Les Chroniques d’Harmonie – Tome 1

# L’éveil


Dans les Terres Sauvages, un monde où l’humanité est divisée, le Duché d’Harmonie apparaît comme un rêve, promesse de confort et de sécurité. Pourtant, après avoir été poussé dans le vide, Gwenaël, domestique au palais ducal, perçoit les pensées de ceux qui l’entourent. Il découvre alors un Duché dangereux et différent de celui dans lequel il croyait vivre. Voleuse des cités abandonnées, Calie est sortie de prison par des soldats, et forcée de devenir une Rayon au sein de l’Ordre de la Lumière. Très vite, elle comprend qu’elle a été amenée à Ambria pour servir d’appât et que sa vie est menacée. Surmontant des épreuves, ils découvriront les secrets d’Harmonie et construiront leur propre avenir…


D’après les mots de l’auteur, les chroniques d’Harmonie serait une trilogie et le titre des tomes suivant laisse déjà transparaître la suite des aventures de nos deux personnages principaux Gwenaël et Calie, dont la relation à la fois proche et distante, permet de voir l’évolution de l’intrigue sous deux visions différentes. Ce premier tome nous place dans cet univers mélangeant la science-fiction et la dystopie et me rappel d’autres œuvres.

Je tiens à remercier l’auteur pour sa proposition de SP, via la plateforme Simplement.pro.

Les images présentes dans cette chronique n’ont aucun lien direct avec l’oeuvre traité, il s’agit juste d’illustration pour la chronique.


En effet, des mondes chaotiques on en connait pleins, ce premier tome me fais penser à d’autres séries (dont je n’ai vu que les films pour le moment), notamment à Labyrinthe ou Divergente. Je ne peux pas vraiment développer plus sans vous spoiler beaucoup de contenu, mais je vais essayer de faire au mieux. Je vous propose donc trois mots clés pour définir ses différents points communs « prison », « différence » et « fuite ». J’ignore si cela vous aidera, mais j’avoue ne pas avoir de meilleur idée sur le moment…

Nos deux personnages principaux Gwenaël et Calie proviennent de deux milieu différents, ils nous permettront donc de découvrir cet univers avec deux points de vue différents. Très clairement liés l’un à l’autre, ils ne restent pas proche (physiquement) l’un de l’autre, ce qui permet à l’auteur de continuer l’histoire de ses deux personnages chacun de leur côté, avec leurs propres problèmes. On a ainsi une vision élargie de l’histoire qui ne se cantonne pas à ce qui se déroule autour de notre personnage principal. J’espère malgré tout qu’ils finiront par se retrouver ensemble et pourront vivre tranquillement, mais il reste encore deux tomes avant de savoir si ça sera le cas…


De ce que j’ai pu lire en autre chronique, le style d’écriture de l’auteur serait un point négatif, pour ma part, je ne vois pas de style particulier (tout se ressemble en somme), je n’ai donc rien à dire de ce côté là. Le but premier du livre est rempli, à savoir me transporter dans un autre univers, me faire passer le temps, ne pas m’ennuyer. Malgré tout, il faut bien que je trouve quelque chose à redire, et pour le coup, se serait autour du destin de certains personnages, notamment autour de Gwenaël. Présence qui ne dure jamais guère longtemps pour différente raisons, mais j’aimerais qu’il ait au moins quelqu’un sur qui compter, qui soit près de lui.

La couverture (celle que j’ai choisis pour la chronique, car il y en a deux), et très belle, mystérieuse aussi. En effet, elle ne montre qu’un collier, qui s’avérera très important dans l’histoire, puisque ce collier est la forme de « pouvoir » des hauts membres d’Harmonie. Il s’agit donc d’un symbole important, représentant la manipulation, le pouvoir, la soumission et bien d’autres choses. Je la trouve plus intéressante que l’autre couverture proposée, même si elle aussi à son intérêt, à savoir, une représentation de nos personnages principaux de dos.


En bref, ce premier tome m’a fait découvrir un nouvel univers, pleins de possibilités dont j’aimerais beaucoup découvrir la suite.

Comme toujours, une œuvre peut me plaire, sans pour autant que se soit le cas d’autres personnes. N’hésitez donc pas à lire d’autres chroniques, peut-être moins flatteuse afin de vous faire une opinion plus complète du titre.


Ma Note : 8.80 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Couverture : 1 / 1              ¤ Originalité : 1.75 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2.25                ¤ Scénario : 1.95 / 2.25

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2.25 / 2.5


1, 2, 3… Vampires !

# Bertrand Crapez 


« Au commencement était une planète spéciale : la Terre. Si belle… si bleue… et avec à sa tête un Être supérieur : Dieu. Dieu n’œuvre pas seul dans l’univers, il a des collègues qui règnent sur d’autres mondes, tout comme lui. Et puis surtout… ils ont tous un patron : l’Empereur des Treize Galaxies. Or ce souverain est très déçu par les Hommes qui ne se révèlent pas à la hauteur de ses attentes.
Voilà même ce qu’il en dit : « Ces gens ont élu à la tête de leur monde un gros débile orange qui boit de l’eau de Javel pour se soigner et ils détruisent la seule planète dont ils disposent avec une inconscience effrayante ! »
Face à cette débâcle, son subalterne risque de se faire « virer » s’il ne trouve pas très vite une solution pour obliger l’Humanité à s’améliorer. Heureusement, il a une idée (forcément) divine : tout recommencer depuis le début, cette fois sous la supervision d’une espèce supérieure ! Mais ces nouveaux venus parviendront-ils à rendre le monde meilleur ? »


Fan d’histoire ? Et/Ou de Vampires ? Ce roman à de grandes chances de vous intéresser ! Ecrit par Bertrand Crapez (auteur de l’héritier du roi arthur) et édité aux éditions Livr’s. Il vous emmènera au fil des époques et à divers endroits du globe. Bien évidemment, tout ne se passera pas comme prévu pour nos différents personnages…

Je remercie une fois de plus les éditions Livr’s qui continuent avec moi un partenariat de service presse, malgré ma lenteur… Je suis un escargot de bibliothèque…


Créés afin de guider l’humanité au fil du temps et des conflits, les vampires se sont vus dotés de capacités pour les aider dans leur tâche. Des dents acérées, une vie interminable, peu de faiblesse. L’histoire commence avec trois sœurs, mais dégénères très vite, provocant leur séparation, chacune dans une partie du globe. Au final, elles finiront même par disparaître de l’intrigue, pour laisser place à certains de leurs sous-fifres. Malgré leur grande intelligence, les vampires étaient avant tout humain, et tout comme eux, ils sont en proie à l’orgueil, l’avarice ou encore à la colère, qui leur fera souvent défauts.

Le but de ce roman, est de raconter l’histoire sous un autre angle, à savoir, celui où un être supérieur à l’humain agirait dans l’ombre. Tout ceci, sans modifier l’histoire réelle que vous les connaissez déjà ou non. A chaque fin de chapitre, qui sonne la fin d’une histoire, se trouve des pages d’informations parlant de la réalité et de ce qu’on en sait. Je trouve ce point très intéressant. J’aime également comment les différentes périodes sont reliées entre elles.

Les histoires commencent au début de l’humanité, en passant par l’Egypte Antique, mais aussi par l’Asie, et enfin elle se finie sur une ouverture qui mène à un autre titre dont je parle plus bas.


Le gros bémol du titre (comme d’autres chroniqueurs ont pu le souligner), c’est le côté court des différentes intrigues. Certes, ça permet d’en mettre beaucoup plus et d’éviter de grands sauts dans le temps… Mais peut-être que les rallonger (quitte à faire plusieurs tomes) afin de mettre encore plus d’histoire et de vampires aurait été mieux ? Malgré ça, le format plus court choisis par l’auteur, permet de découvrir de grands moments de l’histoire de part le monde, avec pleins de détails par ci par là.

Autre point que je trouve dommage, c’est le fait que l’architecte et tout ce qui se trouve autour de lui (peuple, fonctionnement, etc), ne soit également pas plus important dans l’histoire, et ne sert au final, que de prétexte pour refaire notre histoire à la mode vampirique. Dommage, car l’idée proposée nous offre un large univers, avec un panel de planète très importante où d’autres récits auraient pu se tenir… Après, il est fort possible que d’autres titres du genre et sur le même univers sorte, après tout un autre titre de l’auteur : 1, 2, 3… Zombies ! est déjà sortie et semble être la suite de 1, 2, 3… Vampires ! Donc avec un peu de chance, de nouvelles informations se trouvent dans ce récit. Bon par contre, celui-là, je ne l’ai pas lu, donc je ne peux que vous conseiller de chercher un(e) chroniqueur(euse) qui en parle.


En bref, ce roman a été très agréable à lire et m’a fait voyager à travers l’histoire et le monde, au travers des yeux de différents personnages vampires ou non. J’aurais toutefois aimé que certains récits durent un peu plus.


Ma Note : 7.45 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Originalité : 1.95 / 2.5

¤ Personnages : 1.75 / 2.5                ¤ Scénario : 2 / 2.5

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.75 / 2.5


Le Mystérieux Cercle Benedict – S1

# The Mysterious Benedict Society


Un groupe d’orphelins infiltré dans un internat s’efforce de contrecarrer un projet machiavélique d’ampleur planétaire et se découvre par la même occasion une nouvelle famille…


Le mystérieux cercle Benedict est une série Disney +, adaptation du roman du même nom écrit par Trenton Lee Stewart.  On y suit les aventures d’un groupe de cinq enfants, qui sont, chacun à leur manière, des petits génies. Leur but ? Pour cette première saison (car oui je sens qu’une seconde arrivera à cause de la fin), est de stopper « l’Urgence ». Sélectionner au cours de différentes épreuves intellectuelles, ses cinq enfants semblent être la seule solution afin de stopper la menace.

Je tiens à préciser que je n’ai pas lu le roman, il n’y aura donc ici aucune comparaison avec celui-ci. J’ai également regardé la série en VO, car je n’étais pas très convaincu par les voix VF, et j’avoue avoir largement préféré les voix des acteurs originaux.


Si je devais désigner les épisodes les plus intéressants, il s’agirait des premiers et du dernier. Pourquoi, tout simplement parce que le génie de nos petits héros en herbes est très présents dans ses épisodes. Ou, en tout cas, je le ressens moins dans les épisodes qui suivent… Pour ce qui est du dernier, je vous laisse deviner pourquoi il fût très appréciable… Même si le groupe est composé de cinq personnage, l’intrigue nous est présenté avec Reynie en premier plan, pour ensuite nous donner des plans sur chaque personnage, et tant mieux !

Chaque membre du groupe évoluera au fil des différents épisodes, en bien ou en mal, parfois même les deux. De quoi renforcer encore d’avantage le travail d’équipe et la solidarité du groupe. Les personnages secondaires ne sont pas laissés à l’abandon non plus, chacun ayant son petit moment sous les projecteurs, je pense notamment aux assistants du Dr. Benedict ou encore Martina (interprété par Saara Chaudry). Martina est d’ailleurs, à mes yeux, le personnage qui a le plus évolué durant ses différentes apparitions, passant d’une fille méprisable à une fille près à tout pour ses amis, on ignore comment l’histoire continue pour elle, mais j’espère la revoir à l’écran.

Marta Kessler as Constance

Côté casting, on retrouve Tony Hale qui adapte à la fois le Dr Benedict et le Dr Curtain à l’écran, et ce d’une manière très réfléchie. On c’est pertinemment qu’il s’agit du même acteur, mais les deux personnages eux, sont bien distinct, que se soit par le toc ou leur manière de parler, ce qui donne un rendu très particulier. J’apprécie également beaucoup le duo de Kristen Schaal (N°2) et MaameYaa Boafo (Rhonda), qui incarnent parfaitement deux personnages aux caractères bien différent, mais qui au final finissent par se rapprocher. Pour ce qui est du groupe, je dirais que c’est la prestation de Marta Kessler qui m’a le plus marquée, elle a su faire un personnage avec un caractère de cochon, mais attachant malgré tout.

Pour expliquer un peu plus mon choix pour la VO, j’ai trouvé que les voix françaises manquaient par moment de « tonus », notamment pour Constance qui en VO à vraiment une voix, une intonation qui colle à son caractère très espiègle, chose que je ne suis pas arrivée à retrouver avec sa doubleuse française… A dire vrai, la seule voix que j’ai un tant soit peu apprécié est celle du Dr. Benedict (et de son frère jumeaux du coup).

Mystic Inscho as Reynie Muldoon

En bref, cette première saison a vraiment été un plaisir à voir, je me suis attachée à ses différents personnages, et j’espère grandement qu’avec la fin proposé pour cette saison, une autre soit annoncée !


Ma Note : 9.90 /10

Note : 9.5 sur 10.

Le Crépuscule des 5 Piliers #1

#1 Le Sang et la Guerre


Héritière du duché familial, Lithana a grandi dans une cage dorée, loin des difficultés du vrai monde. En guerre contre les sorcières d’Akronia, sa mère, la Duchesse d’Estaniel, consent à l’offrir en mariage pour mettre fin au conflit, en dépit de l’engagement sacré des fiançailles qui la lie déjà à Augustus de Rossi. Les deux jeunes gens se voient alors privés d’un futur qu’ils avaient imaginé tout tracé.

Malgré ce geste de paix, de nombreuses questions demeurent. Quel rôle jouent les membres de la Sixte Pilastre ? Cette union constitue-t-elle le commencement d’un renouveau ou, au contraire, d’une chute vertigineuse ? La chute du peuple mérinéen, de la religion pilariste, d’une terre à tout jamais perdue…


Le crépuscule des 5 piliers est une série de romans du genre fantasy, écrit par L.A. Braun (Hanafuda) et édité par les éditions Livr’s. L’auteure nous place dans un univers fantasy riche créé par ses soins et offrant beaucoup de réflexions sur cet univers que l’on a plaisir à découvrir tout au long de ce premier volume. Je remercie Livr’s éditions pour cette découverte !


« Raegan d’Estaniel. Aujourd’hui tu t’élèves au-dessus du monde matériel. Aujourd’hui, tu renonces à ton rôle de citoyen. Aujourd’hui, tu rejoins Zartacla, laissant derrière toi ton nom, ton sang, tes possessions terrestres et matérielles. Jures-tu, novice, de respecter les lois de Zartacla ?

– Je le jure.

– Lui jures-tu fidélité jusqu’à ce que la mort te libère de ta mission ?

– Je le jure.

– Dès aujourd’hui, Soldat Reagan, tu deviens le fidèle serviteur de la Confédération ducale. Tu abandonnes tout cause personnelle. Tu deviens protecteur du peuple. Lève-toi. »

Le sacrement de Zartacla

La place du mariage est placée ici, comme elle le fût pour nous à une certaine époque (même si j’imagine que certaines famille le pratique encore), bien en avant, on peut dire que l’amour est l’un des fils conducteurs de ce premier volume, mais ici, je parle bien sûre du mariage arrangé. Pour nous, il nous semble désormais normal de choisir notre futur compagnon de vie, mais à une certaine époque, ce n’était pas toujours le cas, l’amour n’avait donc que rarement ça place au sein d’un couple, une question se posait toutefois, l’amour peut-il naître par la suite ? Et bien, pour Lithana cela semblait être le cas, promise à Augustus, rien ne présager qu’elle finisse par l’aimer, mais ce fût le cas, malheureusement pour elle, le destin en à décidé autrement, ses fiançailles annulées afin d’arrêter une guerre qui n’a que trop durée lui fait de nouveau douter de son avenir. C’est ainsi qu’on l’a suit au travers de ce tome, apprenant pas à pas à supporter sa nouvelle destinée et les personnes qui en feront partie… Finira t-elle pas connaître l’amour, et surtout le garder ?

Le second fil conducteur est très certainement la religion, bien mise en avant également, est surtout créée de toute pièce par son auteure ! Il n’en ai pas moins riche et cohérent, à chaque chapitre nous avons droit à un petit extrait de l’équivalent de la Bible ou du Coran (mises dans ma chronique sous forme de citations), permettant d’approfondir la pensée de cette religion fondée autour de cinq piliers, mais est-ce la vérité ? La création de cette religion est expliquée, en partie, dans le prologue avec l’histoire des « dieux ». Bien évidemment, si je pose une question un peu plus haut, c’est que certains personnages ne sont pas d’accord avec cette « vérité », je vous laisse découvrir cette partie par vous même, mais les croyances de nos personnages vont être mises à rude épreuve… Et la fin de ce premier volume, rajoute encore plus de suspense de ce côté là… Et la, c’est mon moment philosophe, qu’est-ce que la vérité ? Peut-elle seulement être écrite, alors que son auteur est un être doté d’opinion ?

Enfin, ce qui est à mon sens le troisième fil conducteur dans ce premier volume, c’est la politique. Comme dans tout univers digne de ce nom, avec un pouvoir en place, il faut bien parler de politique et ici on en parle ni trop peu, ni beaucoup trop ! Le système de régence des deux royaumes est bien expliqué est diffère assez de ceux que l’on connaît pour être originaux et intéressant. Personnellement, j’ai horreur d’entendre parler de politique, car j’admet que je monte vite dans les tours sur ce genre de sujets… Mais ici, la lecture des explications, des débats politiques, etc m’ont été très plaisant à lire et très instructif, la politique des deux camps permet de définir une certaine « culture » qui a ses défauts et ses qualités.

Je n’ai pas parlé de la guerre comme un fil conducteur, car même si elle est omniprésente dans l’intrigue, dans le sens où l’avenir de Lithana se joue selon celle-ci, elle n’en reste pas moins que peut décrite, elle ne sert uniquement que de base pour les trois fils conducteurs ci-dessus.


« Déesse du chaos, guide-moi dans la tempête de l’existence. Eclaire mon chemin quand tout espoir disparait. »

Le Livre des Cinq Piliers : chapitre de l’éveil – prière de Luciana, l’Incarnée du Chaos, à sa figure tutélaire

L’aventure que l’on suit tout au long de ce volume tourne ainsi autour des trois éléments que j’ai cité plus haut, parfois directement, parfois indirectement, mais le tout reste lié. Le destin de Lithana est loin d’être définitivement scellé, car beaucoup de mystère plane autour d’elle, une guerre est sur le point de ce terminer, mais une autre est peut-être sur le point de commencer, telle une boucle interminable…

J’ai grandement apprécié ma lecture, l’univers est extrêmement riche et donne envie de le connaître, de suivre la vie, pour le moment couvert de malchance, de Lithana. Elle semble pour le moment être le personnage principal de cette histoire, mais je pense que cela va changer par la suite (je ne peux vous expliquer comment sans spoiler). J’ai pris beaucoup de temps à le lire, peut-être trop, mais ça m’a permis de m’imaginer la suite des évènements, et ainsi d’être surprise quand j’avais tort.

Si vous regardez le détails de ma note, je suppose que vous vous demandez pourquoi seulement 1.25/2 en accessibilité ? Et bien, voici une petite explication… Il y a beaucoup de termes que je ne connaissais pas avant de lire ce roman, mais j’ignore si cela est dû au fait que l’auteure est Belge et qu’ainsi elle utilise des termes de sa région… Après tout, même nous en France nous avons des expressions ou termes différents suivants nos régions, la plus connue étant sûrement : chocolatine ou pain au chocolat ? Pour ma part, je m’en fiche un peu tant que ça se mange… En tout cas, ses termes, qui me sont certes inconnus, ne sont, pour moi, pas un point négatif puisque j’aime bien cherché leur définition, mais ça peut quand même causer soucis d’où ma note, peut-être un peu sévère sur ce point.


En bref, il s’agit encore pour moi d’une belle découverte, l’univers est riche, l’histoire prenante et intrigante, les personnages sont attachant ou au contraire détestable. Je suis très contente d’avoir fais durer la lecture de ce roman, car j’en attends maintenant, beaucoup la suite…


Ma Note : 8.30 / 10

Note : 8 sur 10.

¤ Style d’écriture : 1.65 / 2                                        ¤ Originalité : 1.65 / 2

¤ Accessibilité : 1.25 / 2                                            ¤ Scénario : 1.75 / 2

¤ Emotions (Suspense, Aventure, humour, etc) : 2 / 2


Ce livre vous intéresse ? Cliquez sur le logo des éditions Livr’S pour accéder à la page du livre et en lire l’extrait !

Logo LivrS

James Holt #1

#1 Révélations


Regardez-les.

Une bande d’amis. Cinq orphelins liés par l’alchimie d’une famille, à défaut de parents. James, Sarah, William, Emma et Sophie. Ils pourraient passer pour des adolescents normaux…

Regardez-les mieux.

Lorsqu’ils sont contraints de fuguer pour sauver leur peau, ils ne soupçonnent pas une seule seconde la traque impitoyable qui va les pousser dans leurs derniers retranchements. De phénomènes surnaturels en course-poursuite sur les toits Bruxellois, ils vont rapidement comprendre qu’un abîme de secrets attend pour les engloutir. Prenez garde. La vérité vous attend, tapie dans l’ombre, cruelle et dangereuse. Mais surtout, le voile se lèvera sur l’histoire de James Holt, douze ans, et du Dévoreur de Planètes, désigné comme son ennemi mortel…


James Holt est une série de romans de science-fiction, édité par Livr’s Edition dans sa collection première lecture. L’auteure est une jeune personne âgée de 13 ans (et oui!), Aline Godfroid. Comme vous pouvez le deviner, il s’agit de son premier roman, et ce n’est pas rien, car personnellement à son âge, je ne me voyais pas écrire (je suis du genre à synthétiser alors faire un roman…).


Je vais commencer avec les quelques points « négatifs » que j’ai trouvé dans le romans, il y en a moins que les positifs rassurez vous. J’ai mis négatifs entre guillemet, car ce n’est que mon avis personnel est très très subjectif. Le premier est la couverture du livre, elle est magnifique c’est vraie, mais une fois que j’ai appris que les personnages présents dessus avaient environs 12 ans, j’ai trouvé que ceux sur la couverture faisaient plus âgés… Bref, pas un gros défaut, puisque la couverture est une interprétation de la part du dessinateur.

La suite concerne le début de l’intrigue, qui m’a semblé un peu en désordre, je ne sais pas trop comment expliquer, mais au début j’avais un peu de mal à me situer, mais cette impression c’est quand même vite estompée. Enfin, la dernière petite critique négative porte sur les personnages, comme je l’ai dit dans une autre chronique, si trop de personnages sont présentés en même temps je suis vite perdu (ceci est vraiment un avis subjectif à ne pas vraiment prendre en compte) une des raisons pour laquelle j’étais perdue en ce début de tome c’est les présentations qui s’enchaînes des différents personnages, autant pour les garçons je n’ai pas eu de problèmes, mais pour les filles un peu plus au début, je mélangeais un peu Sophie et Sarah, mais là encore cette vision c’est éclairci avec le temps, ouf.


Maintenant que les quelques points négatifs sont fait, passons aux remarques positives ! Malgré ma difficulté à suivre au début, je peut dire que le roman commence en douceur, en posant le décor de base, dans un orphelinat de la ville de Bruxelle. Le lieu est décrit avec tout les préjugés que l’on peut avoir d’un orphelinat, crasseux, bondés d’enfants avec des vêtements en piteux états et surtout dirigé d’une main de fer par une femme à fort caractère (et un peu naïve quand même, mais bon). Encore une fois, l’intrigue commence doucement, par des phénomènes paranormaux, puis petit à petit avec l’intégration de nouveaux protagonistes, apparaissent des aliens, etc…

Plusieurs références sont faites notamment musicales, avec la chanson de Patrick Sébastien, les sardines ! Autant la référence à Muse était prévisible, car le groupe est très connu, autant j’avoue que je suis surprise qu’une jeune belge de 13 ans connaisse la chanson de Patrick Sébastien… Plusieurs Jeux vidéos sont également cités, dont Assassin’s Creed, très connu (et que j’adore, non, sa se voit pas du tout, ahem…). J’en profite pour parler d’un des personnages du romans, qui est très probablement mon futur moi, je veux parler de la petite mamie accro aux jeux vidéos et parlant mieux anglais que son fils, j’adore cette mamie, elle ramène beaucoup de douceur et de réalité à un moment du roman très sombre et lourd pour nos personnages principaux.

Continuons avec les personnages, les aliens (car oui, en plus de voyage temporels, de dieux grecque et égyptiens, il y a aussi des aliens) nommés par l’auteure « Mylosiens« , pour vous faire une petite description, je les imagine comme des crocodiles bipèdes (pour ceux qui connaissent, comme dans Towers of God, sinon voir l’image ci-dessous), avec comme un collier de couteaux à la nuque, voilà… Ils auront pour rôle de guider James afin qu’il maîtrise ses pouvoirs pour affronter le dévoreur de planètes et sauver tout le monde quoi… Personnellement, je trouve ce roman bien plus mature que ce qu’il laisse paraître, si vous aussi vous l’avez lu est-ce aussi votre ressenti ?

Rak – Towers of God

La fin me laisse clairement sur ma faim… L’action commence enfin, James c’est-il fait une nouvelle alliée ou une nouvelle ennemie ? Arrivera-t-il à vaincre le dévoreur de planètes ? Sauvera-t-il Sarah ? Qu’est-il advenu de William ? Beaucoup de question, qui pose beaucoup de suspense à la fin du tome, la pression monte pour James !

Chronos est non pas Cronos !

En bref, ce livre est une belle surprise, surtout que le domaine de la science-fiction, est pour moi, déjà bien complet, et il est donc difficile de faire de l’original dans cet univers. Toutefois, avec la violence, le freeruning, etc… Je conseillerais surtout ce livre à partir de 10-12 ans, il ne faudrait pas que les enfants se mettent à grimper partout ^^’.

PS: comme pour la plupart des romans, les images proviennent de Google, je met le copyright quand je connais l’auteur, mais quand je ne sais pas, je met rien…


Ma Note : 8 / 10

Note : 8 sur 10.

¤ Style d’écriture : 1.5 / 2                                        ¤ Originalité : 1.5 / 2

¤ Accessibilité : 1.5 / 2                                            ¤ Scénario : 1.75 / 2

¤ Emotions (Suspense, Aventure, humour, etc) : 1.75 / 2


Ce livre vous intéresse ? Cliquez sur le logo des éditions Livr’S pour accéder à la page du livre et en lire l’extrait !

Logo LivrS