Un Monde Formidable – Intégral

# Asano Inio


Dans la vie de tous les jours, dans la vie de tous les gens, il y a des hauts, il y a des bas. Parfois, on a envie de baisser les bras, de se laisser aller, et parfois, le hasard, le destin se charge de nous rappeler que le monde est formidable. On n’aime jamais autant la vie que lorsque la mort nous frôle…


Après ma chronique sur l’anthologie d’Inio Asano, je vous propose mon avis sur une autre de ses œuvres : Un monde Formidable (Format Intégral des deux tomes). Tout comme l’anthologie, cet intégral est une suite d’histoires courtes. On pourrait penser que celles-ci n’ont aucun liens entre elles, mais c’est faux !


Faux en effet, car de temps en temps, on retrouve des personnages des histoires précédentes. Cet effet de continuité, permet de montrer que le temps continue d’avancer et ainsi de créer un petit lien entre chaque récits. Encore une fois, la majorité des histoires racontés ne sont clairement pas joyeuses, mais plutôt mélancolique. La description de nos comportements, pas toujours logique, par le biais de ses différents personnages fait que l’on peu s’identifier à certains personnages.


Comme il s’agit d’un volume « intégral » (dans le cas présent de deux tomes), le prix est un peu plus élevé. Mais il me semble que seul cette édition est encore trouvable en neuf (contrairement aux tomes simples). Les trois premières pages sont en couleurs, tandis que le reste est en noir et blanc, j’aurais bien aimé voir un peu plus de couleurs par endroit.

Quant à la couverture, elle est assez simpliste, elle représente l’un des personnages présents dans la série. Elle se suffit amplement à elle même, étant donné qu’il s’agit d’un regroupement d’histoires courtes, sur divers thèmes, toujours très intéressant et menant à la réflexions. Je trouve également très sympa d’avoir mis les commentaires de l’auteur sur chaque chapitre, j’ignore si c’était déjà le cas avec les volumes simple, mais ça permet d’avoir un retour de l’auteur sur lui-même quelques années après.


En bref, tout comme l’anthologie, j’ai trouvé cet intégral très intéressant, chaque histoire nous fais ressentir différentes émotions.


Ma Note : 7.75 /10

Note : 7.5 sur 10.

Origin – Tome 1


En l’an 2048, le Japon est connecté au continent Eurasien par le chemin de fer transcontinental. La capitale, Tokyo, grouille de criminels et de terroristes. Une mystérieuse présence attaque et massacre les habitants, nuit après nuit caché dans l’ombre de la métropole … Quelles sont ces « entités non humaines » vivant cachées parmi le monde des humains ? Et qui est cet « Origin » qui leur fait face ?


Origin est un seinen édité chez Pika et réalisé par Boichi, que vous connaissez sûrement plus via Dr. Stone ou encore Sun-ken Rock. L’auteur nous place dans un univers où des robots avec des caractéristiques très similaire au corps humain, nous côtoient nous, petit être insignifiant si on devait comparer… Comme vous vous en doutez déjà, notre héros principal, Origin (premier robots de ce genre), et sûrement le seul a « apprécier » les humains, contrairement à ses frères et sœurs, qui eux font tout pour en tuer (tout en restant discret).


Avec cette série, il n’y a pas de place pour l’ennui, le premier tome démarre en fanfare avec un combat entre Origin et un autre robot. L’intelligence, le but, ainsi que les origines d’Origin sont tous défini très rapidement, sans pour autant être survolés. Ses frères et sœurs semblent agir en groupe, mais il semble également qu’ils haïssent les humains, mais on ne sait pas encore pourquoi… On apprend également que le corps robotique d’Origin à besoins de changer de pièces régulièrement (l’une des raisons pour laquelle il s’attaque aux autres). Pour tenter de combler ce problème, il va postuler à un emploi au sein d’une grande entreprise de robotique, ressemblant trait pour trait à un humain, il devra malgré tout rester très prudents, car il est entouré d’experts en robotique !

Lors de ce premier tome il va faire la rencontre d’un personnage, qui deviendra ensuite l’une de ses motivations pour survivre, et surtout, pour la protéger, oui il s’agit d’une femme, celle qui a conçu son logiciel de langage qui plus est ! Mais ne vous y trompez pas, Origin est un robot, et ne possède donc pas de sentiments, du moins pour le moment, qui sait, peut-être finira t-il par en avoir ? En tout cas, Origin sait être discret, il arrive même à tromper les autres robots (au grand malheur de sa protégée).


Pour le moment, le scénario semble assez banal, une guerre de robots qui se mêlent aux humains. Mais il est possible que celui-ci s’étoffe avec les prochains tomes, après tout, le combat en fin de tome n’est pas encore terminé ! De plus, quelqu’un avec autant de talent et d’application au dessin en a sûrement autant dans les autres points importants tels que le scénario.

La couverture du manga suffit à elle seule pour montrer le talent graphique de Boichi, magnifique planche colorée du personnage principal Origin, elle est juste magnifique. Le tome commence également avec 4 pages colorées, de quoi encore plus apprécié le travail de Boichi, dont j’avoue qu’une version entièrement colorée de ses œuvres ne me dérangerais nullement (notamment pour Origin qui est désormais une série terminée), surtout que de plus en plus de Webcomics débarquent en France, et sont entièrement en couleur, comme les BD et Comics. Le contenu est tout aussi magnifique, après comme d’habitude avec l’auteur, il y a pas mal de Eichi… Donc à ne pas mettre entre n’importe quelles mains…


En bref, ce premier tome suffit largement pour ce faire une idée globale de la série, et surtout pour avoir envie de lire la suite. Pour information, la série est terminée en 10 volumes, une série assez courtes, parfaites pour commencer à lire des mangas ou pour découvrir le travail de Boichi.


Ma Note : 8.8 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 2 / 2              ¤ Originalité : 1.45 / 2

¤ Personnages : 1.95 / 2                ¤ Scénario : 1.65 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.75 / 2

Mes voisins les esprits – Tome 1

# Shirotori Ushio


Afin de retrouver les « notes sur le royaume des morts » qui lui permettront d’en savoir plus sur la disparition de sa mère, Yachiho emménage avec son chat dans une vieille maison abandonnée où se passent des choses très étranges. Elle va y faire la rencontre de Moro, un mystérieux esprit qui lui demande de l’aider dans son « travail »… Et la jeune fille n’est pas au bout de ses surprises avec toutes les créatures fantastiques étonnantes qu’elle va côtoyer !

Dans la lignée de Ken’en – Comme chien et singe (également de l’éditeur MAG Garden), Mes Voisins les esprits est un récit qui allie avec subtilité aventures, mystères et un regard plein d’émotions sur la vie. Bref, une série qui n’est pas sans rappeler les plus beaux animés Ghibli, tels que Le Voyage de Chihiro. C’est aussi pour nous l’occasion de faire découvrir aux lecteurs francophones les superbes talents graphiques d’Ushio Shirotori, une nouvelle auteure à suivre !

~ Nautiljon


Mes voisins les esprits est un Seinen édité, en France, aux éditions Doki Doki, son autrice est Shirotori Ushio. Il s’agit d’une série en 3 tomes, assez courte donc, mais pour une première série c’est un bon début qui permet de montrer ce dont on est capable. On y suit ainsi Yachiko, encore lycéenne, qui emménage dans une nouvelle demeure, habitée par des esprits (Yokai). A la demande de son père, elle recherche un manuscrit assez spécial, dans le bus de retrouver sa défunte mère. Malgré tout cela, ce premier tome est remplit de bienveillance, expliquant le cycle de la vie, qui existe aussi du côté des esprits. Comme le dit le synopsis ci-dessus, il rejoint plutôt bien Ken’en (ma chronique du tome 1 : https://sunread26.wordpress.com/2020/08/26/kenen-t1/) qui est sur le même thème et avec cette idée de bienveillance.


Pour changer un peu de d’habitude, je vais commencer par vous parler de la couverture et de la jaquette de ce premier tome qui ne sont pas identiques. La jaquette (partie d’un manga qui peut être retiré, mais qu’il faut à tout pris garder, car l’auteur a passé du temps à la faire, vous l’avez payé lors de l’achat, mais également parce que sans elle le volume ne vaut plus grand chose si vous venez à le vendre) est très colorée, on y voit notre héroïne Yachiko un peu mal à l’aise avec tout ses esprits autour d’elle, ses couleurs dites « chaudes » (rouge, orange etc…) permettent de nous mettre dans l’ambiance qui se veut toujours avec un peu de bienveillance et une vision positive. Plusieurs des esprits présent sur celle-ci apparaissent au cours de ce premier volume, chacun avec leur propre histoire. Le dos de cette jaquette représente plusieurs esprits sous formes de croquis très jolis à regarder. Une fois la jaquette retirée, on peut voir la couverture du tome, celle-ci représente en première page, la fameuse maison où emménage Yachiko avec quelques indications sur les alentours, la 4ème de couverture continue sur cette lancée avec un plan de l’intérieur de la maison (sauf le sous-sol secret évidemment).

Le tome a quelques pages en couleurs d’où ce prix un peu plus élevé que la moyenne où toute les pages sont en noir et blanc. Les dessins sont juste superbe, on voit que l’autrice à fait attention à beaucoup de détails, que se soit pour les premiers plans ou l’arrières plans, ainsi que chaque personnage de l’intrigue, qu’il soit principal ou secondaire. La lecture est très agréable, les pages sont très aérées, avec juste ce qu’il faut de texte. Les esprits sont juste magnifique à regarder et avec tellement de détails !


Pour ce qui est de l’intrigue, le manga est un Slice of Life, on y suit donc le quotidien de Yachiko, il n’y a donc rien d’exceptionnel aux premiers abords, en même temps la série ne fait que 3 volumes, il est donc difficile de mettre en place une vraie intrigue faite pour durer. Toutefois, à la fin de ce premier tome, quelque chose d’intéressant ce produit et laisse espérer un peu de mouvement lors de ma lecture du prochain volume. La vie scolaire de Yachiko est très peu montrée, mais on voit tout de même qu’elle arrive à se faire des amies, qui s’inquiètent un peu pour elle, car elle habite dans une maison qui est bien connue pour être hantée.

Enfin, pour l’originalité, on connait tous au moins un manga qui parle de Yokai, donc de ce côté là, on peut dire qu’il n’y a pas vraiment de nouveauté. Malgré tout, la manière d’aborder le thème reste assez originale, puisqu’on est centré avant tout sur les esprits et leur ressenti, leur utilité au monde et comment ils terminent leur venue dans notre monde, car oui, s’ils l’acceptent, il partent dans un notre monde rien que pour eux et où ils ne peuvent pas disparaître (contrairement au notre, où leur durée de vie est limité).


En bref, ce tome fut très plaisant à lire et sans prise de tête, il est également bien dessiné et rédigé. Il permet de découvrir sous un nouvel angle emplit de bienveillance, les Yokai (esprit Japonais).

HA T3

Ma Note : 7.95 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.85 / 2              ¤ Originalité : 1.35 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.25 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.65 / 2


Unsung Cinderella – Tome 1

# Midori, pharmacienne hospitalière


Bien qu’ils jouent un rôle secondaire, ils constituent le « dernier rempart » qui protège notre quotidien.

Nous suivons le quotidien de Midori Aoi, pharmacienne hospitalière, qui se bat chaque jour pour que les patients puissent mener « une vie normale ». Mais pour cela, elle doit parfois se confronter aux médecins, voire aux patients eux-mêmes…


Depuis son annonce, je dois admettre avoir été fortement attiré par cette série à cause de son thème, que je trouve très peu présent dans l’univers du manga. Il s’agit d’un slice of life, d’une pharmacienne hospitalière (qui a donc un métier légèrement différent, des pharmaciens en pharmacie). Je l’ai lu avec beaucoup de plaisir, mais malgré tout avec quelques appréhension, qui finalement ont disparu. Cette série, au moment où j’écris cette chronique, à déjà 5 tomes sorties au Japon, et est édité chez nous par Meian.


Alors, mes appréhensions… Elles concernaient surtout les termes médicaux, car pour quelqu’un n’étant pas du tout dans ce domaine, beaucoup sont difficiles à comprendre et cerner. De plus, je craignais pour la réalité du scénario, sa cohérence, etc… Car si pour nous il est difficile de comprendre (pour ma part, j’ai un bac S, donc je comprends certaines choses, mais tout de même), pour l’auteur il en a sûrement été tout autant ! Mais pas d’inquiétude, même si vous n’y connaissez rien, vous ne serez pas perdu pour autant ! En effet, sur la couverture du manga, il est spécifié que l’auteur a été accompagné d’un spécialiste pour la réalisation de la série, donc pour ce qui est de la cohérence et de la réalité des choses, c’est nickel ! De plus, lorsque des termes spécifiques sont employés, des petites explications sont données (en plus de celles fournies naturellement dans l’histoire), donc vous ne serrez pas déstabilisé ! C’est ainsi, que quelques craintes se sont vite éteintes… et tant mieux !

Ce que j’ai bien apprécié dans ce premier tome, c’est que même si l’univers de la série tourne autour de Aoi la pharmacienne, on nous parle tout de même des autres corps de métiers (tout aussi important) au sein d’un hôpital, comme les médecins, infirmiers urgentistes ou tout simplement les soignants. En la période actuelle qu’est la notre, je trouve cette mise en avant très sympathique, on peut avoir un aperçu de leur quotidien (même si pour moi, il m’a suffit d’aller aux urgences pour en comprendre toute l’étendue, et franchement chapeau bas à tous et à toute). Pour résumer un peu ce petit paragraphe, j’ai énormément aimé le côté humain retranscris dans ce premier tome par le biais de ses différents personnages, il s’accole parfaitement à la réalité sans exagération, puisque les patients pénibles, oui ça existe, mais les médecins un peu fainéant ça existe aussi, même si ce n’est pas une majorité et fort heureusement. La petite morale du tome : si vous avez mal dites le ! Il n’y a pas avoir honte.


Le format de l’intrigue se déroule un peu sous forme d’histoire courtes, où l’on passe d’un patient à un autre, chacun avec ses spécificités (femme enceinte, diabète à l’adolescence, etc). Malgré tout, il reste tout de même un petit fil conducteur qui lie chacune de ses petites histoires, toute riches en émotions. En effet, le meilleur moyen de soigner ses patients, c’est de les connaître ! Malgré tout, il ne faut pas oublier que le manga est classé en Seinen, et il est facile de comprendre pourquoi, car le côté psychologique est également présent, et que la réalité n’est parfois pas bien belle…

Je me dois de parler d’une petite chose, je pense qu’en France la situation des pharmaciens hospitalier est différent que celle présentée dans le manga. Pour être allé plusieurs fois à l’hôpital, je n’ai jamais vu un personnel de ce corps de métier… J’ignore si au Japon, leur situation est comme celle décrite dans le manga, où s’il elle ressemble à celle en France, mais peut être que ça ne ferais pas de mal, qui sait ? Si quelqu’un travaillant dans ce milieu passe par là, n’hésitez pas à laisser votre avis en commentaire ou par message privé via mes réseaux, car j’avoue être très curieuse.

Oh, et je viens de voir qu’apparemment il y a une adaptation en série (drama) *^* mais c’est super !


En bref, j’ai adoré ce premier tome, le côté humain et réaliste qu’il s’en dégage. J’ai vraiment hâte de suivre les prochaines aventures d’Aoi au sein de cet Hôpital assez particulier.

Merci de m’avoir lu, et bon courage à tout le personnel soignant, que se soit en libéral, cabinet ou hôpital/clinique !


Si la série vous intéresse, évitez Amazon et soutenez les librairies indépendantes ! Si vous n’en connaissez pas, en voici une :

HA T1

Ma Note : 8.80 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2              ¤ Originalité : 1.85 / 2

¤ Personnages : 1.75 / 2                ¤ Scénario : 1.55 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2