Falcon et le Soldat de l’Hiver


Sam Wilson, alias Falcon, et Bucky Barnes, le Soldat de l’Hiver, se lancent dans une aventure autour du monde qui va mettre leurs ressources – et leur patience – à rude épreuve.

La série se déroule après les événements d’Avengers : Endgame.


Bienvenue pour ma chronique sur la seconde série de la Phase 4 du MCU, mettant en avant plusieurs personnages, connus ou non de ce vaste univers. Comme pour la série Wanda Vision, la nouvelle série Disney Falcon et le Soldat de l’hiver à plusieurs buts, ici, il s’agira de parler de la succession du bouclier de Captain America et donc de son nom, mais également des conséquences du retours de la moitié de la population, après 5 longues années. Cette série permettra également de définir la prochain Captain America des films du MCU, et il semblerait qu’un quatrième opus soit en cours de réalisation… Mais qui est donc notre nouveau Captain ? Bucky ? Le Faucon ? ou John Walker ? Je vous laisse regarder la série (ou vous auto spoiler sur un autre site) pour le découvrir.

Comme dit dans le synopsis, cette série à également lieu après Avengers : Endgame, ainsi, si vous n’avez pas vue le film, et ne souhaitez pas être spoiler, passez votre chemin.


Il y a beaucoup de choses à dire avec cette nouvelle série, évidemment, je ne pourrais pas toute les évoquer… La première chose à laquelle je pense c’est notamment au « Symbole ». A celui que représente le bouclier de Captain America notamment, car c’est tout ce qu’il est au début de cette nouvelle série. Dans Endgame, Steve Rogers le remet à Sam Wilson, car il l’en pense digne. Malheureusement, Sam n’est pas du même avis, car pour lui, il n’y a qu’un Captain, qu’un Steve. Il remettra donc le bouclier au musée dédier à ce héros mythique, hélas, comme toujours, certaines personnes penseront différemment, et un nouveau Captain sera « élu » et donc détester par tout le monde tout au long de la série…

On retrouve un autre personnage phare, lui aussi acolyte du célèbre Captain America, je parle évidemment de Bucky, en pleine période de rédemption. On suit son trauma, mais également ses périodes de reconstruction, notamment celle au Wakanda qui lui fût d’une grande aide. On peut d’ailleurs remarquer son nouveau bras, en vibranium, confié par le Wakanda, on peut donc en déduire, qu’il s’est bien intégré à ce royaume très peu enclin aux étrangers. Plusieurs théories apparaissent d’ailleurs à son sujet vis-à-vis de son lien avec le Wakanda, et les prochains films du MCU autour de ce royaume.


La série passe par des hauts et des bas, les discussions et « disputes » de nos deux protagonistes principaux sont souvent assez comiques, leur thérapie également. Mais un autre sujet, bien plus sérieux est évoqué, le retour de la moitié de la population terrestre et ses conséquences. Habitué depuis 5 années à un nouveau mode de vie, le retour d’un tel nombre, d’un seul coup, provoque beaucoup de soucis, notamment du côté des logements, de la nourriture et du travail. Comment assimiler une telle masse de population ? La série en parle, le Faucon lui répond…

Je tenais également à évoquer les différents jeux d’acteurs de la série, vraiment très impressionnant, notamment pour Daniel Brühl, qui représente la Baron Zemo de manière très intéressante et marquante, pour l’une de ses rares apparition à l’écran. Avec la série, on arrive à mieux le cerner, à mieux le comprendre, son unique but est d’éliminer le super sérum afin d’éviter qu’ils ne tombent entre de mauvaises mains, un but noble certes, le soucis c’est plutôt la méthode. Le deuxième dont j’aimerais parler est celui de Wyatt Russell qui incarne John Walker, il faut savoir qu’il connait très peu l’univers du MCU, mais que malgré tout il a bien joué son rôle. Son personnage se devait d’être détesté, il l’a fait, mais comme l’a si bien dit @LordDrakkon7707 (son post : https://twitter.com/LordDrakkon7707/status/1380565537508429829) sur Twitter, ce n’est pas son seul rôle. En effet, John Walker est également là pour montrer le changement des Etats-Unis, on est plus dans les années 40, le pays à bien changé depuis ! De très beau rôles, de bons acteurs, j’ai hâte et j’espère les revoir plus tard dans le MCU.

La réalisatrice Kari Skogland, permet de bien évoqué le dernier point très important de la saga, à savoir le passage de flambeau du bouclier d’un personnage iconique blanc, à celui d’un personnage afro américain. Voici un extrait de ce qu’elle a dit lors d’une interview : « Quand Anthony (Sam Wilson) est arrivé avec le costume de Captain America sur le dos sur le plateau pour la première fois… C’était vraiment fort. Il faut savoir qu’on travaillait sur le design de ce costume depuis des mois déjà. Pour qu’il soit unique pour Sam. Qu’un homme noir porte ce costume de Captain America, ça nous a collé des frissons à tous. On avait conscience de l’importance d’un tel projet, pour le MCU mais pour le monde en général. On savait ce que ça représentait. Mais le voir prendre vie sous nos yeux, c’était à couper le souffle« . La réalisatrice à bien raison, il s’agit là d’un message très fort, puisque l’icône des Etats-Unis n’est pas uniquement destinée à être porté par une personne blanche, mais bien par n’importe qui faisant partie de sa population. Tout le monde peut être un héros, tout le monde peut être une icône !


En bref, j’ai dévorée cette série à chaque sortie d’épisode, la nouvelle phase du MCU promet beaucoup de nouveautés côté personnage, et c’est bien de leur donner une chance !


Bande-annonce :


Ma Note :

Note : 9 sur 10.

Chroniques sur le MCU :

Jungle Juice

#  Hyeong Eun & JUDER


Suchan Jang est un étudiant extraordinaire au sommet de la chaîne alimentaire sociale. Mais sous sa façade parfaite, il cache une paire d’ailes d’insectes qui ont soudainement poussé lorsqu’il a utilisé un mystérieux insectifuge appelé «Jungle Juice».

La vie de Suchan s’effondre quand il montre ses ailes au monde pour sauver la vie de quelqu’un. Quand tout espoir semble perdu, Suchan tombe sur un monde caché d’humains insectes où chacun est accepté pour ce qu’il est. Mais la loi de la jungle régit cette société secrète et tous doivent se débrouiller seuls pour survivre.


On se retrouve pour parler un peu de Jungle Juice, un nouveau webcomics, présent sur la plateforme de lecture Webtoon (il est donc gratuit à la lecture, du moins, au moment où j’écris cette chronique). Le scénario est écrit par Hyeong Eun, tandis que les dessins sont réalisés par Juder, et je peux vous dire que ce duo envoi du lourd avec ce webcomics ! Mais de quoi ça parle ? Eh bien, d’insecticide, et de ce que l’on obtient en mélangeant un être humain avec un insecte… Une chose est sûre, ce manga n’est pas pour tout le monde, le gore et la violence arrive très rapidement, donc ne vous fiez pas uniquement aux beau dessins !


Comment se sont-ils retrouvé en partie insecte ? Eh bien, ils ont tous utilisé un insecticide nommé Jungle Juice, qui les as « fusionné » avec l’insecte visait avec cet insecticide, pour notre héros principal, il s’agira de la libellule ! Est-ce définitif ? Non, une solution a été créée à partir de l’insecticide. Mais alors, ils peuvent tous redevenir normaux ? Eh bien, encore une fois, non… En effet, même si une solution a été trouvée, celle-ci n’est produite qu’en très faible quantité, c’est pourquoi, seul le meilleur élève obtient cette solution, tandis que les autres… Bien évidemment, certains ne veulent pas redevenir normaux (qui refuserait d’avoir des super pouvoirs ?), qui plus est, il semblerait également que certains n’hésitent pas à utiliser leurs pouvoirs de manière peu scrupuleuse… Donc bon, il faut bien quelqu’un pour les arrêter avant que le monde entier apprenne leur existence non ? La question est donc, notre héros finira t-il par accepter sa condition ? Et finira t-il par vouloir la conserver ?

Ce webcomics est certes très violent, mais on ne peut pas lui retirer le fait d’être également très instructif ! En effet, on apprend l’existence de divers insectes, plus ou moins connus, mais aussi leurs spécificités, leurs talents, mais également leurs points faibles, car même si nos personnages sont avant tout humains, ils n’ont pas d’autres choix que d’accepter et connaître aussi bien leur partie humaine, que leur partie insecte. Cette dernière étant plus ou moins présente et visible suivant les personnages et sont type, pour certains, il ne s’agira que des jambes, pour d’autres se sera tout le corps par exemple. Mais tous ses éléments sont bien gérés d’un point de vue graphique, laissant l’ensemble du corps avoir une construction logique et possible.


Les dessins sont très beau, ils mettent bien en avant les différents éléments de ses corps si particulier, mais donne également des gros plans sur la véritable apparence de ses insectes, au moment des présentations. C’est cette présentation qui permet d’en apprendre d’avantage sur les spécificités d’un insecte, c’est aussi le cas pour la Water Bug, ou punaise d’eau (image ci-dessous). Bien évidemment, les spécificités de la libellule de notre héros sont évoquées petit à petit, afin de montrer une évolution de celui-ci dans la compréhension de ses aptitudes et possibilités. Après, il ne faut pas le nier, les insectes représentés ici, sont, souvent bien plus beau sous leur forme dessiné que dans la réalité (je vous laisse découvrir l’apparence de la punaise d’eau).

Terminons avec un petit passage sur les personnages, car il y en a beaucoup ! Certains ne feront peut-être qu’un petit passage, mais celui-ci suffira à nous marquer pour un bon moment. Tandis que nos personnages principaux, eux ce veulent attachant et solidaire, malgré le fait que c’est la loi du plus fort, d’autres au contraire seront là juste pour être détesté. En effet, même si une partie d’eux est désormais un insecte, ils restent avant tout des êtres humains, donc cette école n’est pas bien différente d’une école normale pour ce qui est du type d’élève (intello, brute, …). Une dernière chose, pour évoqué le fait que je ne le conseil pas à tout le monde, il y a du gore, des moments effrayants et des morts, voilà…


En bref, même si je ne conseil pas ce webcomics à tout le monde, il a été pour moi un gros coup de cœur autant par les dessins que par l’histoire très prenante. Ce duo arrive à m’émerveiller, mais également à m’effrayer par moment ce qui est très fort je pense.


Ma Note : 9 /10

Note : 9 sur 10.

¤ Graphismes : 1.85 / 2              ¤ Originalité : 1.70 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.85 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.75 / 2


Shy – Tome 2


Notre monde aura besoin d’elle.

Shy a beau avoir triomphé d’un premier combat contre Stigma, elle est une jeune héroïne qui a tout à apprendre pour faire face à ce personnage malfaisant.
Face à Stardust, le héros de l’Angleterre, Shy parviendra-t-elle à réveiller le pouvoir secret qui sommeille en elle ?


On se retrouve pour une chronique sur le second volume de Shy, notre héroïne super timide, mais qu’on adore quand même. Si vous souhaitez lire ma chronique sur le tome 1, le lien est en bas de page. On reprend l’histoire avec le combat de Shy contre Stardust, va t-elle réussir à développer son propre pouvoir ?


Qui dit nouveau tome, dit nouveaux héros, et pour ce second volume, on démarre fort avec la présentation de 3 nouveaux héros, le héros Chinois, Suisse et de l’Allemagne, dans le lots un médecin et une infirmière. Parmi les 3, seul l’infirmière suisse est un peu approfondie, elle s’appelle Lady Black et on peut la mettre dans la catégorie Tsundere (caractère de cochon cachant un caractère plus doux). Avec elle, quelque chose d’important est évoqué, le handicap, en effet, notre Lady Black possède deux prothèses aux jambes, ce qui ne l’empêche de faire tout ce qu’elle a envie (d’où son fort caractère j’imagine). C’est sympa de montrer que même avec un handicap, on peut faire tout ce qu’on veut, différemment peut-être mais rien n’est impossible à qui veux s’en donner la peine.

Stardust est décrit comme une personne très froide et sans émotion, raison pour laquelle il est choisit pour combattre Shy. Malgré tout, il semble quand même ressentir des émotions, et se trouve très mal à l’aise en présence de notre jeune Shy. Je tiens d’ailleurs à préciser, que pour une collégienne, Shy est plutôt grande, et fais bien plus vieille, j’aurais donc situé l’histoire plus au lycée (car franchement foutre une collégienne en héroïne nationale, ça craint un peu faut l’admettre), mais bon passons…


La fin du tome est plus qu’intrigante et nous révèle de nouveaux ennemis (et oui, pas 1, mais plusieurs !). De plus, il semblerait que l’un d’entre eux connaisse notre chère Spirits, ce qui d’ailleurs la perturbe également beaucoup, car elle ne semble pas avoir compris de qui il s’agissait sur le coup… Déjà qu’un seul ennemi paraissait impossible à battre, voilà qu’ils sont désormais plusieurs, et masqué pour la plupart ! Notre troupe de héros va avoir du soucis à se faire, ça c’est sur…

Si on oubli la présence de l’alcool (sûrement de la Vodka), j’adore la couverture, et surtout les yeux de Spirits, mais également la couverture sous la jaquette souple où l’on voit clairement qu’elle aime boire. Mais méfiance ! L’alcool peut être dangereux, autant pour la santé que lorsqu’on conduit, surtout pour les alcools forts ! Si vous buvez du vin, une fois par jour, tous les jours, là il n’y a pas trop de soucis à se faire (j’ai un grand-oncle qui a été élevé au vin, car allergique au lactose, et bien aujourd’hui il a plus de 90 ans !) le tout c’est, comme toujours, d’être raisonnable et ne pas tomber dans l’excès. Même qu’il parait que s’il on mélange du vin avec du sucre, ça permet un regain d’énergie (remède de grand-mère, ou peut-être de grand-père ?), je ne sais pas si c’est vrai, pour ma part, je n’ai testé que le jaune d’œuf cru avec du sucre (c’est bon).


En bref, la tension commence à monter avec ce second volume riche en émotion, une chose est sûre, notre Shy va avoir encore pleins de défis à relever !

HA T2

Ma Note : 8.40 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.5 / 2              ¤ Originalité : 1.35 / 2

¤ Personnages : 1.95 / 2                ¤ Scénario : 1.85 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.75 / 2


Chronique du tome précédent et suivant :

T1 T3

Shy – Tome 1


Au milieu du 21e siècle, toute forme de guerre a disparu de la surface de la Terre.

La raison ? L’apparition de super-héros dans chacun des pays du globe, se chargeant de maintenir la paix, la justice et la sécurité des citoyens.

Au Japon, c’est la timide Teru Momijiyama qui a été choisie pour devenir l’héroïne de son pays, Shy.

Alors qu’elle doute encore de sa capacité à être à la hauteur de sa tâche, de nombreux défis se dressent devant elle, apportant la preuve que sa détermination à sauver tout ceux qui sont à sa portée fait d’elle une héroïne exceptionnelle.


Shy est un shonen écrit par Bukimi Miki et édité chez nous par Kana éditions. Tout comme un autre titre désormais très connu, ce manga à pour thème les super-héros, mais son approche est assez différente. En effet, on suit la jeune héroïne, Shy, représentant le Japon (car oui, il n’y a qu’un héros par pays!) qui est plus que timide, rude combat pour elle qui devra donc se surpasser au quotidien afin d’être à la hauteur.


Le tome commence par présenter les différents héros connus ainsi que le pays qu’il représente, on peut largement dire que certains représente un sacré cliché de leur pays… Mais personnellement, j’adore Spirits l’héroïne représentant la Russie, malgré son taux d’alcoolémie, elle sait garder la tête sur les épaules dans les moments où c’est nécessaire, et elle grandement notre héroïne à s’affirmer malgré ses défauts. Quant à Stardust, il n’apparaît qu’en fin de tome, également pour aider Shy, mais à sa façon… plus que discutable d’ailleurs…

Malgré le côté simple et peut-être slice of life qui ressort aux premiers abords, on a tout de même droit à notre super-vilains, plus que mystérieux et dangereux pour le coup. Son but, plus qu’étrange, mais surtout ça manière de le réaliser mais nos héros aux aguets. En effet, ce vilains fait ressortir les émotions refoulées (un peu comme dans Jagaaan tiens) transformant ainsi ses victimes et les rendant violents plus ou moins contre leur grès. Bien sûr, nos héros, ou du moins Shy, a trouvé, par pur hasard, un moyen de sauver les victimes autrement quand les blessant.


En fin de tome, on a droit, comme très souvent, à un petit bonus, il s’agit ici d’une histoire en deux pages sur la transformation en héros. La question étant, lorsque la transformation à lieu, y a t-il un passage, littéralement, à nu ? Bref, de quoi mettre un peu d’humour, en plus de Spirits, dans ce manga qui n’en compte pas beaucoup. D’ailleurs, l’origine de leurs pouvoirs et de leurs transformations reste inconnue…

Les dessins sont très beau à l’œil, ils rendent les personnages encore plus attachant qu’ils ne le sont déjà par leur caractère. Les actions, ainsi que l’ambiance sont tout deux bien présentés également. Sur la couverture, on peut voir Shy sous sa forme héroïne, son manque d’assurance est très bien retranscrit via l’illustration, par son regard notamment. Sous celle-ci, on peut avoir un aperçu de Shy en tenue de civile, et toujours avec beaucoup de timidité. Le volume est moins large que la plupart des mangas, rendant sa prise en main plus facile sans pour autant empiété sur la qualité de lecture due au pages moins larges.


En bref, c’est un premier volume bien sympathique, qui change du grand titre portant sur le même thème. Pour le moment, peu de choses sont dévoilées de quoi faire durer le suspense.

HA T1

Ma Note : 8 /10

Note : 8 sur 10.

¤ Graphismes : 1.85 / 2              ¤ Originalité : 1.35 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.35 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.6 / 2


WandaVision – Série


Wanda Maximoff alias Scarlet Witch et Vision sont des super-héros, vivant dans une banlieue idéalisée mais commençant à soupçonner que tout n’est peut-être pas ce qu’il paraît être…

~ Seriebox


WandaVision est une série Marvel, d’une seule saison de 9 épisodes (20 à 50 min) utilisée afin de lancer la phase 4 du MCU (Marvel Cinématic Universe). Comme son nom l’indique, elle est centrée sur Wanda Maximoff et Vision, tout deux membres des Avengers, depuis le film Avengers : l’ère d’Ultron. Petite note d’attention, si vous n’avez pas vu les derniers Avengers, notamment Infinity Wars et Endgame, je vous déconseille de commencer cette série étant donnée qu’elle se déroule après ses deux films ! Donc oui, voici le moment du petit SPOILER ALERTE, si vous ne voulez pas être spoiler par rapport aux deux films, ne regardez pas la série, et ne continuez pas à lire ma chronique…


Replaçons-nous dans le contexte post Endgame, les Avengers sont dissous et certains d’entre eux ne sont plus là. C’est ainsi que Wanda, après être revenue suite à l’utilisation des pierres de l’infini par Hulk, se retrouve seule et perdue, sans plus aucuns points de repères ou quelqu’un à qui s’accrocher pour continuer d’avancer, car oui, Vision fait parti des malheureux disparus… Pour le moment c’est tout ce que nous savons, si nous avons vu les derniers films (et personnellement j’ai adoré le passage Wanda VS Thanos de Endgame). Dans la série, on suivra la thérapie de Wanda, afin d’accepter d’avancer suite au décès de son dernier pilier, Vision, mais également d’autres éléments dont je parlerais ensuite.

Mais accrochez vous, car Wanda et Vision, sont loin d’être les seuls personnages important de la série ! Et oui, il y en une autre à laquelle je pense en particulier, j’ai nommée Monica Rambeau, si ce nom ne vous dis rien, voici une explication, il s’agit de la fille de Maria Rambeau, l’amie de Captain Marvel ! Sa présence dans la série, et les évènements qui lui arrive permettent de dire quelle sera également présente dans le prochain film de Captain Marvel ! Ce n’est pas tout, d’autres personnages, plus secondaires, sont également déjà apparu dans d’autres films Marvel, mais je vous laisse les découvrir !


Présenté au début comme une vieille série télévisée, dont les inspirations sont nombreuses, mais concernent majoritairement des séries américaines, on peut dire que pour nous français ça ressemble beaucoup à Ma sorcière bien aimée ou encore une nounou d’enfer (oui, j’adore ses deux séries). Bien sûr, cela peut vite sembler agaçant, mais forcez vous à regarder les épisodes car cela ne durera pas et petit à petit une intrigue beaucoup plus sombre pointera le bout de son nez. En effet, dans cette série, Wanda n’est pas une héroïne, mais je ne la considèrerais pas non plus comme une vilaines pour ses actes, après tout, je pense comme Monica, j’aurais sûrement fais la même chose… Ainsi, c’est la part sombre de Wanda qui ressort, et surtout l’origine de son pseudonyme qui est montré dans la série (qui sert également à établir le prochain film de Docteur Strange où elle sera présente).

C’est ainsi, qu’avec cette petite série que Marvel permet de faire une grande entrée dans sa phase 4. Les explications de la nouvelle situation, ainsi que sur l’origine des pouvoirs de Wanda sont données, pareillement pour Monica Rambeau qui à même droit à un petit passage dans le dernier épisode de la série ! Il y a également l’apparition d’un nouveau personnage plus qu’étrange et j’imagine qu’il ne s’agira pas de sa dernière apparition dans cette phase.



En plus, comme toujours, Elizabeth Olsen incarne merveilleusement bien Wanda, elle fait désormais partie de ses acteurs qui incarnent tellement bien leurs personnages, que je vois mal quelqu’un prendre leur place (ma liste : Robert Downey Jr. alias Iron Man, Chris Hemsworth alias Thor, Scarlett Johansson alias Black Widow, Jeremy Renner alias Œil de Faucon et Benedict Cumberbatch alias Docteur Strange). Oui ma liste est un peu longue, mais il faut dire que Marvel sait choisir ses acteurs et surtout les utiliser sur plusieurs films ou séries contrairement à sont concurrent qui est plus qu’agaçant de changer tout le temps… Elle n’est pas la seule à bien jouer son rôle, j’ai également adorée Kathryn Hahn dans son rôle d‘Agnès, qui évolue au cours de la série, mais également d’autres dont je ne parlerais pas car il s’agit des personnages secondaires dont j’ai parlé plus haut…

Quelque chose qui n’a rien avoir, mais j’ai adoré regarder les épisodes chaque semaine et ensuite me rendre sur Seriebox pour voir les théories des autres personnes ayant vue l’épisode. C’était à chaque fois très plaisant, surtout pour moi qui commence juste à lire des comics et qui ne connait donc pas certains personnages présentés durant la série.

Kathryn Hahn alias Agnès

En bref, j’ai adoré cette courte série qui a mis en avant l’un de mes personnages préférés, Wanda, qui pour moi n’est pas entièrement responsable de ce qui lui arrive.

J’aurais aimé développé plus par rapport à la situation de Wanda et ce qu’il c’est passé durant la série, mais se serait la raconter entièrement donc je vais me retenir, et peut-être faire un article spécial dessus… ou tout simplement en parler sur Twitter ou Insta…

Pour vous, est-ce que Wanda est entièrement responsable des éléments qui lui sont reprochés dans la série ??


Ma Note : 9 /10

Note : 9 sur 10.

My Hero Academia – Tome 20

# La fête de Yuei commence !


C’est bientôt la fête de Yuei ! L’occasion pour tout le lycée de se changer les idées… Les élèves de seconde A sont remontés à bloc et décident de donner un concert détonant, avec l’aide de Kyoka ! Pour Izuku, c’est aussi une chance unique de rendre le sourire à la petite Eri…

Seulement, deux individus avides de gloire ont jeté leur dévolu sur la fameuse école de super-héros, et comptent bien s’y infiltrer… Qu’à cela ne tienne : le jeune apprenti héros est prêt à tout pour que rien ne perturbe le festival.


La fête de Yuei est sur le point de commencer, tout les préparatifs sont prêts ou presque… Izuku est toujours en train d’essayer de stopper notre Gentleman criminel, mais le combat s’achève et le spectacle peut enfin commencer ! Ce tome permet de placer une fois de plus un écart entre le rêve et la réalité, que je n’avais alors vraiment ressenti que dans le premier tome de la série. Mais trêve de bavardage, finie l’introduction, débutons la chronique !


J’avais trouvé le combat d’Izuku et Overhaul un peu trop court, mais cette fois-ci sont affrontement contre Gentleman criminel est suffisamment long à mon sens, car contrairement à Overhaul on a pas eu beaucoup de temps pour en savoir plus sur ce personnage, ce que le combat permet de combler en partie (tout comme le passage une fois au commissariat). Si je devais citer l’un des criminels ou vilains de la série les plus touchants, je mettrais bien ses deux là en tête de liste, après quoi je mettrais Twice, je ne sais pas pourquoi, mais je sens que le pauvre à bien du galérer avec son alter… Ils paraissent peut-être pas exceptionnel comparé aux super-vilains que l’on a eu jusqu’à présent, mais je dirais que c’est tant mieux ! Pourquoi ? Parce que cela permet de mettre un peu de variété dans la série, de montrer que les super-vilains ne sont pas seulement des individus souhaitant faire du mal aux autres ou plus globalement asservir les autres. Et ce n’est pas la seule chose que nous montre Gentleman Criminel, mais cette autre chose, qui rajoute un peu de réalité à l’univers de Kohei, je vous laisse la découvrir !

Bon, j’ai certes été satisfaite de ce passage de combats, et je le suis tout autant voire plus du passage sur la Seconde A… Par contre, je ne le suis pas du tout, pour le trop bref passage de l’élection de miss UA ! On aurait supprimé ses pages que ça n’aurait pas changé grand chose, et je trouve ça bien dommage ! C’est à se demander si Kohei avait prévu se passage là ou s’il l’a improvisé ? Je ne demandé pas à avoir cinquante page, mais en voyant Nejire sur la couverture je m’attendais un peu plus qu’à cette scène, qui est certes magnifique, mais je sais pas, il manque un petit quelque chose pour que se soit aussi magique que les passages avec Eri


La dernière partie du tome, lance le prochain arc et permet d’introduire un nouveau personnage, Hawks l’actuel numéro deux des super-héros ! Un personnage au chara-design très intéressant, mais qui l’est tout autant de part son caractère, qui est assez difficile à cerner. Ce qu’il découvre, et dont il informera Endeavor, va bouleversé nos futurs héros. Endeavor parviendra t-il à ce montrer digne du titre de numéro 1 comme le souhaite Hawks ? Les prochains moment seront centrés sur lui, mais on peut déjà remarqué qu’il fait tout pour changer, et en bien ! Mais n’est-ce pas trop tard ?

Pour finir, je vais parler un peu de la présentation du volume, tout d’abord la jaquette, que je trouve magnifique, je la placerais bien dans mon top trois, avec en premier celle du tome 27 (version alternative). Beaucoup d’éléments sont présents sur celle-ci, le sourire de Mirio malgré tout ses problèmes actuels, la détermination d‘Izuku, l’espoir dans le regard d’Eri et la passion de Jiro pour ce qui est du côté héros. Pour le côté vilains, on a nos deux vilains, Gentleman Criminel et Love Lover, se serrant l’un contre l’autre, rien que cette illustration montre à quel point ils sont proches l’un de l’autre, et ça c’est beau ! Après la couverture, j’aimerais vous parler un peu de la page des présentations des personnages, qui est très originale pour une fois (à moins que je n’ai rien remarqué sur les autres tomes ?*). En effet, il semblerait que l’on se soit amusé à échanger les coupes de cheveux de nos personnages, et j’avoue que parfois, le résultat n’est pas désagréable, mais ça reste perturbant !

* par curiosité j’ai relu cette page, et apparemment le tome 19 compte également une présentation originale que je vous laisse découvrir !

HA T19

En bref, ce tome met Eri et sa reconstruction en avant, et l’on peut voir que tout semble s’arranger pour elle, et donc, dans un futur plus ou moins proche, peut-être que cela s’améliorera t-il également pour Mirio. Le prochain arc s’annonce également dément !


Ma Note : 8.70 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2              ¤ Originalité : 1.65 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.55 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Pour plus de chronique sur l’univers de Kohei Horikoshi cliquez sur l’image ci-dessous.

My Hero Academia – Tome 19

# La fête de Yuei


Overhaul est enfin hors de combat… Mais cette victoire a coûté cher aux héros, alors que l’alliance des super-vilains est plus puissante que jamais ! Pour les élèves impliqués, la pilule est dure à avaler…

Pourtant, la vie continue à Yuei. Shoto et Katsuki, qui suivent toujours leurs cours pour le permis provisoire, se retrouvent face à… une redoutable classe de primaire ! Quant à Izuku, c’est le comportement de Yuga qui le préoccupe, car l’adolescent se met soudain à agir de façon très étrange…


On se retrouve pour le nouvel arc à la Hero Academia, cette fois-ci il s’agira d’un thème un peu plus classique, et typique des écoles japonaises (car nous à part au primaire, on n’en fait plus, ce qui est bien dommage), je parle bien sûr de la fête scolaire ! Pour ceux qui ignore de quoi il s’agit, voilà une petite explication… La fête scolaire consiste à ouvrir un établissement scolaire au public, chaque classe réalise alors quelque chose, comme un spectacle, un stand de nourriture, etc… Le but est de montrer la bonne ambiance au sein de l’établissement et de détendre un peu ses élèves (comme les tournois sportifs), tout en récoltant des fonds pour l’école, qui sera (il me semble) ensuite en partie redistribuée au sein des clubs. Comment vous dire qu’après l’arc précédent, voire même depuis le début, cet événement fait énormément de bien et permet de reposer un peu l’atmosphère, qui continue d’osciller.


Comme dit dans ma chronique du tome précédent, de nouveaux personnages sont mis en avant, et j’adore ça ! Car oui, même si Izuku est le personnage principal, il n’est pas tout seul ! Je pense également s’il était le seul mis en avant, l’histoire n’en serait que plus fade. Donc voici les deux personnages bien mis en avant dans ce nouveau volume Yuga et Kyoka, jusqu’alors assez discret et n’ayant pas de réels impacts sur l’histoire. En effet, jusqu’à présent, je dirais que leur passage le plus important est respectivement : l’examen de fin de trimestre pour Yuga, et pour Kyoka l’attaque du SCA (ou peut-être le petit passage du vestiaire XD). Je vous laisse découvrir comment ses personnages sont superbement mis en avant, pour leurs qualités et caractères dans ce tome. Au passage, ce tome me fait adorer Yuga, il est tellement givré !

Bien sur, qui dit fête scolaire, dit élection de la miss du lycée ! Pour le moment, on ne connait que trois participante, à savoir Itsuka (2nde B, celle qui calme l’autre idiot), Nejire (Big Tree) et Bibimi une parfaite inconnue teneuse en titre. J’ignore si des filles de la seconde A participeront, mais qu’il s’agit d’un passage « fan service », il y a de fortes chance qu’au moins l’une d’entre elles participe à la compétition. Au passage, la teneuse en titre est assez ridicule, est-ce la une manière pour Kohei de se moquer des concours de beauté ?


Même si l’histoire est plus ou moins au ralenti, elle continue tout de même sa route. C’est ainsi que l’on a des nouvelles de la petite Eri au fur et à mesure du tome. De l’autre côté, All Might montre à Izuku une nouvelle manière d’utiliser son alter, et celui-ci reçoit un tout nouvel équipement au niveau des mains qu’il ne tardera pas à utiliser face à un super-vilains assez spécial, souhaitant gâcher la fête que tout le monde attend. Malgré son caractère, on ressent également un peu de changement chez Bakugo, qui semble commencer à se préoccuper des personnes autour de lui, mais qui reste toujours un peu maladroit dans sa manière de parler et de résoudre les problèmes (est-ce volontaire ?).

Côté super-vilains, mise à part cet étrange ennemi, il n’y a pas grand chose de nouveau… Que ce soit sur l’éventuel espion de Yuei, ou le groupe de Tomura désormais en possession du sérum anti-alter… Quant à ce nouvel ennemi, je le trouve assez intéressant, son but est des plus héroïques (du moins pour lui), mais ses méthodes pour l’atteindre son hélas tout l’opposé…

HA T19

En bref, ce tome est assez sympathique et également très drôle. Ce nouvel arc permet une bonne transition entre deux arcs assez intense.


Ma Note : 8.45 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2              ¤ Originalité : 1.25 / 2

¤ Personnages : 2 / 2                ¤ Scénario : 1.55 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Pour plus de chronique sur l’univers de Kohei Horikoshi cliquez sur l’image ci-dessous.

My Hero Academia – Tome 18

# Un avenir radieux


Alors que Lemillion, à bout de forces et privé de son alter, s’écroule, Izuku s’engage dans une lutte désespérée contre un Overhaul plus puissant que jamais ! Mais avec Eraser Head et Sir Night Eye hors de combat, ses chances de l’emporter sont plus que minces…

Heureusement, au moment où tout semble perdu, le pouvoir d’Eri se déclenche ! Grâce à son aide, le jeune apprenti héros peut enfin utiliser le One for All à 100%… Arrivera-t-il à changer le cours du destin ?


On se retrouve pour la suite du périple d‘Izuku et ses amis ! Pour rappel, Izuku est en stage chez Sir Night eye, un héros professionnel qui a la faculté de lire l’avenir d’une personne par jour. En pleine mission de sauvetage et d’arrestation de super vilains, Izuku se retrouve forcé d’affronter Overhaul un ennemi plus que redoutable… Ce tome 18, marque d’ailleurs la fin de l’arc.


J’avoue avoir été quelque peu déçue du nombre de pages accordées au combat entre Izuku et Overhaul, qui s’annonçait à mes yeux comme aussi important et compliqué que celui opposant All Might et All for One… Je ne comprends également pas comment un produit aussi dangereux que celui que trimbalait Overhaul n’est pas été transporté autrement et surtout avec une meilleur garde, car l’événement qui s’en suit été largement prévisible… Je veux bien que l’auteur face exprès pour certaines scènes, mais la c’est vraiment trop gros pour moi, surtout qu’à ce moment là les héros sont en « crises » avec la disparition d‘All Might sur le champ de bataille et cette action, cette négligence est une grosse erreur professionnelle à mes yeux… Cela donne peut-être plus de « réalisme », les héros professionnels aussi commettent des erreurs, mais pas de ce genre là tout de même… Enfin, bref…

Le seul petit point positif que j’ai aimé dans la toute partie concernant leur combat est la réaction de Toga, qui semble s’inquiéter pour Izuku. Oui, elle est timbrée, mais personnellement j’apprécie plus son personnage que celui d’Ochaco… Je ne sais pas si c’est son design, ou son caractère voire peut-être un mélange des deux, mais elle est sûrement dans mon top des personnages que je n’aime pas de la série… Autre côté positif, l’après combat qui pour une fois, n’est pas bêtement sauté, au contraire, on insiste sur le besoin de secours pour les blessés notamment, ce que j’apprécie énormément, car les soignants sont eux aussi des héros (même dans la vraie vie !). Enfin, la scène entre Mirio et Night eye à l’hôpital est forte en émotion, magnifiquement réalisé tant par le dessin que par les mots, une chose est sûre, n’autre avenir n’est pas écris à l’avance, car c’est nous qui en sommes les auteurs.

HA T18

La deuxième partie de ce tome, comme toujours contraste bien avec la première. On retombe côté tension, pour retourner au lycée auprès de nos chers recallés qui doivent suivre des cours particuliers pour le permis provisoire, je parle bien sûr de Bakugo et Shoto ! Ce petit moment de détente, permet également d’éclaircir un point, présent lors du test pour le permis provisoire, à savoir la présence de Toga, et du coup, de l’avenir de sa victime. Une fois fais, on nous laisse entrevoir la présence future d’autres lycées au sein de Yuei, lors de collaborations sur des exercices etc… On pourra donc avoir certains personnages mis en avant !

Comme à son habitude, Kohei, fait tour à tour, une petite mise en avant pour les personnages secondaires, notamment les membres de la seconde A, camarades d’Izuku (et ça j’apprécie !) pour la fin de ce tome, et peut-être encore quelques uns, se sera Yuga, qui se rapprochera énormément d’Izuku (même si c’est un peu flippant par moment). Si vous ne voyez pas qui c’est, voici un petit indice : son alter est lié à son nombril.


En bref, même si j’ai été déçue par certains passage, la deuxième partie du tome rattrape un peu le coup, hâte de découvrir le prochain arc, la fête de Yuei, qui s’annonce un peu plus légère. Peut-être est-ce l’annonce d’un arc bien plus sombre par la suite ?


Ma Note : 8 /10

Note : 8 sur 10.

¤ Graphismes : 1.5 / 2              ¤ Originalité : 1.25 / 2

¤ Personnages : 1.75 / 2                ¤ Scénario : 1.5 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Pour plus de chronique sur l’univers de Kohei Horikoshi cliquez sur l’image ci-dessous.

The Boys – Saison 1

# 8 épisodes / 7h54


Dans un monde où les super-héros embrassent le côté sombre de leur célébrité et de leur notoriété, un groupe de justiciers connu officieusement sous le nom de « The Boys », a décidé de vaincre les super-héros corrompus avec la volonté de se battre violemment.

Adapté de la saga de comics The Boys ~ Seriebox


The Boys est une série pour adulte (donc -18) présenté sur Amazon Prime Video. Elle nous propose une autre vision des super-héros, qui a mon sens, est bien plus réaliste, humaine et possible que celles proposées chez nos deux grandes firmes (même si l’une est clairement plus copiée que l’autre). J’en parlerais un peu plus, un peu plus loin, je ne dirais qu’une chose pour finir cette intro, la série est -18 est là ce n’est clairement pas pour rien ! Donc si vous êtes parents ou mineurs merci de respecter cette indication qui n’est là que pour vous protéger et non vous restreindre ! J’ai limite été choquée par certaines scènes alors que j’ai une vingtaine d’année (et que je suis habituée des films zombies les plus gore), donc c’est pour dire !


Alors, commençons par l’idée générale de la série, c’est-à-dire, une nouvelle vision des super-héros ! On connais tous au moins un super-héros, ils sont légions et pour la majorité ont vu le jour aux USA chez les deux grandes licences Marvel et DC Comics (même si très clairement, ils se sont copier l’un l’autre pour certains personnages, mais bon, contrairement à certains on ne les accuse pas de plagiat donc bon…). Comme dit plus haut, la nouvelle facette montrée dans la série est bien plus sombre quoique réaliste, puisqu’avant d’être des supers, les héros sont des humains et donc pourvu de défauts… En effet, pour ma part, j’avoue détester la plupart des héros proposés, ce qui veut dire que les personnages sont bien scriptés et surtout joués !

Je vous ferrais bien un tour côté casting, comme je le fais assez souvent, mais j’avoue ne pas connaître grand monde… Je ne parlerais donc que de Karen Fukuhara, qui interprète le rôle d’Himiko, et que j’ai déjà pu voir dans Suicide Squad. Même si pour le moment, elle n’est qu’en second plan (apparaissant au milieu de la série et ayant une vraie présence vers la fin) j’avoue que le rôle lui va bien et qu’elle l’interprète pas mal. C’est vrai qu’elle ne parle pas, mais c’est ce qui, à mon sens, rend son rôle bien plus difficile à jouer.


Maintenant, je vais un peu étoffer ce dont j’ai parlé en introduction, à savoir que la série est clairement pour les +18 ans, mais pas que ! Si vous détestez le gore ou le sexe (ce qui est mon cas, pour preuve j’ai sauté toute ses scènes… pourquoi me diriez-vous ? Et bien, j’ai juste l’impression qu’aux USA une série ne marchera bien que si il y a du Q voilà et ça sa me gave car des séries comme GoT marcherais très bien sans…) vous pouvez passer votre chemin, aucun n’épisode de cette saison ne contient ni l’un, ni l’autre… Sans compter les mentalités des personnages, qui sont vraiment difficile et complexe, mais également très dangereuse si certains venaient à les suivre ! C’est pour cette raison qu’il faut respecter les classement par âge !

Je ne parlerais pas de la violence, car même s’il y en a, on y est habitué (les films sans violences sont rare) et je dirais même que ce n’est pas forcément le plus choquant et spectaculaire dans la série… Celle-ci est d’ailleurs une belle critique des super-héros de DC Comics (car pour moi c’est eux qui sont copiés) qu’on a tendance à confondre avec des bisounours et destiné donc aux jeunes fans de ses héros désormais adulte.


En bref, si on enlève la distinction d’âge qui n’est pas la pour faire jolie, il s’agit d’une super série, ou j’avoue être à la fois horrifiée et super contente à chaque épisode… Oui, cette série ma rendue bipolaire !


Bande-annonce :


Ma Note : 8.75 /10

Note : 8.5 sur 10.

MHA : Team Up Mission – Tome 1


Avec la retraite forcée d’All Might, il est urgent de préparer la relève. Un nouveau système, baptisé « Team Up Mission », est mis en place pour tous les apprentis héros : ils formeront des groupes chargés de patrouiller aux côtés des professionnels ! En plus de leur faire gagner une précieuse expérience du terrain, cette organisation leur apprendra à s’adapter à n’importe quel partenaire.

Les élèves du lycée Yuei vont devoir faire de leur mieux avec les équipes qui leur auront été assignées… Certains cocktails promettent d’être explosifs ! Que se passe-t-il quand on mélange les détonations de Katsuki aux pouvoirs gravitationnels d’Ochaco ? Izuku sortira-t-il vivant de la compétition entre les inventrices de génie Mei et Mélissa ?! Sun Eater gagnera-t-il en confiance auprès de Tenya et de Momo ?

Le spin-off officiel My Hero Academia Team Up Mission est l’occasion de découvrir des histoires 100 % inédites et de voir en action des équipes inattendues ! Un must pour tous les fans de My Hero Academia !


Voici venue l’heure, non pas du duel (bravo à ceux ayant la référrence), mais de la présentation du second spin off de My Hero Academia, de Kohei Horikishi ! Nommé « Team up Mission », il est comme le reste de la série édité chez Ki-oon, et réalisé par Yoko Akiyama sûrement l’un(e) des assistant(e)s de Kohei. Mais que vaut vraiment ce spin off ? Est-ce que sa vaut le coup de le prendre en plus des deux autres séries ? J’espère pouvoir vous aider à choisir avec mon avis personnel, toujours aussi subjectif.


Tout d’abord, ce nouveau spin off prend une approche, pour le moment, différente de celle proposée dans Vigilante. En effet, dans Vigilante il s’agit d’une histoire se déroulant avant celle de My Hero Academia, et ayant ainsi de fort liens avec celle-ci. Ors, dans Team up mission, même si on sait que l’histoire se déroule durant My Hero Academia, à un certains moment clé que je ne citerais pas, on ne peut pas le situer plus que ça… Dans ce spin off, ou du moins dans ce premier volume, il ne s’agit que d’un regroupement de plusieurs petites histoires autours de plusieurs apprentis héros, il n’y a donc pas vraiment de trame de fond comme dans Vigilante. Peut-être que la présentation changera durant les prochains tomes…

Alors quels sont les intérêts de ce nouveau spin off ? Et bien, je dirais que le principal intérêt est de pouvoir voir en action plusieurs personnages peu présents dans la série principal, ou le premier spin off d’ailleurs, et c’est plutôt réussi. Pour ma part, j’ai adoré découvrir le passé de Mélissa (personnage apparaissant dans le film Two Heroes), comment elle a appris qu’elle ne possédait pas d’alter et comment elle a choisis sa vocation. De plus, la voir avec Mei qui est également un personnage de soutien donne un rendu vraiment très drôle. D’autres personnages sont mis en avant, mais celui qui est mis le plus à rude épreuve, c’est sûrement Bakugo qui doit faire équipe avec d’autres personnages, qu’il n’apprécie pas vraiment, mais il arrive parfaitement à laisser ses sentiments de côtés, je suis donc ravie de le voir un peu plus mature dans ses courtes missions.

HA T1

Pour les dessins, la qualité est là, au même niveau que les deux autres séries, et l’épaisseur du manga équivaut aux autres. Il n’y a qu’un seul personnage que j’ai trouvé différent (et ce n’est pas forcément une remarque négative attention), il s’agit d’Ochaco, à vous de me dire si vous avez aussi trouvez un personnage différent, si vous avez déjà le manga of course. Le seul point que je dirais négatif, c’est le fait que l’on répète plusieurs fois au cours du tome, ce qu’est le but de « Team up mission » ainsi que son déroulement, une fois ou deux sa suffit amplement…

Enfin, est-ce que le manga vaut le coup ? En prenant en compte plusieurs éléments, je conseillerais ce spin off qu’au fan de la série principale, car même si les dessins sont beaux et les histoires courtes plutôt intéressante, ce n’est sûrement pas la seule série de votre collection… Pour moi, à moins que vous n’adoriez la série principale, je ne me contenterais que de la série principale et du premier spin off bien plus importants à mon sens que celui-ci. En plus, comme je l’ai dis, ce n’est sûrement pas votre seul série en cours de publication, donc suivre de plus en plus de spin off fera vite monter la note…


En bref, ce nouveau spin off est une belle opportunité de mettre en avant des personnages qui ne sont pas souvent sous le feu des projecteurs. Mais pour le moment, je ne le conseillerais qu’aux fans de la série principale, à voir si mon avis change avec les prochains volumes…


Ma Note : 7.75 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.5 / 2              ¤ Originalité : 1.5 / 2

¤ Personnages : 2 / 2                ¤ Scénario : 1 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.75 / 2


Pour plus de chroniques sur cet univers, cliquez sur l’image suivante :