, je risque de ne pas être objective, peut-être que vous serez d’accord, peut-être pas, dans tout les cas ce téléfilm doit être vue, car l’histoire mérite d’être connue.

Je tiens également à préciser que cette très cher femme, forte et courageuse, nous a quitté en juillet 2020 à 72 ans. Bien trop jeune selon moi, elle n’aura eu que 4 ans de liberté, qui je l’espère pour elle, auront été très heureuse et auprès de ses proches.


Je tiens dès à présent à poser mon avis, comme ça si vous êtes contre et que cela vous dérange, vous pouvez arrêter votre lecture maintenant. Je ne suis en aucun cas juriste, ou dans le domaine judiciaire, mais à mes yeux, la peine de 10 ans de prison est bien trop excessive après tout ce qu’elle a subi. Je ne dis pas qu’elle n’aurait pas dû avoir de sanction, juste que celle-ci est disproportionné, car Mme Sauvage avait déjà subi de sa personne pendant près de 50 ans. Lorsque j’ai appris que M. Hollande, alors président, a décidé de la gracier, j’ai été très émue. Je me suis dit, enfin quelqu’un qui souhaite entendre, écouter et surtout aider, à sa manière. Cela n’enlèvera rien à ce qu’elle a subi, ni à la prison qu’elle a du faire malgré tout, mais c’est déjà un grand pas pour les personnes victimes de violences conjugales, jusqu’alors clairement ignorées. Je dis bien « personne », car les hommes en sont également victimes et rarement écoutés également.

Ce que souligne cette affaire, tout comme un autre film : Présumé coupable, c’est la faiblesse de la justice, dans le cas présent française, mais qui peut aisément s’appliquer à d’autres pays. Prendre la sœur de la victime, qui ne le voit que rarement pour établir le « caractère » de l’individu, c’est juste, à mes yeux, irrecevable. La personne qu’elle a connue hier, n’est pas forcément celle qu’elle est aujourd’hui, les voisins, travailleurs auraient été plus à même de le décrire que ça propre sœur et s’en est presque désolant. Je n’imagine pas le choc qu’elle a eu lorsqu’elle a compris qui il était.

Ce qu’il manque beaucoup à la justice c’est une évolution, des lois qui existent depuis longtemps ne valent plus rien aujourd’hui et pourtant elles sont toujours là. Inversement, des lois qui devraient existaient, ou être « remise au goût du jour », ne le sont pas. Prenons un exemple, le port du pantalon par les femmes, et bien sachez qu’il nous était interdit d’en porter (ors cas exceptionnels, style vélo) jusqu’en 2013, oui jusqu’au 31 janvier 2013. Ce qui signifie que j’ai été dans l’illégalité (sans le savoir) pendant une dizaine d’année… J’ignore si les lois autour de la violence conjugale ont évolués, je l’espère évidemment, mais je ne m’y connais pas assez pour le savoir, et le peu de mesure dont j’ai connaissance (comme l’éloignement + bracelet du conjoint violent) sont à mes yeux insuffisants pour faire disparaître la peur des victimes.


Bien évidemment, comme pour tout motif, il doit y avoir des abus ou des personnes qui mentent sur le comportement de leur conjoint (non je ne citerais pas une certaine star féminine américaine). Malheureusement, ce genre de personne décrédibilise ce motif pour un but personnel, et c’est bien dommage. Les violences conjugales, n’est d’ailleurs pas la seule victime de ce genre d’individus, je pense notamment aux viols, attouchements (ex : Présumé coupable), harcèlements ou encore au racisme.

Ce film soulève également d’autres problèmes, comme le manque de mains tendues pour les victimes, de recours (encore à l’heure de cet article) ou d’autres problèmes plus personnels comme la honte ou la peur, qui empêche de parler ou d’agir.

Je tenais également à souligner le jeu d’acteur de Muriel Robin (Mme Sauvage), mais aussi d’Olivier Marchal (Norbert Marot – mari), qui ont rendue ce téléfilm, émouvant et choquant comme il le faut, pour tout comprendre de cette triste histoire. Pour soulever plusieurs soucis que j’ai évoqué au dessus, Yves Rénier a également bien repris les différents évènements.

Ce genre de situations, retranscrite dans les films ou séries, fait que je me pose beaucoup de questions, notamment en tant que possible juré (devoir civique).

Si vous êtes intéressés par le téléfilm, il est désormais disponible sur Disney + (c’est d’ailleurs là que je l’ai visionné).


En bref, je tenais énormément à parler de ce téléfilm, tant il m’a ému, mais aussi pour évoquer tout ce qu’il y a atour. Mme Sauvage n’aurait très certainement pas tuée son mari, si elle avait eu une main, une oreille tendue pour l’aider.

Parce que ce qu’a vécu Mme Sauvage ne doit pas se reproduire, si vous êtes victimes ou spectateurs d’une violence conjugale, agissez ! Il ne faut pas attendre, même si les premiers recours n’aboutissent pas, il faut continuer, encore et encore, jusqu’à être écouté, n’hésitez pas non plus à en parler à vos proches qui pourraient vous aider d’une manière ou d’une autre. Un numéro spécial existe pour ça désormais, ne l’oubliez pas.

Je vous souhaites désormais, Mme Sauvage, de reposer en paix, vous avez protéger ceux que vous aimiez, et ça personne ne pourra jamais vous le reprocher.


Ma Note : 9 /10

Note : 9 sur 10.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s