Loner Life in Another World – Tome 1


Lycéen solitaire, Haruka, ainsi que toute sa classe sont envoyés dans un autre monde type RPG. Mais quand vient son tour de choisir ses skills, il se rend compte qu’il est le dernier à passer et qu’il ne reste plus rien d’intéressant !!  » Pour la peine, ch’e t’ocroie l’intégralité des skills restants !! « , dixit le dieu de cet autre monde. Haruka va donc hériter de tous les skills dont personne ne voulait ?!

Vous le découvrirez dans le premier volet de ce manga qui conte les aventures d’un lycéen contraint de voyager seul dans un autre monde en mode HARD !


Nouvelle chronique, pour un nouveau Isekai à croire que c’est la mode en ce moment, mais personnellement ça ne me dérange pas… Je ne m’attarde que peux sur le vue et revue tant qu’il y a un minimum de choses à côté qui me donne envie de lire la suite ! (Après tout, beaucoup de séries se ressemblent et on ne verrait/lirait pas grand chose si on s’arrêter au premier « déjà vu »).

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Malgré tout, je pense que je suis un peu obliger de vous en parler de ses banalités. Pour commencer, c’est la classe entière qui se fait téléporter dans un autre monde (déjà vu dans : Je suis un Assassin... notamment). Deuxièmement, ils apparaissent devant un dieu (presque tout les titres). Après pour le moment, je n’ai pas vue d’autres éléments vraiment récurrent, ou ils ne m’ont tout simplement pas marquée.

Pour le côté « innovation » (car celle-ci ne tient qu’à mes propres lectures, donc au final, peut-être que ça existe ailleurs…). Et bien, on peut reprendre le paragraphe précédent… Lors du transfert de la classe, notre protagoniste comprenait la situation (ce qui n’est pas le cas le plus souvent), de plus, cela ne lui convenait pas, il c’était donc un peu caché… mais comme vous l’avez deviné, ça n’a pas marché. La partie concernant le dieu est également assez drôle et rafraichissante car pour une fois, il sert clairement à rien… Pareil, au début, on remarque qu’il est spécifié que plusieurs groupes existe au sein de la classe (comme partout), je pense que cette information aura une importance plus ou moins importante par la suite…


Voilà donc que notre protagoniste se retrouve dans un autre monde, avec seulement les compétences dont les autres n’ont pas voulu… Autant le dire, la liste des compétences au début du tome à sûrement une utilité également (outre la blague), peut-être qu’il s’en servira pour connaître ce que ses camarades ont pris ? Pour lui, il ne reste donc que des compétences « inutiles », mais au final, de ce que j’ai pu voir, il aura peut-être de belles surprises ! Une chose est sûre, sa compétence principale consistant à devoir rester seul va sûrement finir par avoir un intérêt.

Pour les dessins, ont sent que le côté comique est très important avec le panel très large d’expressions faciales et corporelles (parfois sous forme de chibi par exemple). Le côté jeux-vidéo est également bien présent, avec la fenêtre de caractéristique, mais pas seulement !

Le plus gros soucis pour le moment est donc l’intrigue principale… Il n’y a pas d’objectif clairement défini pour le moment, d’habitude un roi démon est à battre, mais là, il n’en est rien ! C’est pourquoi, pour le moment, on dirait juste un petit slice of life dans un autre monde, je ne pense pas que ça restera le cas, enfin, je ne vois pas le manga partir dans ce sens là en tout cas.


En bref, ce premier tome est vraiment sympa à lire, le seul risque pour l’intrigue, c’est le côté « solo » du personnage, mais je pense qu’il n’y a pas trop de soucis à ce faire de ce côté là…


Ma Note : 8/10

Note : 8 sur 10.

Plus de chronique de l’éditeur :

Moi, Quand je me réincarne en Slime : Comment vivre chez les monstres – Tome 2

# Okagiri Shou & Fuse


Découvrez la vie quotidienne des habitants de Tempest, le royaume du plus célèbre des slimes ! Flamea est une femme-lapin venue visiter Tempest, pays des monstres établi dans la grande forêt de Jura. C’est alors que Limule, le souverain en personne, la charge de la confection du guide touristique de la capitale. Libre d’agir à sa guise en ville, elle consacre ses journées à la collecte d’informations. Mais un jour, Limule la convoque de nouveau et lui demande de trouver le « labyrinthe », le donjon de la ville ! Pour créer un guide stratégique, elle est accompagnée d’Ellen, Gido et Kabaru dans sa tâche…


Je continue le spin off de Moi, quand je me réincarne en slime, avec son second volume. On continue de découvrir, au côté de Flamea, la ville de Tempest et tout ce qui l’a compose, que se soit un mystérieux labyrinthe ou des sources thermales.


Ce nouveau volume permet d’introduire de nouveaux personnages, récurrent dans la série principale, mais jusqu’alors absent de ce spin off. Mais ce n’est pas tout ! On a également un passage sur la forge et surtout sur son évolution tant d’un point de vue matériel, que de savoir faire, de quoi faire quelques envieux…

Flamea prend très au sérieux la mission que lui a confié Limule dans le premier tome, c’est ainsi que né la première version du guide. Les différentes informations qu’il contient sont validé par Limule et Veldra, malheureusement, beaucoup de monstres ne savent pas lire… Il faut donc revoir la forme avec des images ! Et c’est là que le pouvoir de Limule et ses connaissances de son monde d’origine vont aider ! Il va recréer un objet unique de son univers, devinerez vous lequel ?


L’humour est toujours grandement présent, notamment dans les scènes de détentes, ou les moments clairement enseignés pas Limule à ses amis de l’autre monde. Je trouve, qu’encore une fois, super sympathique de voir d’autres personnages mis en avant, même si ce n’est que pour quelques pages. Et oui, Shion et Shuna se disputent encore pour Limule (passage après la création du mystérieux objet).

Si vous êtes observateur, vous aurez sans doutes remarqué un petit défaut sur la couverture du tome. Kurokawa a répondu sur Twitter qu’il s’agissait d’une erreur évidemment non souhaité, lié au montage des différents calques. Peut-être que les prochaines impressions n’auront plus ce défaut, ça je n’en sait rien… En tout cas, personnellement je trouve que ça redonne un côté humain aux maisons d’éditions, car évidemment, l’erreur est humaine ! En tout cas, ça n’empêche pas de bien profité du contenu et des nouvelles péripéties de la ville de Tempest.


En bref, la découverte de Tempest au côté de Flamea est toujours aussi plaisante à lire, la série est vraiment sans violences particulières de quoi faire une bonne pause.

HA T3

Ma Note : 8.95 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.75 / 2              ¤ Originalité : 1.75 / 2

¤ Personnages : 1.95 / 2                ¤ Scénario : 1.50 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Autres chroniques de la série :

Moi, Quand je me réincarne en Slime : Comment vivre chez les monstres – Tome 1

# Okagiri Shou & Fuse


Flamea, du clan des hommes-lapins, voyage à travers le monde en quête de découvertes. Arrivée à la fédération de Tempest, elle se fait remarquer par le souverain de la ville : le roi-démon Limule. Ce dernier voudrait créer un guide touristique à l’approche d’un grand événement dans son pays, et c’est à Flamea qu’il en confie la conception ! Réjouie, elle mettra à contribution ses talents pour la fédération au nom du tourisme et des nouvelles trouvailles.


On se retrouve pour une nouvelle chronique, cette fois-ci autours de l’univers de Moi, quand je me réincarne en slime avec son premier spin off « Comment vivre chez les monstres » ! Centré un peu plus sur l’humour et sur la découverte, plus approfondie, de la ville qu’a crée Limule Tempest, ce spin off ne semble pas avoir d’incidence sur la série principale. Comme celle-ci, la série est édité chez Kurokawa, et comporte au moment où j’écris ses lignes deux volumes.


Comme dit plus haut, on se retrouve dans la capitale créée par Limule, désormais florissante ! Comme la série principale se doit d’avancer, j’imagine que pas mal d’éléments de celle-ci passe inaperçu ! Notamment, l’aménagement des routes vers l’extérieurs de la ville ! Ou encore ses différentes attractions ou magasins phare ! En tout cas, j’apprécie beaucoup cette petite visite pleine d’humour, où l’on rencontre chaque personnage de la série principale avec un petit moment comique dédié !

Côté personnage, un seul est nouveau (et peut-être même propre au spin off), il s’agit évidemment de Flamea, l’héroïne principale. Pour ce qui est des autres personnages, venant principalement de la série principale, ils sont reléguer au second plan afin de bien laisser Flamea en avant. Attention toutefois, suivant où vous en êtes dans la série principale, il se peut que certains personnages ne vous disent rien… Il ne s’agit pas vraiment de spoil à mes yeux, mais je préférais le signaler malgré tout, car pour ma part je n’ai vu que la saison 1 de l’anime pour le moment et j’ai eu droit à la surprise (sans pour autant qu’elle soit gênante). A vous de voir, quand vous souhaiterez découvrir ce titre. Comme toujours, Gobuta va ramasser un max… Pauvre personnage…


En parlant de mise en avant, même si j’ai dit que les personnages de la série principale étaient mis en second plan pour Flamea, certains sont quand même mis plus en avant que d’autres. Notamment ceux que j’ai trouvé peu présent dans la première saison de la série, et ça aussi c’est bien, on peut en découvrir un peu plus sur ses différents personnages tout en rigolant un bon coup avec leur caractère. Pour ma part, j’ai également découvert le côté vicieux de Limule, mais bon…

Pour ce qui est des dessins, je les trouve assez fidèles à la série principale, et j’adore le design de Flamea.

Tout ça pour dire que même si le spin off n’apporte pas grand chose (pour le moment) au scénario de la série principale, il permet malgré tout d’approfondir cet univers et ses personnages. Il est donc très intéressant si vous avez envie dans savoir plus et de juste passer du temps dans cet univers en compagnie de ses différents personnages, sans vous prendre la tête avec la trame générale de l’histoire.


En bref, il s’agit pour moi d’un bon spin off à la série originale, il permet de passer de bons moments en compagnie des différents personnages de la série principale, tout ça dans la bonne humeur et en apprenant autour du thème « Guide Touristique ».

HA T3

Ma Note : 8.90 /10

Note : 9 sur 10.

¤ Graphismes : 1.70 / 2              ¤ Originalité : 1.80 / 2

¤ Personnages : 1.95 / 2                ¤ Scénario : 1.45 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


La Sorcière Invincible – Tome 1

# Tueuse de Slimes depuis 300 ans !


Azusa Aizawa, femme, célibataire, bête de travail. Après avoir vécu uniquement pour son boulot, elle se réincarne en sorcière immortelle dans un autre monde. 300 ans de vie tranquille plus tard, elle a atteint le level 99. Ayant entendu parler de cette jeune fille incroyablement forte, beaucoup d’aventuriers et de dragons viennent à elle. Que va donc devenir son rêve d’un quotidien paisible ! ?


Cette série possède un titre que l’on peut largement considérer comme très long… Du coup, permettez moi de simplifier un peu celui-ci dans ma chronique avec seulement « la sorcière invincible ». Il s’agit d’une nouvelle série édité par les éditions soleil manga en ce début d’année 2021. Comme beaucoup d’autres séries en ce moment, il s’agit à l’origine d’un light novel, adapté sous format manga. Le light novel est d’ailleurs toujours en cours au Japon et comporte une quinzaine de volume, de quoi espérer pas mal de tome pour son adaptation en manga ! J’ignore ce que représente l’histoire d’un volume de la version manga par rapport au light novel, si vous savez n’hésitez pas à me le dire ^^


La sorcière invincible est un isekai (monde parallèle) auquel on peut ajouter la comédie et le slice of life. Notre héroïne suite à une overdose de travail, meurt d’épuisement… Son âme fait alors la rencontre d’une jeune fille lui demandant ce qu’elle souhaite (voir image ci-dessus). Pour résumer, elle souhaite juste vivre une vie tranquille sans avoir à s’acharner jusqu’à l’épuisement comme elle le fut dans son ancienne vie. C’est ainsi que commence sa nouvelle vie dans un autre monde… Après cette introduction, on a droit à un petit voyage dans le temps 300 ans plus tard ! Et là, les choses commencent tout doucement à bouger pour Azusa

On découvre en même temps qu’Azusa quels pouvoirs elle possède (et surtout qu’elle force) car oui, malgré ses 300 ans d’existence, elle n’a jamais réellement fais grand chose (ce qui était le but). Malheureusement pour elle, la rumeur d’une sorcière à un niveau excessivement élevée c’est répandue dans toute la région, attirant vers elle, beaucoup d’adversaire souhaitant l’affronter, mais pas que ! Pour le moment, dans ce premier volume, il n’y a pas plus d’action que ça, et personnellement, j’aime bien avoir un Isekai qui change un peu de d’habitude, avec notamment des harems ou encore beaucoup d’actions. Comme quoi, on peut changer de monde et vivre sa nouvelle vie de manière assez pénarde.


A la fin du tome, on a le droit à 4 bonus en 4 cases, toutes aussi drôle les unes que les autres, et nous présentant des parties de l’histoire que l’on a pu trouver illogique, simpliste ou dont on a simplement imaginer une partie. Ce petit bonus, créé sûrement en même temps que le manga, est je trouve très appréciable, et permet de rire encore un peu en attendant le prochain volume. En parlant de petit bonus, je vous conseil de regarder sous la jaquette 😉 D’ailleurs, sur celle-ci, il y a un léger relief, avec les slimes qui brillent.

Je ne sais pas trop si c’est le cas en France, mais je sais qu’au Japon, le travail est au centre de la vie (souvent sociale) des salariés. Beaucoup travails énormément, passant ainsi bien plus de temps, que nous français, au travail… Cette surcharge de travails et la compétition en continue sont très mauvais pour le moral, mais par peur d’être mal vue, voire de perdre son emploi, beaucoup se surmène… J’ignore les chiffres, mais je pense que le cas présenté dans le manga, de mort suite au surmenage, est assez présent au Japon. On pourrait donc dire, que l’auteur cherche à dénoncer ses pratiques souvent recommandées au seins des entreprises, pour ce faire bien voir. En faisant une recherche rapide, il y a même des termes spécifiques pour désigner ce genre de décès (Karoshi), comme quoi, le problème est connu, mais pas vraiment résolu…


En bref, cette série est sympathique, on voit une autre facette des isekai, habitués aux combats et aux grands méchants, mais ici, il n’y a que du bon temps et des slimes !

HA T1

Ma Note : 8.20 /10

Note : 8 sur 10.

¤ Graphismes : 1.75 / 2              ¤ Originalité : 1.5 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.25 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.85 / 2


Je suis un Assassin (et je surpasse le héros) – Tome 1


Appelé avec ses camarades de classe dans un autre monde, Akira Oda se voit attribuer les caractéristiques d’un banal assassin du fait de sa discrétion. Mais ses compétences vont se révéler bien plus grandes que celles d’un héros.
Très vite, Akira commence à avoir des doutes sur le roi qui les a fait venir dans cet autre monde et il va devoir mettre en pratique ses compétences d’assassin pour élucider le mystère… et découvrir la conspiration qui est en train de se tramer !


Voici venu le moment de la présentation d’un nouvel Isekai, récemment arrivée en France, chez Doki Doki. Adapté d’un Light Novel (romans avec quelques illustrations style manga), on y suit l’aventure d’une classe de notre monde soudainement transporté dans un autre. Très vite, notre héros se rend compte que quelque choses cloche, habitué à être seul, il a développé des compétences afin de comprendre les intentions des autres (car oui, ce monde fonctionne un peu comme un jeu vidéo), de ce fait, il reste discret, assez bien pour que ses « bienfaiteurs » ignore jusqu’à son existence, et ainsi ses compétences…


L’aventure qui nous est proposée ici, est clairement sortie des sentiers battus, là où le plus souvent le personnage principal est également le héros invoqué, ici ce n’est pas le cas, ce fameux héros n’étant qu’un personnage secondaire (mais qui reste, je pense important). De ce fait, en nous proposant un assassin comme héros, dans un univers où la motivation de certains personnage n’est clairement pas joyeuse, on peut s’attendre à voir des évènements plus sombres, et donc inattendu. Le déroulement de l’intrigue peu prendre plusieurs chemins différents, et le rapport de notre vrai héros face à ses camarades, pour le moment, peu laisser présager une fin malheureuse pour l’un des camps, à moins qu’il n’arrive à les sauver… Je trouve presque, cet Isekai, plus réaliste que les autres, car très clairement, à mes yeux, quelque soit l’univers, tant qu’il y a des hommes, il y a de la corruption, etc… Car oui, pour moi, l’homme est très clairement loin d’être un être très gentils, on est plus avare et égoïste qu’autres choses à mes yeux (moi-même je le suis par moment…).

L’univers dans lequel atterrissent notre héros et ses camarades est, quant à lui, assez banal pour le moment, il y a plusieurs royaumes, représentants plusieurs espèces différentes (humains, démons, etc…). Bien évidemment, le royaume des humains est dirigé par un roi, qui a évidemment évoqué la raison de la présence de la troupe (même si celle-ci sonne vite faux). Malgré toute cette tension qui règne, et le manque de confiance envers la couronne, Akira fini par trouver des alliés aussi inattendus qu’éphémère, lui permettant de s’améliorer sans que l’on se demande comment il fait alors qu’il ne connait pas le monde… Car oui, même s’il a acquis une capacité de compréhension d’autrui, je trouve un peu gros, le fais qu’il maitrise déjà certaines capacités…


Durant un court passage de ce premier tome, il fera la rencontre d’une inconnue dans la foule, qui semblait clairement être hostile à leurs présence, mais aussi savoir beaucoup de choses, notamment comment ils ont été invoqués… Même si ce passage est très bref, il n’en ai pas moins important pour autant, au contraire, car je pense que ce personnage, comme elle l’a dit elle-même, sera de nouveau amené à rencontrer Akira, espérerons que cette fois, se sera en amie. La révélation qu’elle fait à Akira, sur la manière dont ils ont été invoqué, rajoute une couche aux côtés sombres de ce manga, et des personnages qui le composent… Je pense que les humains de ce monde, ne sont, très clairement, pas tous les gentils de l’histoire, j’ai hâte de voir comment les autres peuples seront présentés.

Pour finir, j’aimerais parler de la jaquette et de la première page couleur, que je trouve toute deux, très belle. Pour la jaquette, j’avoue même qu’elle laisse transparaître un peu de mystère, étant donné que le personnage féminin, n’est pas apparu dans ce premier tome. Mais pour ce qui est du choix des couleurs, je trouve cela très beau, et la 4ème de couverture n’est pas en reste, je ne sais pas comment décrire l’effet donné (j’hésite entre un parchemin et un vieux film…), mais j’aime bien le rendu. Pour la première page couleur, elle permet de donner le ton entre deux personnages, l’un clairement dans l’ombre, tandis que l’autre est dans la lumière, un contraste qui donne un rendu très joli (et qui ferait un beau poster).

Je passerais mon avis sur l’engouement général autour de l’adaptation de Light Novel, car oui, en ce moment je trouve qu’il y en a beaucoup qui arrivent en France, et pour le moment, je ne suis déçue par aucun de ceux que j’ai… Pour vous les citer, il y a celui-ci (évidemment), mais également « Parasites Amoureux«  (sortie également sous son format LN en France), et « The Undead Unwanted Adventurer » (j’ai chroniqué ses deux manga, donc faites un petit tours s’ils vous intéressent ^^). J’imagine qu’il y en a plein d’autres, mais pour le moment, je n’ai que ceux là…


En bref, un nouvel Isekai parmi tant d’autres arrive dans nos librairies, mais pour ma part, j’avoue que celui-ci change un peu de ceux que j’ai pu voir (qui finissent clairement en Harem + Echi) et j’espère que cela va continuer…

HA T1

Ma Note : 7.75 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.5 / 2              ¤ Originalité : 1.5 / 2

¤ Personnages : 1.75 / 2            ¤ Scénario : 1.25 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.75 / 2