L’Héritier du roi Arthur – Livre 1


Le royaume de Logres court un grave danger. Le roi Arthur est devenu trop vieux. Ses chevaliers ont disparu. Merlin a perdu ses pouvoirs et Galaad a soif de vengeance !
Kadfael, le jeune protégé de Merlin et le fils de Perceval le Gallois, va tenter l’impossible pour trouver le Graal, protéger Excalibur et rendre au royaume sa splendeur perdue.
Aidé de son vieux maître, un nain bougon, et d’Adélice, une fée aussi courageuse que troublante, il sera confronté à des situations plus périlleuses les unes que les autres.
Hommes, fées et nains devront s’allier pour éviter la destruction du monde. Réussiront ils à vaincre Vikings, dragons, banshees et trolls à la solde de Galaad, le chevalier félon ?


L’héritier du Roi Arthur est une série de romans en 3 volumes, écrit par Bertrand Crapez, retraçant, dans chacun de ses tomes, les aventures de Kadfael, fils de Perceval. Accompagné de ses amis, dont le grand magicien Merlin, il part en quête afin de reforger Excalibur et détrôner Galaad, un tyran sans merci. En passant des récits Arthuriens aux récits Nordistes, cette série ravira tout les fans de mythologies.

Je tiens à remercier Livr’s édition pour la découverte de ce roman.

Table Ronde légendaire du Roi Arthur

Comme dit plus haut, plusieurs mythologies sont mélangées dans ce premier tome (et sûrement dans les deux autres), ce qui n’est pas pour me déplaire grande fan d’histoire et de légendes que je suis. On pourrait craindre que celles-ci ne se mélange pas bien, que cela n’est pas fluide, mais bien au contraire, l’auteur a su placer les éléments comme il fallait pour que le tout soit très fluide à la lecture et ainsi facile à suivre. Le seul petit défaut de ce mélange, est sûrement pour les personnes ne connaissant pas séparément ses deux légendes, et qui peuvent donc ne pas faire la différence facilement. Malgré tout c’est vraiment très appréciable de voir des dragons, nains, elfes, viking,… dans une même œuvre (certains passage rappel d’ailleurs une autre œuvre très connue de Tolkien).

De plus, je trouve cette œuvre très sympathique de part le fait que oui, on parle du Roi Arthur, mais non, il ne s’agit pas là de son histoire, il n’est qu’un personnage tierce (et oui, même pas secondaire) dans le récit. De quoi renouveler un peu cette légende bien souvent comptée, avec cette fois-ci une suite possible de celle-ci. Bien évidemment, les grands membres de la table ronde sont très souvent nommés, mais il ne s’agit plus là de leur histoire, mais de celle de leurs descendants, quand ils en ont. On retrouve également le personnage de Morgane, représentée ici comme une Azura (sorte de fée suprême) est très bien représentée, me rappelant bien souvent celle présente dans la série Merlin (que j’ai bien envie de revoir d’ailleurs). Au cas où vous vous posez la question, non Kadfael n’est pas le fils d’Arthur, mais de Perceval fidèle chevalier du roi, qui fera également quelques apparitions assez brèves au cours du récits (dont une qui me rappel vaguement l’un des passages d’Harry Potter et la coupe de feu, oui, j’ai réussi à le placer ici alors que les deux oeuvres non rien en commun, à part cette scène).


Jormungand – Dragon d’Or – représentation

Je tenais également à comparer l’édition proposée par Livr’s, car oui cette œuvre en 3 volumes a déjà été édité dans une autre maison d’édition. Le contenu est toujours identique, seul peut-être change la présentation à l’intérieur, mais n’ayant pas d’autres éditions, je ne peux comparer cet élément… Par contre, je peux comparer les couvertures ! Et celles de la nouvelle édition, sont juste magnifique et donne vraiment envie de lire, on ressent toute la tension présente dans ce premier volume, et on peut également découvrir l’interprétation graphique de nos personnages principaux, ainsi que l’une des scènes de combats la plus importante et impressionnante du livre.

Enfin, je vais parler un peu des personnages, de leurs caractères, ainsi que de leurs relations. Tout d’abord, une petite présentation, il y a 4 personnages principaux, Merlin, Kadfael, Adélice (fée) et Dargo (nain). Merlin et Kadfael ont une relation père/fils, car le fils de Perceval a été élevé par celui-ci (vous découvrirez pourquoi lors de votre lecture). Adélice est une espionne de la fée Morgane chargée jusqu’alors de surveiller Kadfael, elle finira par l’accompagner dans sa quête tout en se rapprochant de lui… Enfin, Dargo est un nain, forgeron qui tombera sur la route de nos amis et finira également par les accompagner, il est très certainement la touche d’humour du groupe avec toujours les mots qu’il faut pour nous faire rire, même par maladresse, de quoi remettre l’ambiance à un niveau un peu plus confortable après une période de tension. Enfin, chacun des personnages évolue tout au long de l’histoire, pour Kadfael, par exemple, il devient beaucoup plus mature.


couverture du tome 2

En bref, il s’agit d’une histoire très prenante nous faisant traverser beaucoup de lieux différents dont Avalon l’équivelent du paradis dans les légendes sur le roi Arthur. Une belle lecture autant pour les jeunes que pour les grands !


Ma Note : 9.05 /10

Note : 9 sur 10.

¤ Présentation/Accessibilité: 1.60 / 2              ¤ Originalité : 1.85 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                 ¤ Scénario : 1.75 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Ce livre vous intéresse ? Cliquez sur le logo des éditions Livr’S pour accéder à la page du livre et en lire l’extrait !

Logo LivrS

Mes voisins les esprits – Tome 1

# Shirotori Ushio


Afin de retrouver les « notes sur le royaume des morts » qui lui permettront d’en savoir plus sur la disparition de sa mère, Yachiho emménage avec son chat dans une vieille maison abandonnée où se passent des choses très étranges. Elle va y faire la rencontre de Moro, un mystérieux esprit qui lui demande de l’aider dans son « travail »… Et la jeune fille n’est pas au bout de ses surprises avec toutes les créatures fantastiques étonnantes qu’elle va côtoyer !

Dans la lignée de Ken’en – Comme chien et singe (également de l’éditeur MAG Garden), Mes Voisins les esprits est un récit qui allie avec subtilité aventures, mystères et un regard plein d’émotions sur la vie. Bref, une série qui n’est pas sans rappeler les plus beaux animés Ghibli, tels que Le Voyage de Chihiro. C’est aussi pour nous l’occasion de faire découvrir aux lecteurs francophones les superbes talents graphiques d’Ushio Shirotori, une nouvelle auteure à suivre !

~ Nautiljon


Mes voisins les esprits est un Seinen édité, en France, aux éditions Doki Doki, son autrice est Shirotori Ushio. Il s’agit d’une série en 3 tomes, assez courte donc, mais pour une première série c’est un bon début qui permet de montrer ce dont on est capable. On y suit ainsi Yachiko, encore lycéenne, qui emménage dans une nouvelle demeure, habitée par des esprits (Yokai). A la demande de son père, elle recherche un manuscrit assez spécial, dans le bus de retrouver sa défunte mère. Malgré tout cela, ce premier tome est remplit de bienveillance, expliquant le cycle de la vie, qui existe aussi du côté des esprits. Comme le dit le synopsis ci-dessus, il rejoint plutôt bien Ken’en (ma chronique du tome 1 : https://sunread26.wordpress.com/2020/08/26/kenen-t1/) qui est sur le même thème et avec cette idée de bienveillance.


Pour changer un peu de d’habitude, je vais commencer par vous parler de la couverture et de la jaquette de ce premier tome qui ne sont pas identiques. La jaquette (partie d’un manga qui peut être retiré, mais qu’il faut à tout pris garder, car l’auteur a passé du temps à la faire, vous l’avez payé lors de l’achat, mais également parce que sans elle le volume ne vaut plus grand chose si vous venez à le vendre) est très colorée, on y voit notre héroïne Yachiko un peu mal à l’aise avec tout ses esprits autour d’elle, ses couleurs dites « chaudes » (rouge, orange etc…) permettent de nous mettre dans l’ambiance qui se veut toujours avec un peu de bienveillance et une vision positive. Plusieurs des esprits présent sur celle-ci apparaissent au cours de ce premier volume, chacun avec leur propre histoire. Le dos de cette jaquette représente plusieurs esprits sous formes de croquis très jolis à regarder. Une fois la jaquette retirée, on peut voir la couverture du tome, celle-ci représente en première page, la fameuse maison où emménage Yachiko avec quelques indications sur les alentours, la 4ème de couverture continue sur cette lancée avec un plan de l’intérieur de la maison (sauf le sous-sol secret évidemment).

Le tome a quelques pages en couleurs d’où ce prix un peu plus élevé que la moyenne où toute les pages sont en noir et blanc. Les dessins sont juste superbe, on voit que l’autrice à fait attention à beaucoup de détails, que se soit pour les premiers plans ou l’arrières plans, ainsi que chaque personnage de l’intrigue, qu’il soit principal ou secondaire. La lecture est très agréable, les pages sont très aérées, avec juste ce qu’il faut de texte. Les esprits sont juste magnifique à regarder et avec tellement de détails !


Pour ce qui est de l’intrigue, le manga est un Slice of Life, on y suit donc le quotidien de Yachiko, il n’y a donc rien d’exceptionnel aux premiers abords, en même temps la série ne fait que 3 volumes, il est donc difficile de mettre en place une vraie intrigue faite pour durer. Toutefois, à la fin de ce premier tome, quelque chose d’intéressant ce produit et laisse espérer un peu de mouvement lors de ma lecture du prochain volume. La vie scolaire de Yachiko est très peu montrée, mais on voit tout de même qu’elle arrive à se faire des amies, qui s’inquiètent un peu pour elle, car elle habite dans une maison qui est bien connue pour être hantée.

Enfin, pour l’originalité, on connait tous au moins un manga qui parle de Yokai, donc de ce côté là, on peut dire qu’il n’y a pas vraiment de nouveauté. Malgré tout, la manière d’aborder le thème reste assez originale, puisqu’on est centré avant tout sur les esprits et leur ressenti, leur utilité au monde et comment ils terminent leur venue dans notre monde, car oui, s’ils l’acceptent, il partent dans un notre monde rien que pour eux et où ils ne peuvent pas disparaître (contrairement au notre, où leur durée de vie est limité).


En bref, ce tome fut très plaisant à lire et sans prise de tête, il est également bien dessiné et rédigé. Il permet de découvrir sous un nouvel angle emplit de bienveillance, les Yokai (esprit Japonais).

HA T3

Ma Note : 7.95 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.85 / 2              ¤ Originalité : 1.35 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.25 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.65 / 2