Loner Life in Another World – Tome 2


Bien que n’ayant pu avoir accès à aucun skill puissant contrairement à ses camarades, Haruka se forme seul en menant diverses expériences dans cet autre monde. Il découvre alors les opportunités offertes par les différents skills qu’il possède et se construit un environnement de vie des plus luxueux. Mais loin de se reposer sur ses lauriers, il teste une nouvelle combinaison de skills dans le but de réussir à voler…

 » I can flyyyy « , l’entend-on crier. Serait-il parvenu à voler !?

La suite des aventures de notre héros solitaire, contraint de survivre dans un autre monde en mode HARD !


On se retrouve pour parler du second tome de Loner Life in Another world, une série un peu décalée avec un protagoniste des plus feignant et solitaire. Malgré ça, il fait de son mieux pour aider ses camarades de classe du genre féminin… En effet, il semblerait qu’une partie du groupe est basculé du côté obscure, et compte bien utiliser ses compétences pour abuser des autres…

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Comme dit plus haut, Haruka continue son aventure avec ses camarades de classe du genre féminin, afin de les éloigner de la bande de voyous qui semble vouloir en abuser… Le second objectif étant de retrouver le groupe des otaku, pendant que le groupe des sportifs surveillent les voyous. Mais comme les éloigner ne suffira sûrement pas, Haruka essaie de leur apprendre à combattre du mieux qu’il peut (alors qu’il n’est pas plus doué qu’elles). Malgré ses différents essais, il se trouve qu’il bat ses ennemis tellement vite, qu’au final les filles n’apprennent pas grand chose, quel dommage !

En tout cas, la relation entre Haruka et la déléguée commence à évoluer, tout en restant assez drôle par moment. Le reste du groupe n’est pas sans reste, mais seul une ou deux filles sont vraiment mises en avant, une pour les blagues, l’autre pour l’envie de retrouver les otakus. La déléguée, continue de chaperonner tout le monde, pendant qu’Haruka s’occupe des combats, mais il va bien falloir que tout ça évolue, surtout avec les événements se déroulant en fin de tome…


Avec ses nombreuses compétences, Haruka ressemble de plus en plus à un personnage cheaté, j’espère malgré tout qu’il aura droit à quelques défis. En attendant, c’est la déléguée qui lui sert de frein, en l’empêchant de dépenser son argent bêtement après une première catastrophe budgétaire… Mais bon, lui au moins achetait de l’équipement pour s’améliorer, pas des vêtements et bijoux… Les priorités… tout ça… tout ça…

Pour le moment on peut dire que la série se résume en un slice of life et comédie, mais comme dit plus haut, la fin du tome pourrait changer la donne… J’avoue ne pas trop savoir comment pour le moment, le mystère est bien gardé, mais il se pourrait que les voyous ne soient pas le plus grand danger qui plane sur le groupe…


En bref, c’est toujours très plaisant de suivre cette petite troupe, et il semblerait que les choses commencent à bouger tant mieux ! Car sans de vrai défi, l’aventure aurait pu devenir un peu moins intéressante.


Ma Note : 8 /10

Note : 8 sur 10.

Chronique du tome précédent :

Plus de chronique de l’éditeur :

Kuma Kuma Kuma Bear – Tome 1


Yuna (15 ans) est une passionnée de jeux vidéo. Elle se terre dans un appartement qu’elle loue avec l’argent qu’elle gagne en gérant ses actions en bourse. Un jour, en se connectant à son jeu, elle reçoit en cadeau un costume d’ours surpuissant. Alors qu’elle se refusait à porter un tel accoutrement, elle se retrouve propulsée dans un autre monde, vêtue du fameux costume.


Encore une chronique sur un Isekai, encore une chronique sur une adaptation de Light Novel, encore une chronique chez Meian édition… Suis-je vraiment la seule à penser qu’il y a un « Kuma » de trop dans le titre ? Même un titre style « Ku Ku Kuma Bear » aurait mieux sonné selon moi. Mais bon, là n’est pas le sujet, vous vous en fichez du titre, vous voulez savoir ce qu’il se passe dans ce premier tome.

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Comme chaque isekai, ce titre essai de se démarquer à sa façon. Pour le coup, l’auteur décide de miser sur une chose essentielle dans un univers parallèle, remplis de montre et de magie, à savoir : l’équipement. D’abord en train de jouer un jeu, elle finira une quête qui lui fera gagner un costume d’ours (mignon, mais ringard). S’en suit des questions un peu bizarre, et pouf ! Welcome new world ! Comme vous l’aurez deviné, elle se retrouve donc dans un autre monde… avec cette tenue hors du commun et qui donne lieu à de nombreux quiproquo… en plus d’être complètement cheaté.

Même si ce costume est celui qu’elle possède au départ, rien ne l’empêche pour autant de le retirer. Mais comme elle n’a pas d’argent et d’autres alternative dans ce premier tome, elle le garde (surtout qu’il l’aide pas mal au final). Ce costume l’aidera à résoudre pas mal de problème, mais lui en donnera également pas mal aussi ! Avec le premier tome, on a un bref résumé des capacités de son costume, mais peut-être que celui-ci est évolutif et changera donc avec le temps ?

D’un point de vue caractère, on peut dire que l’ours convient bien à l’héroïne qui est du genre casanière… Et personnellement, je trouve l’idée assez sympa, elle peut plaire ou non et ainsi peut-être toucher un nouveau public.


Bien sûr, comme tout protagoniste elle fera des rencontres, même si pour la plupart celles-ci ne semblent pas encore être importantes, il y en a deux qui me semble intéressante. La première concerne évidemment la première personne qu’elle croise (et sauve), une petite fille toute mimi également dont les difficultés sont vite expliquées, la rendant très attachante. La seconde rencontre concerne un groupe d’aventurier, et on peut dire que ça commence du mauvais pied… Mais ça fini par être assez drôle également, avec une petite ambiance à la Grey et Natsu de Fairy tail !

Si ce genre de titre vous plait, alors il y a des chances pour que la sorcière invincible tueuse de slime depuis 300 ans (chronique ici : https://sunread26.wordpress.com/2021/02/09/la-sorciere-invincible-t1/) vous intéresse également. Je trouve que le caractère des protagonistes est assez proche, tout comme leur plan de vie dans l’autre monde (même si au final, rien ne se déroulera comme prévu j’imagine).


En bref, ce premier tome m’a beaucoup plu, bourré d’humour, mais aussi de relationnel touchant. J’ai hâte de découvrir où tout cela va la mener. Certes, cela reste un isekai assez classique, mais personnellement, ça ne me dérange pas.


Ma Note : 8.5 /10

Note : 8.5 sur 10.

Chronique du tome suivant :

Plus de chronique de l’éditeur :

La Sorcière invincible tueuse de Slime depuis 300 ans – Saison 1


Après avoir vécue une vie difficile rythmée par son travail, Azusa Aizawa décède à cause du surmenage. Après sa mort, elle obtient le droit de se réincarner avec en supplément, une compétence spéciale. Suite à cela, elle commence à gagner sa vie en tuant des Slimes.


On commence la semaine avec une chronique sur une série très sympathique et comique. Adapté d’un manga, lui-même adapté d’un Light Novel, on pourrait presque dire qu’on a fait le tour des adaptations ! Et pour le coup, je pense que cette série le mérite bien, elle est pleine de bonnes intentions et très facile à regarder. J’ai adoré son premier tome version manga, c’est pour cela que je me suis laissée tenter par l’anime (lien vers ma chronique du tome 1 en bas de page), toutefois, attention, le light novel n’est pas encore sortie en France au moment où j’écris ses lignes !

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Il s’agit d’une histoire du genre « slice of life », une bonne partie du temps, il ne se passe donc pas grand chose de spécial. Mais malgré tout, on peut apercevoir une petite ligne directive derrière ses moments sereins. En effet, petit à petit de nouveaux personnages font leur apparition, de quoi agrandir les possibilités de scénarios, mais aussi l’univers de l’intrigue ! On ne va donc pas être limité dans l’espace grâce à ses nouveaux personnages très variés d’un point de vue « origine ».

Ses personnages sont d’ailleurs très attachant, et leur insertion auprès de notre héroïne est toujours bien faite ! Même si sa grande puissance est à l’origine de quelques rencontres, ce n’est pas toujours le cas, et tant mieux ! D’ailleurs, il est également possible qu’on ne soit pas limité dans le temps également, étant donné que sa nouvelle « famille » (de cœur) est composée de plusieurs espèces vivant extrêmement longtemps (ou ne pouvant pas mourir de vieillesse).

En parlant de temps, on a le droit très rapidement à un petit saut dans le temps (d’où les 300 ans dans le titre), ce qui nous permet de voir une petite évolution du village voisin du lieu de vie d’Azusa. J’espère que ce genre de petites évolutions continueront dans le temps, afin de montrer un peu plus l’influence d’Azusa sur les environnements proches de chez elle.


Pour ce qui est de l’animation, je la trouve très jolie, et aussi fidèle aux designs du manga (pour le peu que j’ai lu). Les voix VO sont également bien choisies pour tout les personnages, et collent bien à leur caractère ! (ce qui n’est pas toujours le cas) Pour le reste je n’ai rien à redire non plus, je n’ai pas vraiment vue ce qu’on pourrait qualifier de « point négatifs ».

Malgré la puissance dont fait preuve Azusa, j’apprécie grandement qu’on montre également ses faiblesses ! Même pour les sorts, elle peut parfois être très maladroite (notamment celui « d’appel »). Après c’est vrai que son plus gros défaut se trouve côté relationnel, même si elle s’entend facilement avec les autres… En effet, comme dans beaucoup de comédie, les quiproquos sont nombreux, et parfois elle a du mal à trouver des explications logiques… Il faut bien l’avouer, même si elle vie depuis 300 ans dans ce nouvel univers, elle ne l’a pas vraiment exploré, donc il y a toujours des choses qu’elle ignore !


En bref, cette première saison m’a autant convaincue que le premier tome du manga (dont je vais acheter la suite, sous peu). J’attends désormais la prochaine saison, qui devrait être tout aussi reposante.


Ma Note : 9 /10

Note : 9 sur 10.

Chronique du premier tome de la série en Manga :

The Unwanted Undead Adventurer – Tome 5


Alors que Lendt part à la recherche des fleurs de sang de dragon, il tombe nez-à-nez une Tarasque, la créature du marais, et son nuage de poison mortel.
Face à cet adversaire redoutable, Lendt n’a pas d’autre choix que de s’allier à Edel, son nouveau familier et de puiser dans ses dernières forces divines pour vaincre l’horrible Tarasque.
Lendt et ses compagnons découvrent finalement l’endroit paradisiaque où se trouvent les fleurs de sang de dragon, mais ils y font également la rencontre d’un mystérieux personnage…


Lendt se trouve désormais dans le marais à la recherche d’une fleur ne poussant qu’en ce lieu. Il affrontera seul un ennemi que même un groupe aura du mal à abattre, mais finira par tomber sur un magnifique champ de fleurs… Avec cette découverte, apparaît un nouveau personnage qui lancera l’intrigue suivante pour Lendt.

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Chose que je trouve dommage pour le combat contre le Tarasque, c’est le choix de la mise en page. Prenez la case du milieu de la page ci-dessus, en format papier, celle-ci est coupée en deux, ce qui est bien moins beau à regarder il faut bien l’admettre, ce qui est bien dommage tellement elle est belle. C’est d’ailleurs le cas pour d’autres planches également… Mais bon, ça ne m’a pas empêchée de savourer ce combat.

Sans le vouloir, Lendt continue d’attirer l’attention sur lui, même si pour le moment, les personnages concernés ne semblent pas vouloir en savoir plus, cela pourrait finir par attirer d’autres personnages bien plus curieux et donc le mettre en danger. Il ne semble pas plus intéressé que ça par ce problème et continue tranquillement de remplir des quêtes… Le soucis étant la dernière présenté dans le tome, qui pourrait justement le guider vers quelqu’un de très curieux…


Cette fois-ci la nouvelle ce trouvant à la fin du tome nous permet d’en apprendre un peu plus sur la relation si particulière entre Lendt et Lorraine. Au travers d’une mission qu’ils effectuent ensemble, on arrivera un peu mieux à cerner leur relation où la confiance est très présente. Même si l’on ressent bien cette relation lors de certains passage, j’ai trouvé très intéressant de les voir partir tout deux en mission. h

Egalement inédit, on a droit à la fin de la courte intrigue du tome précédent (sous format manga). Je l’ai trouvé, au final, bien moins intéressante. On ne connait pas les personnages présentés dans cette courte intrigue (à part Lendt) et il y a peu de chance qu’ils réapparaissent par la suite… On peut donc considérer cette « quête » comme annexe à l’intrigue principale et comme une expérience supplémentaire pour Lendt.

En tout cas, ses deux éléments, toujours présents en fin de tome sont vraiment sympas à lire.


En bref, j’adore toujours autant les aventures de Lendt, et surtout ça manière d’appréhender les différents événements qui s’offrent à lui. J’ai hâte de voir sa prochaine évolution, qui semblerai-t-il, aura lieu d’ici peu de temps.


Ma Note : 8.25 /10

Note : 8 sur 10.

Chronique du tome précédent :

Plus de chronique de l’éditeur :

Réincarné dans un autre monde – Tome 1


Yûji Sano employé d’une société sans scrupules se retrouve dans un monde semblable à celui d’un jeu vidéo, avec une fenêtre de stats et des compétences. En face de lui se tient un slime. Il l’apprivoise sans mal et devient un dresseur. Un vieux grimoire trouvé non loin de son lieu d’arrivé, va lui enseigner plusieurs magies qui lui octroient une deuxième classe, celle d’érudit !


Delcourt/Tonkam, comme ses concurrents, propose également des séries adaptés de Light Novel, comme par exemple cette série, qui comporte déjà une dizaine de tomes au Japon ! Il s’agit d’un Isekai, qui nous transporte dans un autre monde, tout comme son personnage principal, remplit de magies et de monstres divers. Ainsi, vous pouvez découvrir la série dans plusieurs formats : Manga, Light Novel et même en série animée (prévue pour 2022).


Comme pour la série « La Sorcière invincible tueuse de Slime depuis 300 ans » le tome commence par une petite scène dans notre monde avec le protagoniste principal. Et, une fois de plus, la surcharge de travail est évoquée, et bien évidemment, le protagoniste considère donc que la situation qui lui arrive est due à cette surcharge. Il ne croit pas vraiment à un changement de monde au début du tome, et j’ignore si cette opinion change par la suite puisque plus rien n’est évoqué à ce sujet au cours de ce tome. Malgré ça, Yûji, le protagoniste, décidera de faire comme si ce qui lui arrivait n’était qu’un jeu ou un rêve dont il finirait par sortir en se réveillant. Très naïf et clairement pas sociable (ou pas doué en la matière), il a également un comportement de personnage assez blasé…

Ces capacités sociales donneront plusieurs situations assez drôle, puisqu’il a du mal à comprendre le sens des paroles des autres personnages… En autre point comique, on peut retrouver les slimes, que je trouve bien mis en avant au cours de ce premier tome. Certains ont même un détail qui permet de les identifier, comme une moustache ou un bandeau sur un œil. Leurs capacités sont également bien utilisées, et ses petits être jusqu’alors très souvent inutile, se révèlent en réalité très important dans l’évolution de Yûji. Dernier point pouvant être considéré comme « drôle » : la réaction des divers personnages lorsque Yûji décrit ses capacités ou lorsqu’il réalise des exercices pratiques… Pour résumer, il a l’air d’être le type de personnage qui sera super fort dès le départ, je suis donc très curieuse de savoir comment il sera exploité, et si malgré tout, il aura une certaine évolution au fil des tomes.


D’un point de vue global, les dessins et les actions sont au même niveau que la plupart des mangas. Pour ce qui est du design des différents personnages, je trouve que certains sont très originaux, mais aussi que plusieurs représentent vraiment les stéréotypes des histoires, que se soit manga ou autres. Je pense notamment au vieux sage, un peu chauve et avec une barbe… bref, un peu comme tortue génial dans Dragon ball...Comme je l’ai dit plus haut, les slimes sont également très intéressants, et surtout très attachant, ce qui veut dire qu’ils resteront important pour au moins un petit moment de l’histoire (quel serait l’intérêt de les rendre attachant sinon ?).

Le prix d’un volume est de 7.99€, et je trouve celui-ci plus que raisonnable au vue de l’épaisseur, mais aussi du contenu du tome. La couverture de la jaquette est très sympathique, et sous celle-ci on retrouve un petit dessin d’un paysage de l’univers du manga. Le volume comporte également plusieurs pages couleurs, notamment en fin de tome, pour présenter les autres séries de l’éditeur. Je trouve que ce choix permet de mieux mettre en valeur ses séries qu’une simple image en noir et blanc, même si du coup, ça pénalise un peut la série dont il est question dans le tome…

Dernier point dont j’aimerais parler et qui se trouve également à la fin du volume : l’extrait du light novel. Très récurrent dans les adaptations mangas, cet extrait est très souvent lié à un petit passage qui n’a pas été adapté lors de la réalisation du manga. Je trouve cette idée vraiment très sympathique car elle permet de découvrir encore quelques éléments sur l’univers et ce sous un autre format.


En bref, l’utilisation des slimes dans ce premier tome et le caractère du personnage principal m’ont beaucoup plus. La série n’a pas forcément plus d’originalités que les autres Isekai déjà très nombreux en France, mais je continue d’apprécier malgré tout ce thème.


Ma Note : 8.5 /10

Note : 8.5 sur 10.

Je suis un Assassin (et je surpasse le héros) – Tome 2


Alors qu’Akira, appelé dans un autre monde avec ses camarades, était sur le point de découvrir le complot que manigance le roi, il est injustement accusé du meurtre du commandant des chevaliers de la cour. Contraint de fuir, le jeune homme décide d’aller se cacher au fin fond d’un donjon… S’étant juré de se venger du roi, Akira s’aventure dans les profondeurs du donjon de Kantynenn en quête d’une nouvelle force. Il va faire la rencontre de la jeune elfe Amelia, une rencontre qui va changer son destin…


On se retrouve pour la suite de Je suis un assassin et je surpasse le héros avec Akira désormais en entraînement intensif dans le donjon de Kantynenn. Forcé de fuir suite aux manigances du Roi, et de la princesse, du royaume des humains, il doit désormais s’améliorer afin de pallier à tous ce qui pourra lui arriver… Si je devais résumé un peu plus ce qu’il se passe durant ce tome, je dirais plusieurs rencontres clés.


Le tome des rencontres en effet, car à par cela, il ne se passe pas grand chose, du moins, du côté d’Akira. Il s’entraîne encore et toujours dans le donjon, et finie par faire la rencontre du personnage en second plan sur la couverture du tome 1, en fin de tome, il y aura également une nouvelle rencontre, mais celle-ci sera sûrement plus décrite dans le prochain volume. Du côté de Tsukasa, le fameux « héros » du titre, les choses bouges un peu plus, sentant lui aussi que le roi et le princesse ne sont pas aussi bon qu’ils le prétendent, il fugue avec plusieurs de ses camarades qui ne sont plus sous enchantement. Mais surtout, il semblerait que quelqu’un d’autre soit capable de manipuler l’esprit des élèves, puisque c’est grâce à cela que plusieurs ont pu être libéré de l’envoutement.

Avec ce nouveau tome, on en apprend un peu plus sur le passé de nos personnages, notamment Akira, Tsukasa et Kyosuke qui se connaissent depuis longtemps semble-t-il. On apprend qu’Akira n’est pas vraiment du genre ouvert envers les autres, mais que grâce à sa sœur (de manière indirecte), il a pu devenir ami avec Kyosuke, celui-ci s’en veut d’ailleurs de ne pas l’avoir soutenu ou suivi l’ors du tragique évènement du tome précédent, car lui aussi était sous l’effet de l’envoutement. Malgré tout, il souhaite se racheter et pense qu’en suivant Tsukasa, il finira par retrouver Akira. Il possède lui aussi un sabre, complètement blanc, est-ce que celui-ci à un lien avec celui d’Akira qui est tout noir ?


Comme pour le précédent tome, je trouve la couverture flexible très jolie, toujours avec notre héros principal en premier plan, et un personnage secondaire au second plan. Sous celle-ci, on retrouve une couverture plus sobre, avec seulement un cadre avec une couleur unique. Sur le premier tome, le sabre est mis en avant, sûrement pour indiqué une belle acquisition pour notre héros, pour ce second volume, il s’agit de sa magie noire (ou d’ombre) qui est mise en avant, en effet, Akira va devoir commencer à s’entrainer afin de l’utiliser correctement, et surtout connaître ses limites. Pour ce qui est du contenu, la qualité est toujours là, notamment lors de gros plan sur divers personnages, dont je trouve les yeux magnifique (oui, j’adore les yeux dans les mangas).


En bref, ce tome permet d’introduire de nouveaux personnages, sûrement important pour la suite de l’aventure de nos deux héros, qui deviennent, chacun de leur côté un peu plus fort après chaque épreuve.

HA T2

Ma Note : 8.05 /10

Note : 8 sur 10.

¤ Graphismes : 1.75 / 2              ¤ Originalité : 1.45 / 2

¤ Personnages : 1.75 / 2                ¤ Scénario : 1.75 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.35 / 2


Chronique du tome précédent :

T1

The Unwanted Undead Adventurer – Tome 3


Lendt, récemment évolué en shi-ki, une sorte de vampire, rencontre une mystérieuse femme dans une zone inexplorée du donjon. Celle-ci lui offre un objet de type « Trésor National », la Carte d’Acacia, mais elle l’expédie ensuite hors du donjon sans lui donner le moindre indice sur qui elle est. Dévoré par un Dragon, puis réincarné en mort-vivant, et enfin cette mystérieuse femme qui lui apparaît… Exalté par tous ces évènements tous plus étranges les uns que les autres, Lendt n’en est que plus déterminé à devenir aventurier de rang Mithril !! Son prochain défi : l’examen de passage au rang Bronze avec de nouveaux coéquipiers. Enfin commence sa deuxième vie d’aventurier après sa réincarnation en mort vivant !!


On se retrouve pour le troisième volume de The Unwanted Undead Adventurer (si vous souhaitez lire ma chronique des tomes précédents, je vous invite à aller en bas de page). On retrouve Lendt, qui est de nouveau rentrer dans le donjon de la lune et de l’eau, finissant par se faire attaquer dans une mystérieuse pièce, par un être inconnu, mais très puissant. On peut dire que le combat à tourné court, mais grâce au fait qu’il soit désormais un monstre, le mystérieux individu décide de le laisser en vie, en échange de son silence, il lui offre une cape et une mystérieuse carte magique.


Une fois cette petite introduction terminée, l’autre grand moment du tome est l’examen pour le rang d’aventurier bronze, Lendt va pouvoir y participer. Cette fois-ci, l’examen consistera en un travail d’équipe, et Lendt va faire forte impression à ses deux camarades grâce à son expérience dû à son ancienne vie, car oui, le seul danger ne sont pas les monstres du donjon, mais également les pièges tendu par la guilde afin de tester l’intelligence des aventuriers ! Malgré tout cela, leur travail d’équipe paiera et ils atteindront tout trois le rang bronze, seul bémol pour Lendt, la démonstration de son expérience n’est pas passée inaperçue auprès de tout le monde, et il semblerait qu’une ancienne connaissance l’ai reconnu… D’ailleurs, je me demande si elle a bien pris le fait qu’il lui est caché sa nouvelle condition ? On en serra sûrement plus dans le prochain volume, qui je crois sort dans peu de temps (et que j’ai hâte de lire).

En tout cas, comme toujours, je trouve la couverture magnifique à regarder. Pour ce volume, on peut voir aux côté de Lendt, les deux compagnons qui passeront l’examen avec lui, et qui il faut avouer, ont également beaucoup de talent. En dessous de la couverture souple, on retrouve un nouveau « en 4 cases » pleins d’humour. Petite nouveauté, à la fin du tome se trouve une nouvelle inédite qui présente les coulisses de l’examen de bronze, petit passage assez intéressant car tout le monde trouve la nouvelle version de Lendt assez étrange (puisqu’ils ignorent que c’est lui), il y a également un extrait bonus à la fin du tome.

HA T3

Mise à part son nouveau rang, rien d’extraordinaire ne se passe durant ce tome, le gros côté positif de celui-ci, est comme je l’ai déjà dis plus haut, la mise en avant de l’expérience de Lendt, à croire qu’il ne lui manquait que la force pour réussir à s’élever, chose qu’il possède désormais avec sa condition de monstre. La question que je me pose désormais, c’est : est-ce qu’il arrivera à redevenir humain ? Si oui, est-ce qu’il conservera cette force ? Ou au contraire redeviendra le simple humain qu’il était ? Si non, que deviendra t-il ? En tout cas, le thème Harem est désormais sûr et certains, mais pour le moment, même si certaines membres semble avoir été présentées, celui-ci reste très secondaire et tant mieux ! Reste à voir donc la transition qui sera faite de ce côté là également, en espérant toujours que ce côté ne sera pas trop présent, au point de négliger le reste de l’histoire…

Seconde petite réflexion, est-ce que Lendt va finir par changer de ville ? Le mieux pour son évolution, son but, son rêve et surtout afin que le récit ne devienne pas ennuyeux serait de changer l’environnement de Lendt. J’espère sincèrement que ce moment finira par arriver, car j’ai peur que l’histoire stagne s’il n’arrive pas. Il ne faut pas oublier qu’il connait les donjons autours de sa ville, et j’admets que j’aimerais bien le voir dans un lieu qui lui est étranger, ce qui serait pour lui, une manière de montrer que l’expérience qu’il a acquise peut être appliquée ailleurs, mais également qu’il peut éprouver des difficultés dans certains endroits et ainsi évoluer à nouveau. Après, je ne sais pas s’il doit partir avec les personnages de sa ville natale, ou au contraire, s’en détacher afin de faire de nouvelles rencontre…


En bref, ce tome permet à Lendt de passer un nouveau niveau toujours plus proche de son but et de son rêve. Malgré tout, petit à petit, son secret semble ce dévoiler autour de lui, l’heure est-elle venue pour lui de changer de ville ?


Ma Note : 7.85 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.85 / 2              ¤ Originalité : 1.35 / 2

¤ Personnages : 1.95 / 2                ¤ Scénario : 1.45 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.25 / 2


Chronique du tome précédent et suivant :

T2 T4

La Sorcière Invincible – Tome 1

# Tueuse de Slimes depuis 300 ans !


Azusa Aizawa, femme, célibataire, bête de travail. Après avoir vécu uniquement pour son boulot, elle se réincarne en sorcière immortelle dans un autre monde. 300 ans de vie tranquille plus tard, elle a atteint le level 99. Ayant entendu parler de cette jeune fille incroyablement forte, beaucoup d’aventuriers et de dragons viennent à elle. Que va donc devenir son rêve d’un quotidien paisible ! ?


Cette série possède un titre que l’on peut largement considérer comme très long… Du coup, permettez moi de simplifier un peu celui-ci dans ma chronique avec seulement « la sorcière invincible ». Il s’agit d’une nouvelle série édité par les éditions soleil manga en ce début d’année 2021. Comme beaucoup d’autres séries en ce moment, il s’agit à l’origine d’un light novel, adapté sous format manga. Le light novel est d’ailleurs toujours en cours au Japon et comporte une quinzaine de volume, de quoi espérer pas mal de tome pour son adaptation en manga ! J’ignore ce que représente l’histoire d’un volume de la version manga par rapport au light novel, si vous savez n’hésitez pas à me le dire ^^


La sorcière invincible est un isekai (monde parallèle) auquel on peut ajouter la comédie et le slice of life. Notre héroïne suite à une overdose de travail, meurt d’épuisement… Son âme fait alors la rencontre d’une jeune fille lui demandant ce qu’elle souhaite (voir image ci-dessus). Pour résumer, elle souhaite juste vivre une vie tranquille sans avoir à s’acharner jusqu’à l’épuisement comme elle le fut dans son ancienne vie. C’est ainsi que commence sa nouvelle vie dans un autre monde… Après cette introduction, on a droit à un petit voyage dans le temps 300 ans plus tard ! Et là, les choses commencent tout doucement à bouger pour Azusa

On découvre en même temps qu’Azusa quels pouvoirs elle possède (et surtout qu’elle force) car oui, malgré ses 300 ans d’existence, elle n’a jamais réellement fais grand chose (ce qui était le but). Malheureusement pour elle, la rumeur d’une sorcière à un niveau excessivement élevée c’est répandue dans toute la région, attirant vers elle, beaucoup d’adversaire souhaitant l’affronter, mais pas que ! Pour le moment, dans ce premier volume, il n’y a pas plus d’action que ça, et personnellement, j’aime bien avoir un Isekai qui change un peu de d’habitude, avec notamment des harems ou encore beaucoup d’actions. Comme quoi, on peut changer de monde et vivre sa nouvelle vie de manière assez pénarde.


A la fin du tome, on a le droit à 4 bonus en 4 cases, toutes aussi drôle les unes que les autres, et nous présentant des parties de l’histoire que l’on a pu trouver illogique, simpliste ou dont on a simplement imaginer une partie. Ce petit bonus, créé sûrement en même temps que le manga, est je trouve très appréciable, et permet de rire encore un peu en attendant le prochain volume. En parlant de petit bonus, je vous conseil de regarder sous la jaquette 😉 D’ailleurs, sur celle-ci, il y a un léger relief, avec les slimes qui brillent.

Je ne sais pas trop si c’est le cas en France, mais je sais qu’au Japon, le travail est au centre de la vie (souvent sociale) des salariés. Beaucoup travails énormément, passant ainsi bien plus de temps, que nous français, au travail… Cette surcharge de travails et la compétition en continue sont très mauvais pour le moral, mais par peur d’être mal vue, voire de perdre son emploi, beaucoup se surmène… J’ignore les chiffres, mais je pense que le cas présenté dans le manga, de mort suite au surmenage, est assez présent au Japon. On pourrait donc dire, que l’auteur cherche à dénoncer ses pratiques souvent recommandées au seins des entreprises, pour ce faire bien voir. En faisant une recherche rapide, il y a même des termes spécifiques pour désigner ce genre de décès (Karoshi), comme quoi, le problème est connu, mais pas vraiment résolu…


En bref, cette série est sympathique, on voit une autre facette des isekai, habitués aux combats et aux grands méchants, mais ici, il n’y a que du bon temps et des slimes !

HA T1

Ma Note : 8.20 /10

Note : 8 sur 10.

¤ Graphismes : 1.75 / 2              ¤ Originalité : 1.5 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.25 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.85 / 2