Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux


Shang-Chi a été élevé pour devenir un assassin mortel et sa vie se complique lorsqu’il découvre que son père est impliqué dans des choses néfastes. Ainsi, Shang-Chi entreprend un voyage pour réparer les torts de son père, devenant le maître du Kung Fu .


Comme pour la plupart des nouveaux projets du MCU, il vous faudra avoir vu Avengers : Endgame avant de commencer… ou pas… Car même si le film se situe après chronologiquement, il n’y a pas de grand lien entre les deux donc au final vous pouvez le regarder malgré tout. Par contre, si vous êtes fans des comics, il risque de vous faire tiquer un peu… vous êtes prévenus…

PS : La chronique risque de contenir des Spoil.


Comme toujours, je n’ai pas spécialement lu les comics, mais je connais déjà le personnage de nom grâce (encore une fois) à un jeu regroupant une bonne partie des personnages Marvel. Pour résumer, Shang-Chi est un peu la représentation de Bruce Lee dans l’univers Marvel, c’est bien plus frappant visuellement avec son design des comics. Pour ce qui est des « anneaux », j’en avais déjà entendu parlé dans une série d’animation autour d‘Iron Man, pour le Mandarin d’ailleurs, il me semble qu’il en est fait mention dans un des films Iron Man… Mais ça fait tellement longtemps que je les ai vu que je ne suis plus sûre…

Pour certaines personne ayant vu le film, le terme « anneaux » n’est pas très adapté, puisqu’il ne s’agit pas de bague, mais plus de bracelet mis au niveau des avant-bras. Je ne suis pas experte en définition, donc j’avoue ne pas trop savoir quoi en penser… Dans la série d’animation, les anneaux sont des bagues, avec des pouvoirs proches des pierres d’infinité d’ailleurs… Ici, c’est bien différent, sauf pour la partie immortalité, mais peut-être que ses bracelets évolueront avec Shang-chi ? Après tout, ils sont fait à partir d’un matériaux inconnu même pour Captain Marvel. Du peu que j’ai pu trouver sur internet, il semblerait qu’il s’agisse également de bagues dans les comics…

J’imagine que ce changement de forme, et de pouvoir, n’est qu’une facilité scénaristique. Après tout, les films Marvel sont destinés au grand public, si les anneaux avaient gardés leur pouvoir, il aurait fallut prendre le temps de les expliqués avec une petite démonstration également… C’est pour ça, que j’espère que le choix sera plutôt une « évolution » des anneaux avec la maîtrise de ceux-ci par Shang-chi qu’un vulgaire abandon de ses capacités…


Pour ce qui est des scènes d’actions et donc d’arts-martiaux, le film en est rempli ! Ils sont magnifiques au début, mais j’avoue que vers la fin, avec les effets spéciaux alentours, j’ai eu un peu de mal à suivre… J’ai beaucoup aimé que, malgré qu’il soit le personnage central, tout ne tourne pas autour de Shang-Chi, mais qu’il y ait également un peu de place pour d’autres personnages, comme sa sœur par exemple.

Les effets spéciaux sont plutôt réussi, et le monde fantastique basé sur la mythologie orientale est magnifique, avec plusieurs créatures montrées à l’écran, comme le Kirin, l’équivalent chinois du Kitsune japonais, etc.

J’ai aussi un peu de mal avec la dernière partie de l’intrigue, l’univers fantastique semble aussi vaste que notre monde, pourtant l’antagoniste savait clairement où aller… Sans compter qu’il met un bon moment avant de vraiment comprendre ce qu’il se passe…

C’est avec les apparitions de Wong au cours du film, ainsi que d’autres personnage que le film annonce ça place dans le MCU. Avec la fin, on peut également imaginé qu’il aura un lien assez proche avec l’univers du Dr. Strange. Après tout, il faudra bien le relier à quelques choses pour que le personnage réapparaisse à l’écran ! Je le vois mal revenir simplement comme Spider-man avec ses antagonistes à battre… Mais qui sait ?


En bref, j’ai bien aimé visionner ce film, mais avec du recul, il a quand même pas mal de défaut… Il n’y a plus qu’à espérer que ses prochaines apparitions soient mieux réussies.


Ma Note : 7.75 /10

Note : 7.5 sur 10.

Chronique Marvel et Disney+ :

Mashle – Tome 1

#  Komoto Hajime


Élevé au fin fond de la forêt, le jeune garçon passe ses journées entre séances de musculation et dégustations de choux à la crème.
Mais un jour, un agent de police découvre son secret : il est né sans pouvoirs magiques, ce qui est puni de mort ! Pour survivre, il va devoir postuler à Easton, une prestigieuse académie de magie, et en devenir le meilleur élève…
La magie n’a plus qu’à bien se tenir : avec sa musculature affûtée et sa force hors du commun, Mash compte bien pulvériser tous les sorts et briser les codes de cette société !


Comme vous l’avez sûrement déjà lu sur une autre chronique, ou tout simplement parce que vous connaissez déjà les deux univers, Mashle semble être aux premiers abords, un simple mélange entre Harry Potter et One Punch Man. Et rien que cette phrase doit réussir à vous donner le ton de la série… Que l’on pourrait presque définir comme un plagiat, mais il n’en ai rien !


Certes, pas mal de décors et personnages ressemblent à ceux de la saga Harry Potter (il y a pleins de petits détails par ci, par là). Pour ce qui est de One Punch Man, je n’ai pas encore commencé la série au moment où j’écris ses lignes (oui, honte à moi). Le seul rapprochement que je peux faire c’est donc à partir des « on dit », à savoir la tête des persos et le côté bourrin du personnage principal… Malgré tout, l’auteur arrive à se détacher de ses deux univers (du moins pour ce premier tome), que se soit par l’intrigue très différente ou par l’humour, notamment sur l’opposition entre la force et la magie (parfois poussé vraiment à l’extrême).

Le but du personnage principal, Mash, est clairement défini dès le début, reste à savoir si celui-ci évoluera avec le temps ou non… Car il faut bien l’admettre, il est un peu simplet et maladroit, comme Hagrid quand il s’agit de force, notre personnage principal. Même si le but revendiquer est fort et très compliqué, Mash quant à lui semble peu sérieux, voire à côté de la plaque, donnant à lui tout seul plusieurs moments comiques.


Qui dit héros, dit ennemis ! Et pour le moment on peut dire qu’il y en a pas mal et que la liste n’a pas l’air de vouloir diminuer… Mais pour le moment, aucun d’eux ne semble être capable de faire face à sa force de combat, et Mash arrive malgré tout (et de manière parfois illogique) à se faire une place au seins de cette univers empli de magie.

Le tome commençais enfin à être un peu intéressant au moment de sa fin, j’espère donc avoir plus de surprise dans le contenu dans le prochain tome. Car pour le moment, on rigole c’est bien, mais à part ça, il n’y a pas l’air d’y avoir de vrai défi et évolution… L’histoire peut partir dans tous les sens au vue des scènes illogiques, mais savoir un peu le cheminement pourrait aussi être bien…


En bref, ce premier tome m’a bien fais rire et m’a aussi rappelé des souvenirs des univers sur lequel il s’appui. J’espère malgré tout qu’il y aura une intrigue un minimum sérieuse dans les prochains tomes.


Ma Note : 7.90 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.55 / 2              ¤ Originalité : 1.35 / 2

¤ Personnages : 1.55 / 2                ¤ Scénario : 1.45 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Nabari – Tome 1


Totalement indifférent à tout ce qui l’entoure, Miharu Rokujo est un collégien sans histoire. Mais un jour, les Kairoshû, ninjas issus du très ancien clan Iga, tentent de l’enlever. Sauvé de justesse par les membres de son école qui se révèlent être eux-mêmes des combattants hors pair, le jeune garçon apprend que son corps renferme les écrits du  » shinrabanshô « , la plus puissante technique jamais mise au point par les ninjas du monde secret de Nabari.


Nabari est un shonen en 14 volumes, d’abord édité par les éditions Asuka, puis par Kaze (peut-être que Asuka c’est fait racheter, je ne sais pas), et réalisé par Kamatani Yuhki (Nos c(h)œurs évanescents ou encore Éclat(s) d’âme). Il s’agit d’un univers autours des ninjas, mais pas dans le sens de Naruto, ici la trame du scénario ce passe dans le monde réel, où les ninjas vivent reclus et cachés.


Comme dit plus haut, les ninjas ne sont plus que des légendes vivantes pour la majorité de la population et ils vivent reclus dans des villages cachés. Oui, comme dans Naruto ils possèdent des techniques, mais a part ça, il n’y a pas grand chose d’autres en commun… Miharu est un collégien plutôt faible en carrure, mais qui possède dans son sang une technique secrète très puissante et surtout convoité par le monde Ninja, car quiconque arrive à la maîtriser pourra régner sur ce monde. Cette technique nommée « Shinrabanshô » confère une sagesse illimitée, mais ce n’est pas tout le monde qui peut en supporter la puissance. D’où l’étonnement général quand ils apprennent que Miharu en est le porteur…

Parlons un peu de lui, comme je l’ai déjà dit il ne donne vraiment pas l’impression d’avoir une quelconque force physique (il s’agit de celui assis sur la première image), mais son esprit lui, est très aiguisé, il manipule ceux qui l’entoure assez facilement passant du mode « Ange » au mode « Démon » assez rapidement. Ses scènes sont d’ailleurs assez marrantes, en gros il s’agit d’un gros sadique qui ce fiche complètement de ce qu’il se passe autour de lui…


Au début, il ignorais complètement les mises en garde, mais il n’aura pas d’autres choix que de s’y faire et d’apprendre un minimum à se défendre. La plupart des protagonistes principaux sont montrés dans ce premier tome, amis ou ennemis ? Pour le moment, certains semblent figés dans un camp ou dans l’autre, mais peut-être que cela viendra à changer au fil des tomes… Car la chose à laquelle on pense le plus souvent, c’est que dans sa situation, la première personne à l’approcher n’est pas nécessairement de son côté, mais cherche plutôt à le manipuler, reste à voir la suite donc…

En soit les dessins ne sont pas trop mon genre, mais vue que l’histoire est géniale, je fais avec… Par moment, la mise en page rend certaine page un peu flou (à moins qu’il s’agisse d’un défaut du tome), comme dit dans l’introduction, le manga à changer d’éditeur en cours de route, mais j’ignore pourquoi, j’ignore également si Kazé à repris le manga du début ou s’il y a juste eut la suite à leur nom… Beaucoup de personnages en prennent pour leur grade avec le caractère de Miharu, c’est vraiment drôle.


En bref, ce premier tome est une bonne mise en bouche, une nouvelle façon de voir l’univers des ninja qui change bien de celui que l’on connaît tous.


Ma Note : 7.25 /10

Note : 7 sur 10.

¤ Graphismes : 1.25 / 2              ¤ Originalité : 1.25 / 2

¤ Personnages : 1.5 / 2                ¤ Scénario : 1.5 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.75 / 2