Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux


Shang-Chi a été élevé pour devenir un assassin mortel et sa vie se complique lorsqu’il découvre que son père est impliqué dans des choses néfastes. Ainsi, Shang-Chi entreprend un voyage pour réparer les torts de son père, devenant le maître du Kung Fu .


Comme pour la plupart des nouveaux projets du MCU, il vous faudra avoir vu Avengers : Endgame avant de commencer… ou pas… Car même si le film se situe après chronologiquement, il n’y a pas de grand lien entre les deux donc au final vous pouvez le regarder malgré tout. Par contre, si vous êtes fans des comics, il risque de vous faire tiquer un peu… vous êtes prévenus…

PS : La chronique risque de contenir des Spoil.


Comme toujours, je n’ai pas spécialement lu les comics, mais je connais déjà le personnage de nom grâce (encore une fois) à un jeu regroupant une bonne partie des personnages Marvel. Pour résumer, Shang-Chi est un peu la représentation de Bruce Lee dans l’univers Marvel, c’est bien plus frappant visuellement avec son design des comics. Pour ce qui est des « anneaux », j’en avais déjà entendu parlé dans une série d’animation autour d‘Iron Man, pour le Mandarin d’ailleurs, il me semble qu’il en est fait mention dans un des films Iron Man… Mais ça fait tellement longtemps que je les ai vu que je ne suis plus sûre…

Pour certaines personne ayant vu le film, le terme « anneaux » n’est pas très adapté, puisqu’il ne s’agit pas de bague, mais plus de bracelet mis au niveau des avant-bras. Je ne suis pas experte en définition, donc j’avoue ne pas trop savoir quoi en penser… Dans la série d’animation, les anneaux sont des bagues, avec des pouvoirs proches des pierres d’infinité d’ailleurs… Ici, c’est bien différent, sauf pour la partie immortalité, mais peut-être que ses bracelets évolueront avec Shang-chi ? Après tout, ils sont fait à partir d’un matériaux inconnu même pour Captain Marvel. Du peu que j’ai pu trouver sur internet, il semblerait qu’il s’agisse également de bagues dans les comics…

J’imagine que ce changement de forme, et de pouvoir, n’est qu’une facilité scénaristique. Après tout, les films Marvel sont destinés au grand public, si les anneaux avaient gardés leur pouvoir, il aurait fallut prendre le temps de les expliqués avec une petite démonstration également… C’est pour ça, que j’espère que le choix sera plutôt une « évolution » des anneaux avec la maîtrise de ceux-ci par Shang-chi qu’un vulgaire abandon de ses capacités…


Pour ce qui est des scènes d’actions et donc d’arts-martiaux, le film en est rempli ! Ils sont magnifiques au début, mais j’avoue que vers la fin, avec les effets spéciaux alentours, j’ai eu un peu de mal à suivre… J’ai beaucoup aimé que, malgré qu’il soit le personnage central, tout ne tourne pas autour de Shang-Chi, mais qu’il y ait également un peu de place pour d’autres personnages, comme sa sœur par exemple.

Les effets spéciaux sont plutôt réussi, et le monde fantastique basé sur la mythologie orientale est magnifique, avec plusieurs créatures montrées à l’écran, comme le Kirin, l’équivalent chinois du Kitsune japonais, etc.

J’ai aussi un peu de mal avec la dernière partie de l’intrigue, l’univers fantastique semble aussi vaste que notre monde, pourtant l’antagoniste savait clairement où aller… Sans compter qu’il met un bon moment avant de vraiment comprendre ce qu’il se passe…

C’est avec les apparitions de Wong au cours du film, ainsi que d’autres personnage que le film annonce ça place dans le MCU. Avec la fin, on peut également imaginé qu’il aura un lien assez proche avec l’univers du Dr. Strange. Après tout, il faudra bien le relier à quelques choses pour que le personnage réapparaisse à l’écran ! Je le vois mal revenir simplement comme Spider-man avec ses antagonistes à battre… Mais qui sait ?


En bref, j’ai bien aimé visionner ce film, mais avec du recul, il a quand même pas mal de défaut… Il n’y a plus qu’à espérer que ses prochaines apparitions soient mieux réussies.


Ma Note : 7.75 /10

Note : 7.5 sur 10.

Chronique Marvel et Disney+ :

Sneakerella


L’histoire se déroule dans le petit monde du streetwear newyorkais, et raconte les aventures d’El, un jeune styliste talentueux. L’adolescent, magasinier dans la boutique de chaussures qui appartenait autrefois à sa mère décédée, prend soin de cacher son talent à son beau-père débordé et à ses deux horribles demi-frères qui prennent un malin plaisir à l’empêcher de s’épanouir.

Quand il rencontre Kira King, la fille farouchement indépendante de Darius King – légende du basket et roi de la chaussure de sport – le courant passe immédiatement. Encouragé par sa meilleure amie, et avec un petit coup de pouce de son parrain, El décide de réaliser son rêve, celui et de devenir un styliste reconnu dans le monde très fermé de la sneaker.


Encore une chronique de film, mais celui-là j’avais vraiment envie de vous en parler ! Disponible sur Disney + depuis quelques jours, il m’a grandement surpris et en bien ! Pour résumer, il s’agit d’un petit remake, au goût du jour, de Cendrillon ! Ici pas de prince, mais une princesse et pas de pantoufle de vers, mais une sneaker. Je l’ai vraiment adoré, et il est vraiment pour tout âge !

PS : La chronique risque de contenir des Spoil.


Comme la plupart des Disney, vous aurait droit à des chansons, qui pour le coup, n’aurons rien à envier à au film original. Egalement mise au goût du jour, avec des petites chorégraphies de danses, simples, mais efficace, les musiques vous entraînerons auprès d’El le petit cendrillon de l’histoire. On retrouve également la belle famille, elle aussi inversée, avec le beau père et les deux demi-frères, pareillement avec la bonne fée qui à pris un sacré coup dans l’aile quand même.

Dans le dessin animé original, les animaux ont une place assez importante dans l’intrigue, ici, ça ne sera pas le cas. A la place, El aura une amie sur qui compter !

Pour les personnages, on ressent dès le départ que le beau père n’est pas spécialement méchant (contrairement à la belle mère dans l’original), mais plus dépassé par les événements. Par contre, les deux demi-frères sont bien pourris jusqu’au bout, et je trouve dommage de ne pas savoir comment ils ont fini d’ailleurs…


Plus que les deux protagonistes, c’est la sneakers qui est placée au centre de l’intrigue et qui sera le fil conducteur de celle-ci. Pour El, son rêve c’est de devenir designer de sneakers, et il a grand talent pour ça qu’il montrera à plusieurs reprises au cours du film. Evidemment, à cause de ses deux frères et de la position de Kira, il ressentira comme un complexe d’infériorité, et je vous laisse deviner la suite…

Même s’il s’agit clairement d’un film pour enfant, il n’a pas été bâclé pour autant. Le design des paires créées par El sont magnifiques et je les verrais bien aux pieds des gens dans la rue. J’ai particulièrement aimée le design de la seconde paire avec la ville dans la semelle !

Les différents personnages sont attachants (sauf les beaux frères hein), on a le point de vue de plusieurs d’entre eux ce qui permet de bien les développer en fonction de leur importance dans le film.


En bref, malgré qu’il s’agisse d’un énième remake de Cendrillon, Sneakerella a réussi à me surprendre et à devenir un film à part entière et très original. Il vaut le coup d’œil.


Ma Note : 8.5 /10

Note : 8.5 sur 10.

Chronique Disney+ :

Les Éternels


Appartenant à une ancienne race d’êtres humains, les Eternels, qui peuvent manipuler l’énergie cosmique, ont été créés par les Célestes afin de protéger la Terre contre leurs homologues, les Déviants.


Les éternels incorpore au MCU de nouveaux personnages (du même nom que le titre), présent sur Terre depuis bien longtemps et dont la vie semble « éternelle ». Avec le film, nous voyagerons à travers plusieurs époques, « clés » afin de comprendre la raison de leur venue sur Terre. Mais au final, l’intrigue principale se déroule après les événements du film Avengers : Endgame qu’il faut donc avoir vu au préalable.

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Je pense que le plus gros défauts de ce film et également un bon point : le nombre des personnages principaux. Il y a tellement de personnages qu’il est difficile de traiter et développer chacun d’eux… Certains ont même très peu de temps à l’écran et même si leur caractère est facile à identifier et comprendre, je trouve ça dommage ! (Bon, comme toutes les nouvelles production du moment, je trouve le film vraiment trop court, même pour une introduction des personnages). Il est évident qu’il y aura une suite à l’intrigue de ce premier film, mais il est clair également que certains personnages seront évincés de celui-ci… Il aurait été sympa de développer un peu plus ses personnages là, vu qu’ils n’apparaîtront plus.

Comme dit plus haut, l’intrigue principale se déroule après l’apparition de Thanos, qui au passage, est aussi un « éternel ». Afin de faciliter l’apparition de ses nouveaux personnages, il a été justifié qu’ils n’ont pas interférés avec lui, car ils n’en ont pas le droit (et heureusement du coup, vous saurez pourquoi en regardant le film). C’est avec cette petite phrase et l’évocation à plusieurs reprises des super-héros, que ce film s’intègre dans le MCU.

J’ai apprécié que l’un des personnages soit sourd et que la langue des signes soit présente dans le film. J’espère que ce personnage sera mieux développé par la suite, car il est sûrement celui qui a été le moins présent dans le film et fait ainsi parti des oubliés…


Arishem apparaît sous la forme ci-dessus, un peu comme Dormammu dans Dr. Strange, on ne voit pas son corps en entier. Il rend vraiment imposant et plutôt bien à l’écran selon moi, même si son style me semble bien différent de celui des comics…

Comme pour la plupart de ses rôles, j’ai adoré Angelina Jolie ! Son personnage fait parti des plus attachants selon moi. Représentant Thena l’équivalent de la déesse grecque Athena, elle se trouve, en réalité, en proie à des problèmes « psychologiques » (expliqués au cours de l’intrigue). Elle fait partie des personnages qui, je pense, auront droit à une autre apparition dans un prochain projet (film ou série ?). Les autres acteurs sont également intéressant, mais encore une fois, le temps à l’écran pour certains est tellement court qu’il est difficile de se faire un bon avis.

Pour le coup, je ne sais pas si une série aurait été un meilleur format pour introduire les éternels… Afin de parler convenablement des différents personnage, il aurait fallut rajouter beaucoup de temps, et donc de passage sans réelles scènes d’actions… Avec l’intrigue proposé, cela n’aurait pas fonctionné à mes yeux. C’est pourquoi, même si j’aurais aimé voir plus, le format film reste la meilleur solution pour cette introduction. En effet, encore une fois, l’univers des éternels est large, comme le montre la scène post générique, d’où cette simple idée d’introduction. Les personnages de ce premier film sont libérés de leur tâche, au final, ils serviront de fils conducteur vers d’autres aventures…


En bref, même si, comme toujours, ça aurait pu être beaucoup mieux, ce n’était pas une catastrophe non plus. J’ai hâte de voir le prochain projet autour de ses personnages !


Ma Note : 7.70 /10

Note : 7.5 sur 10.

Chronique Marvel et Disney+ :

Moon Knight – Saison 1


Employé discret dans une boutique de souvenirs, Steven Grant est soudain victime de pertes de mémoire et est hanté par des visions d’une autre vie. Il découvre qu’il souffre d’un trouble dissociatif de l’identité et qu’il partage le même corps qu’un mercenaire, Marc Spector. Alors que l’étau se resserre sur Steven / Marc, les deux hommes, plongés dans une aventure périlleuse parmi les puissants dieux d’Égypte, vont devoir trouver leur équilibre dans cette double identité.


Encore une nouvelle série Marvel qui apparaît sur Disney +, cette fois-ci c’est le personnage de Moon Knight qui sera mis en avant. Si je ne me trompe pas, c’est la première fois que le personnage apparaît dans le MCU, cette série lui servirait donc d’introduction, avant un potentiel film (ou plusieurs), à moins que la série ne continue avec de nouvelles saisons. Pour ma part, je ne connaissais le personnage que vaguement (grâce à un jeu mobile), j’avoue être ravie d’avoir pu le découvrir à l’écran !

Attention Spoil ! Si vous n’avez pas vu la série, passez votre chemin !

Anecdote : Gaspard Ulliel incarnant un personnage secondaire, apparaît pour la dernière fois dans cette série. Il est décédé en début d’année 2022, d’un accident. Paix à lui.


Le ton global de la série est assez mitigé, passant de la comédie au drame suivant la personnalité mise en avant. Une chose est sûre, j’ai plusieurs fois été « perdu » dans l’intrigue, ne sachant pas vraiment où tous ça allait me mener. On comprends très vite que Steven à une autre personne en lui (même si on apprend toute la vérité vers la fin), pas mal de choses sont donc prévisibles, mais malgré ça j’ai réussi a être dérouté. Je pense que c’était voulu, et que donc ça a marché avec moi.

De ce que j’ai pu lire, le budget de cette saison a été assez limité. D’où un résultat, parfois un peu moins impressionnants que prévu… C’est bien dommage, un peu plus de budget aurait permis de faire encore mieux, et d’ajouter encore un petit plus. Je trouve que le design des différents éléments liés aux avatars et dieux étaient vraiment prometteur, dommage qu’on est pas pu les mettre plus en avant.

Comme déjà dit, le budget était moins important que pour d’autres projets MCU, j’imagine que le nombre d’épisode est lié directement à celui-ci… Et encore une fois, j’aurais bien vu, au moins, un épisode entre le 5 et le 6, qui rush vraiment la fin, rendant le boss final, bien moins effrayant que pour le reste des épisodes…

Anecdote : le frère d’Oscar Isaac (Moon Knight) a participé au tournage, et notamment dans l’interprétation de l’une des personnalité du personnage !


Oscar Isaac n’est pas un visage méconnu du côté Marvel, vous avez déjà pu le voir dans le rôle d’Apocalypse dans le film X-Men du même nom. Pour ma part, avec le maquillage, je ne l’avais pas reconnu… En tout cas, ce nouveau rôle lui permettra de briller un peu plus, car il réalise une superbe interprétation du personnage. Je dirais même que son interprétation est l’une des choses que j’ai le plus apprécié dans cette première saison. Ethan Hawke n’est pas non plus à oublier, j’ai également grandement appréciée sa prestation, j’espère revoir l’acteur dans d’autres films et séries (je vais d’ailleurs regarder ce qu’il a fait d’autres) !

Je ne sais pas vous, mais je vois bien cette série continuer dans le temps, l’univers de Moon Knight me semble tellement vaste ! Notamment avec les avatars des dieux égyptiens ! Avec ce système, on pourrait facilement voir apparaître d’autres héros/vilains ou encore anti-héros, ce qui est déjà un peu le cas avec le dernier épisode de cette saison.

Anecdote : Ethan Hawke a été recruté par Oscar Isaac lui-même. Pour incarner son personnage, il s’est inspiré d’un leader religieux américains.


En bref, cette première saison aurait pu être beaucoup mieux avec un meilleur budget notamment. Malgré ça, j’ai bien aimé la visionner et découvrir le personnage de Moon Knight.


Ma Note : 8.25 /10

Note : 8 sur 10.

Plus de chronique de Marvel ou/et Disney+ :

Para//èles – Saison 1


Quatre amis – Bilal, Romane, Samuel et Victor, dont les vies se retrouvent bouleversées lorsqu’un mystérieux événement les sépare et les propulse dans des dimensions parallèles. Ils vont tout mettre en œuvre pour comprendre ce qui s’est passé et tenter de revenir en arrière, dans leur monde « d’avant ».


Nouvelle série sur Disney +, celle-ci est estampillée « Made in France » et oui ! Vous aurez donc l’occasion de voir quelques visages familiers à l’écran. On démarre tranquillou avec nos quatre protagonistes principaux qui se trouvent être meilleurs amis, mais également avec un autre personnage, qui lancera les évènements qui suivront.


Je ne sais pas trop comment catégoriser la série, je dirais entre la science-fiction et le fantastique… Pour une série française je suis assez surprise (en positif) habitué à des comédies (car on fait rarement d’autres choses), celle-ci change clairement et à du potentiel à mes yeux. Evidemment, il y a encore du chemin à faire pour arriver à la hauteur d’autres séries du même genre.

Le point qui m’a un peu déçu c’est le nombre d’épisodes : 6 d’environ 40 min chacun… Je trouve ça très court, et hélas je l’ai ressenti côté intrigue, même si ça reste léger comme ressenti. Au final, les différents évènements s’enchaînent rapidement, et on se retrouve avec des personnages mieux développés que d’autres (je pense notamment à Victor ou Bilal qui on eu droit à plus de temps). D’un autre côté, avec un petit nombre d’épisodes, le réalisateur nous entraîne dans une course contre le temps, ce qui peut être bien vu également.

Il y a également d’autres choses qui me gênent un peu, mais si j’en parle ici, je risque de trop vous spoiler, je vais donc éviter…


J’ai grandement apprécié le côté scientifique qui ressort de la série, notamment au travers de la mère de Bilal (dont je suis désormais fan de l’actrice, belle interprétation de Naidra Ayadi). On a même le droit à une petite scène « féministe » qui m’a bien fait rire. Certains passages sont clairement difficiles à comprendre, ce qui reflète bien la réalité : la science n’est pas exacte et certaines choses ne sont pas à la portée de tous. J’ai eu l’occasion de visiter le CERN en Suisse, j’en garde un très beau souvenir, même si je n’ai pas vue grand chose au final.

D’ailleurs, ça me fait penser ! Vue que l’on parle de Suisse… Sachez que l’internat cité dans la série existe vraiment ! Victor parle d’environ 100 km entre chez eux et cette école… En sachant que ça se déroule en France… L’intrigue doit donc se dérouler dans le centre Est de la France (vue que le Rhône est également évoqué). Si vous savez où, j’avoue que je serais curieuse de savoir !

Pour les effets spéciaux, il n’y a pas eu grand chose à faire si ce n’est pour ce qui est lié à Victor. Pour le reste, il n’y avait besoin que de jeux de caméras. Tant mieux, certaines séries à petits budgets se lance dans des scènes à couper le souffle et parfois le résultat n’est pas au rendez-vous. En posant des bases simples, les réalisateurs ont fait en sorte que ça reste cohérent et beau à regarder ! Je ne connais évidemment pas le budget pour la série, mais celui-ci n’est certainement pas aussi élevé que pour GoT par exemple.


En bref, cette première saison me donne envie de continuer, j’espère donc grandement une seconde saison, notamment pour un des personnages clairement « abandonné ». Je vois donc cette première saison comme un essai, qui devrait s’améliorer avec une seconde saison. A voir donc.


Ma Note : 7.75 /10

Note : 7.5 sur 10.

Plus de chronique Disney + :

Hawkeye


Le super-héros Clint Barton et sa successeuse Kate Bishop combattent le mal. Cependant, lorsque les rôles sont soudainement inversés, ils doivent éviter à tout prix de devenir eux-mêmes des cibles.


Dernière série en date du MCU, cette fois-ci c’est notre archer préféré qui est mis en avant ! Il est plus que sûre qu’avec cette série, Clint tire ça révérence, enfin, pas complètement, il doit encore former correctement Kate. Mélangeant comédie et action, la série met en avant le caractère très réservé de Clint, mais aussi celui très extravagant de Kate.


Clint Barton, alias Œil-de-Faucon, est connu pour être un super-héros, membre des Avengers. Mais cette série replace, et surtout évoque le passé tumultueux du personnage. Avant d’être un héros, Clint était un assassin, on connait déjà la raison pour laquelle il a changé, changement qui l’a fait devenir agent du S.H.I.E.L.D puis un Avengers. La série permet ainsi de parler à la fois du passé, mais aussi de l’avenir pour Clint, ses difficultés et les changements qu’elles ont occasionnées sur lui. Toujours humble et discret en tant que héros, il était souvent mis en second plan par rapport aux autres Avengers comme Iron man Hulk, Thor ou Captain America, la comédie musicale présente dans la série exprime d’ailleurs très bien ce point.

Autre personnage important de la série, Kate Bishop n’est pas laissée en second plan. Littéralement fan de Clint depuis l’invasion alien (Avengers 1) où elle a perdu son père, elle fera tout pour mériter la confiance de Clint. Et on peut dire que de ce côté là, elle aura bien du mal… En effet, Clint ne donne pas sa confiance facilement, mais s’ajoute à cela le fait qu’il considère encore Kate comme une enfant, mais aussi la peur de tenir à nouveau à quelqu’un, qui souhaite en plus suivre ses pas. Leur relation aura littéralement des hauts et des bas, mais Kate saura montrer ses compétences et surtout redonnera confiance à Clint en avouant son admiration pour lui. Lui qui ne se considérait pas comme un modèle à cause de son passé se retrouve face à quelqu’un qui l’admire. C’est une très belle relation je trouve, et c’est le premier Avengers à vraiment passer le flambeau si on peut dire ça comme ça.


Comme certains l’ont évoqué, c’est bien que l’handicape de Clint soit montré (Surdité), je suis globalement du même avis ! Cela montre une fois de plus qu’il commence à être « usé » par les combats qu’il a mené, qu’il n’est pas resté sans rien faire, mais au contraire, qu’il a donné de sa personne pour le monde. Ce que je trouve dommage, c’est que cet handicape nous est donné comme ça, sans réelle explication ou origine (vis-à-vis du MCU), il ne me semble pas qu’il était si mal en point en tant que Ronin par exemple… Vue le peu d’épisodes de la série, il aurait été faisable d’en faire comportant un minimum d’explication et qui étoffe encore celle-ci dommage.

J’apprécie également beaucoup la présence de Yelena, qui doit aussi faire face au deuil de Natasha. Elle se liera rapidement de sympathie pour Kate, et j’ai sincèrement hâte de les voir combattre en duo, comme Clint et Natasha avant elles. Sa présence permet d’étoffer encore un peu plus le personnage après son entrée dans le MCU avec Black Widow. La scène de fin entre elle et Clint est très touchante, et permettra j’espère, aux deux protagonistes, de faire enfin le deuil.

On est tout aussi bien servi côté méchants ! Notamment avec Maya, que j’espère aussi retrouver au sein du MCU. Mon personnage secondaire préféré est Jack, le « beau père » de Kate, je trouve que l’acteur rend le personnage très intéressant et comique, étant donné la fin de la série, j’espère qu’il gardera malgré tout des liens avec Kate, qui va commencer à l’apprécier.


En bref, j’attendais cette série avec impatience, car j’adore Clint et Kate, j’ai beaucoup apprécié le duo et le futur du MCU s’annonce florissant avec la nouvelle génération. Les séries de transitions permettent de bien faire le point, mais aussi de montrer la possible évolution de ses différents héros.


Ma Note : 8.75 /10

Note : 8.5 sur 10.

Plus de Chronique Disney+ :

Plus de chronique de Marvel :

Last Descendants – Tome 1

– An Assassin’s Creed séries –


Quand Monroe, l’informaticien du lycée, propose à Owen d’utiliser l’Animus – une machine permettant d’explorer le passé de ses ancêtres -, l’adolescent y voit le moyen de connaître enfin la vérité sur son père, mort en prison.

Au cours de l’expérience, Owen découvre l’existence d’une ancienne puissante relique dont veulent à tout prix s’emparer deux organisations secrètes : la Confrérie des Assassins et l’Ordre des Templiers.

Monroe réunit alors Owen et cinq autres adolescents et les envoie à New York, pendant la guerre de Sécession, avec un objectif : récupérer la relique. Bientôt, chacun se retrouve projeté dans le corps de l’un de ses ancêtres, Templier ou Assassin…


Petite chronique sur une trilogie que j’ai beaucoup appréciée, en commençant évidemment par le premier tome. L’univers d’Assassin’s Creed est très connu pour ses jeux vidéos, mais ses livres n’ont rien à leur envier ! Pour le moment, il n’y a pas beaucoup de sorties de ce côté là, surtout en format roman (même si dernièrement, il commence à y avoir du mouvement). Le but est clair, élargir le public ! Pour ma part, ça ne me déplaît pas vue que j’adore la licence (même si côté cinéma on pourrait avoir mieux).

PS : les images présentes dans cette chronique n’ont aucun lien direct avec l’histoire, elles servent juste à illustrer.


Si vous connaissez un peu la série, vous savez déjà que généralement, l’intrigue tourne autour d’un objet d’Eden (créé par une ancienne civilisation, les Isu). Cette série ne fait pas exception, puisqu’elle tournera autour d’un mystérieux « poignard », dont on apprendra par la suite, qu’il y en a d’autres. Ses différentes parties permettront à l’auteur de nous faire voyager autant dans le présent, que dans le passé, à travers le globe et l’histoire !

Une fois encore, les Assassins et Templiers seront mis en opposition, mais pour une fois, il y aura également un troisième choix, celui où ni les Templiers, ni les assassins ne devront mettre la main sur la relique ! Je pense que ce petit ajout permet de bien définir la situation des deux groupes, qui ont beau avoir des but différents, restent loin d’être parfais. Cet ajout rajoutera sûrement un peu de piment à l’histoire, permettant d’offrir aux enfants une autre solution, de voir plus loin.


Point important et que j’ai également grandement appréciée avec ce premier tome, c’est la diversité ethnique des protagonistes. Par exemple, David et Grace (frère et sœur), qui sont afro-américain, et qui vont devoir subir la ségrégation américaine lors d’un transfert, ou encore Sean, qui se trouve en fauteuil roulant. Avec ses différents personnages, la série permet d’aborder pas mal de sujet, comme l’homosexualité, l’attirance que peut avoir un objet permettant de remarcher, etc…

Avec ce premier tome, on commencera le voyage à New york dans les années 1860 (soit bien après les évènements d’Assassin’s Creed Black Flag, III, Rogue ou encore libération se déroulant au XVIIIe), je vous laisse découvrir les grands évènements de cette période. Pour certains de nos protagonistes, se sera d’ailleurs une période détestable. Malgré tout, cela leur fera comprendre les enjeux, mais surtout, ils devront choisir Templiers, Assassins ou Monroe ? Pour certains, le choix sera vite fait, pour d’autres non… mais rien ne dit que celui-ci sera définitif, après tout, chacun à sa version, et les manipulations sont parfois bien faciles…

Contrairement aux jeux vidéo, l’intrigue se passe autant dans le passé que dans le présent, l’action est omniprésente et bien gérée (dans ce premier tome en tout cas). Il peut arriver qu’on se perde un peu au début vue que l’on passe d’un point de vue à l’autre, mais il s’agit d’une petite gymnastique cérébrale.


En bref, j’ai littéralement dévorée ce premier tome au moment de ma lecture. Imaginez ma surprise quand j’ai appris qu’il y avait un second tome (et que celui-ci n’était pas encore sorti).


Ma Note : 8.75 / 10

Note : 8.5 sur 10.

Cette série vous intéresse ? Cliquez sur l’image pour découvrir d’autres chroniques sur l’univers d’Assassin’s Creed !

AC Univers

Star Wars : Vision – Saison 1


Romance, humour, drames et batailles épiques ; plusieurs studios d’animation japonais revisitent la célèbre saga Star Wars à travers des courts métrages originaux et inédits.


Série prometteuse, Star Wars Vision est composée de plusieurs histoires courtes. En effet, chaque épisode est réalisé par un studio japonais différent, ainsi les histoires se suivent, mais ne se ressemblent pas comme on dit. C’est ainsi que l’on voit défiler des histoires parfois proche, parfois très éloigné tant au niveau de l’intrigue que part les graphismes. Une grande diversité qui peut plaire, comme déplaire aux fans de la saga, cette série est ainsi une épée à double tranchant.

PS : Si vous souhaitez un avis par épisode (attention spoiler alerte), je vous invite à cliquer ici, vous pourrez avoir plusieurs avis sur chaque épisode. N’hésitez pas non plus à m’ajouter en ami si vous êtes sur la plateforme 🙂

épisode 1

Comme toujours avec ce genre de série, je tiens à préciser les épisodes que j’ai le plus apprécier, ainsi que ceux qui m’ont déplu. Je commence par les épisodes qui m’ont plu : le 1, 4, 5 et 7 (les trois gifs de la chronique proviennent de ses épisodes). Ses différents épisodes ont été très intéressant, que se soit pour leurs intrigue, parfois simple, mais efficace ou encore par le choix graphique qui donne un rendu très beau à l’œil (exemple : épisode 1 en noir/blanc, seul le sabre est en couleur). Certains épisodes sont bourrés d’action, tandis que d’autres, au contraire sont plus calme et laisse place qu’à une courte scène de combat, qui pour le coup suffit largement (épisode 4).

Passons maintenant aux épisodes que j’ai le moins apprécié, je pense aux épisodes : 3,6 et 9 (mais surtout le 6). Pour l’épisode 3, c’es tout simplement que l’intrigue part de nulle part alors qu’elle aurait eu besoin d’une base… Et le 9, et bien… Je n’ai pas vraiment ressenti l’esprit Star Wars, mais plutôt une intrigue très souvent reprise dans l’animation japonaise avec des sabres lasers… Et l’épisode 6, bien que les graphismes soient très mignon, l’intrigue est un copier/coller made in Star Wars d’Astro boy à mes yeux, du coup, je n’ai pas vraiment pu apprécié l’épisode… Surtout que la logique de l’univers Star wars n’est pas non plus respecté, visiblement le studio ne connaissait pas vraiment l’univers et n’a pas fait beaucoup de recherche, bien dommage…

épisode 4

J’ignore si la série continuera pour une autre saison avec pourquoi de nouveaux studio, mais j’avoue que l’idée de départ était vraiment bonne. Peut-être que refaire le même style de série mais sur un autre univers comme Marvel, avec un personnage par studio pourrait également être intéressant, surtout que je crois que cet univers est mieux connu au pays du soleil levant.

Si vous suivez un peu l’actualité (mois de l’écriture de cette chronique : 11/2021), alors vous savez déjà que Disney + va accueillir, comme ses concurrents, des séries/films d’animation japonaise ! L’une d’entre elle aura d’ailleurs un lien direct avec l’univers de Disney. Mais où est-ce que je veux en venir ? Et bien, peut-être que cette série Star Wars est un moyen de tester les différents studio pour de futurs projets ? Que se soit pour le plan de l’imagination, de la fidélité par rapport à la série originale ou encore le style graphique ? Les commentaires et avis sur les différents épisodes pourraient être un indicateur de ce qui plaît ou non pour Disney, suivant les régions géographique bien entendu.

épisode 7

En bref, les épisodes sont très inégaux d’où une note si faible… Ce qui est bien dommage car l’idée de départ est là et permet de mettre en avant de bon studio d’animation… Malheureusement, il semblerait que certains était plus inspiré que d’autres vis-à-vis de cet univers.


Ma Note : 6.45 /10

Note : 6.5 sur 10.

Barrage – Tome 2

# Astro, le prince de la guerre


Désormais sous l’identité du prince Barrage, Astro se voit confier une mission de taille : réunifier la planète Industria ! Accompagné de Tiamat, le jeune garçon part en voyage et décide de venir en aide aux habitants du village d’Orvel, qui ont été capturés par des brigands… Grâce au pouvoir de l’Org, l’improbable duo réussit à vaincre le redoutable Deadrock avant de poursuivre son périple.

Mais alors qu’ils parviennent aux portes de la cité de Masseil, les deux envoyés du roi se retrouvent face à une demoiselle pour le moins belliqueuse qui cherche à tout prix à les empêcher d’entrer ! Pour une raison mystérieuse, elle semble vouer une haine profonde à la police royale…


Avec ce second tome, c’est la fin de la série Barrage qui arrive ! Nos deux héros auront-ils réussi à ramener la paix sur la planète ? Se sera à vous de le découvrir si la série vous intéresse. Mais encore une fois, quel dommage que celle-ci s’arrête si vite ! Il y avait tellement de potentiel pour cette série.


On continue de suivre nos deux héros désormais arrivé dans ce qui semble être la dernière ville, ors capitale, qui n’est pas encore tombée entre les mains d’extraterrestres. Malheureusement, on va vite déchanter, car en réalité, la ville et bel et bien tombée… Les gardes royaux sur place ont trahi le roi avec de faux rapports (pour leurs gains personnels) et la ville n’est clairement plus ce qu’elle était… La tension monte, et Astro ce rend enfin compte de la perversité de certains individus.

Malgré la rapidité du combat final, j’ai ressenti beaucoup d’intensité tout du long. Les flashback permettent d’approfondir et de comprendre le personnage de Black, qui est, au final, à l’origine d’une grande partie de l’intrigue. Selon vous qui a gagné ? Black, qui a perdu toute foi en l’humanité ou Astro prêt à tout pour protéger les siens ?


Les deux principales raisons pour laquelle j’aurais aimé que la série continue se trouve dans les deux premières images de cette chronique. Il s’agit évidemment des deux personnages présents dessus, Tico et Black. Tico qui représente une nouvelle alliée pour les futurs combats de nos deux héros, tandis que Black représente, en l’occurrence l’antagoniste de la série. Autant l’un que l’autre, je les trouve mal, voire pas assez exploité, notamment Black, que je trouve très charismatique, qui aurait également pu devenir un allié dans le combat d’Astro tout en apportant un peu de nouveauté dans les combats.

Kohei nous termine cette série avec une fin ouverte, et surtout pleine d’espoir pour ce monde littéralement en ruine suite aux guerres, qui continuent de faire rage. Cette fin nous permet de choisir nous même comment la suite va se dérouler, mais surtout, elle évite une autre alternative : la fin expédiée et bâclée. Elle est certes, arrivée vite malgré tout, mais comparé à d’autres œuvres, je n’ai pas trop ressenti que l’auteur voulait couper court. Je n’en dirais pas plus sur celle-ci, même si pour certains d’entre vous, j’en ai sûrement déjà trop dit… désolé…


En bref, même si je suis toujours dégoûtée que des séries avec autant de potentiel se termine si vite, il faut bien admettre qu’il faut une fin à tout. Et j’imagine que lorsqu’on débute, on a pas spécialement tous les outils qu’il faut pour faire une série avec pas mal de tome.

Cette série, peut-être intéressante pour ceux souhaitant découvrir l’auteur au travers d’une série terminée, avant de se lancer dans une plus longue comme MHA ou ses spin off.

HA T2

Ma Note : 8.10 /10

Note : 8 sur 10.

¤ Graphismes : 1.70 / 2              ¤ Originalité : 1.50 / 2

¤ Personnages : 1.65 / 2                ¤ Scénario : 1.60 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.65 / 2


Barrage – Tome 1

# La Pourfendeuse


Dans une galaxie lointaine, la guerre entre humains et envahisseurs extraterrestres fait rage depuis 50 ans… Les habitants du royaume d’Industria sont submergés par des ennemis trop puissants pour eux. Astro fait partie de ces orphelins de guerre qui vivent au jour le jour : avec son maigre salaire, il soutient tout un groupe d’enfants sans parents. Ils ont formé une nouvelle famille, soudée face à la misère.

Ses rêves de richesse deviennent réalité quand Barrage, prince du royaume, apparaît devant lui. Les deux garçons se ressemblent comme deux gouttes d’eau ! Le jeune noble profite de cette extraordinaire coïncidence pour fuir son rôle de prince et forcer Astro à prendre sa place… L’ancien roturier saura-t-il adopter sa nouvelle identité tout en protégeant sa famille dans un royaume en guerre ?

Juste avant de lancer My Hero Academia, Kohei Horikoshi s’est attaqué au space opera avec ce diptyque riche en action et en super-pouvoirs comme il les aime ! Combats épiques, personnages décalés : les bases de son style unique sont déjà visibles dans Barrage. Découvrez l’histoire du prince et du pauvre, version intergalactique !


Barrage est la seconde série, en deux tomes, écrite par Kohei Horikoshi (My Hero Academia). Edité aux éditions Ki-oon, en format simple et intégral (offre carrefour), son univers nous place sur une planète en proie à des guerres intergalactiques.


L’histoire, d’un point de vue global, est clairement vue et revue, malgré tout, pas mal de thèmes intéressants sont abordés et permettent de donner un peu de profondeur à cette œuvre. Pour moi, au vue de ce premier tome, la série n’aurait pas dû s’arrêter au bout de deux tomes, elle aurait facilement pu continuer encore un peu… Mais comme il s’agit de l’un des premiers titres de l’auteur, on peut dire que c’est excusable, car il n’est pas le seul à avoir fait ce genre d’œuvre (je pense notamment à Monster Soul, de Mashima, qui aurait également pu avoir bien plus que deux volumes).

On retrouve plusieurs planches superbement dessinés (un peu comme le gros plan de Shigaraki dans MHA), ce qui montre que Kohei avait déjà pas mal de potentiel. Pour le design des personnages, on peut clairement reconnaître certains traits de personnages connues de ses autres séries, un peu à la Mashima, il se ressert de ses anciens personnages pour créer les nouveaux, avec quand même quelques nouveautés par ci par là. Pour ceux qui ne sont pas fan de ce genre de chose, ce point pourrait donc vous rebouter un peu, pour ma part, ça ne pose aucun problème.


Le gros problèmes des séries aussi courtes, avec un but défini qui n’est pas facile et rapide à atteindre (en l’occurrence, ramener la paix sur une planète), c’est l’appréhension liée à la fin. Va t-elle être bâclée ? Expédiée ? Comme je l’ai dit plus haut, ce premier tome ne laisse pas présager une fin au tome suivant, d’où cette petite hésitation sur la suite des aventures de nos deux protagonistes principaux.

Le caractère de nos deux protagonistes principaux est bien ficelé et non bâclée. Astro ayant grandi dans les faubourgs, place sa famille de cœur avant sa propre vie. Très naïfs, il fait (parfois à tord) rapidement confiance aux autres, mettant ainsi sa vie en jeu très régulièrement. Au contraire, Tiamat est un soldat expérimenté et fidèle à son roi. Plaçant la vie d’Astro en priorité, il aura du mal à le comprendre au début de l’aventure (mais ça semble changer). Un peu comme le feu et l’eau, ils vont devoir apprendre l’un de l’autre et s’accepter tels qu’ils sont, s’ils souhaitent arriver à leur but.


En bref, ce premier tome est très intéressant et complet sur pas mal de points. Les personnages, les ennemis et le scénario sont bien traité pour qu’on avance ni trop vite, ni trop lentement.


Ma Note : 7.60 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2              ¤ Originalité : 1.45 / 2

¤ Personnages : 1.50 / 2                ¤ Scénario : 1.45 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.55 / 2