Im -Tome 3

# Great Priest Imhotep


En plein exorcisme, Im est attaqué par Harugo, un prêtre du culte d’Amon qui le tient pour responsable de la création des Magai ! Hinome finit heureusement par lui faire entendre raison en s’interposant entre les combattants…

Mais les deux amis ne sont pas tranquilles pour autant : c’est ensuite au tour de Khonsou, l’homme qui a tiré le sorcier de son long sommeil, de se présenter devant eux ! Le prêtre supérieur est en effet porteur d’une mission divine. Sa cible ? Rien de moins que Djéser, prince d’Égypte, meilleur ami d’Im… et roi des Magai !


Avec ce troisième tome, on peut dire que la guerre est ouvertement déclarée, mais aussi que la tension monte pour Im. Et oui, c’est l’heure de l’arrivée du nouveau personnage qui va tout bouleverser ! Toujours entre un ton comique et sérieux, la série continue de nous transporter dans un récit entre la mythologie Egyptienne et Japonaise.

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


C’est vrai que je n’y ai pas pensé avant, mais cette série mélange un peu les deux « folklore » si on peut dire, d’un côté les dieux égyptiens, de l’autre les yokais japonais (nommés Magaï dans le manga). Le mélange, pour le moment, n’est pas très « équilibré », même si on a quelques sorts et autres éléments en style égyptien, cela reste minoritaire à côté de la présence des yokais (même si ceux-ci sont un peu personnalisé à l’égyptienne). On peut donc dire que l’auteur se « facilite » un peu la tâche en rajoutant un peu du folklore de son pays à l’histoire, un élément qu’il doit sûrement mieux maîtriser (comme nous qui connaissons mieux l’histoire de notre pays). Malgré ça, je pense que le mélange permet de soutenir l’intrigue et de mieux guider nos protagonistes dans leur quête.

Dans la série, l’ennéade (groupe des 9 divinités de la mythologie égyptienne : le démiurge Atoum, l’humidité Tefnout, l’air Shou, la terre Geb, le ciel NoutOsirisIsisSeth et Nephthys) est le groupe censé contrôler et définir la vie de chaque être humains. C’est de son refus d’obéir à ses dieux, qu’Im fera apparaître les premiers Magaï inconsciemment. Très clairement, ils n’ont pas une publicité dans ce tome, en effet, ceux sont eux qui forcent certains évènements, et quand celui-ci ne se déroule pas comme prévu, et bien, au final, ils ne font rien… Enfin, ils accusent un responsable sans se remettre en question, scelle les différents problèmes pour les repousser à plus tard, sans les résoudre au final…Pour le moment, seul leur nom a été nommé, mais j’espère grandement qu’on aura droit à une petite représentation graphique.


Dans le tome précédent, c’est Im qui ramène Harugo à la raison, cette fois-ci c’est l’inverse. Harugo sera ainsi d’une grande aide pour Im dont les sentiments sont encore mitigés. Tout ça donne lieu à de magnifique actions, tellement que je trouve dommage qu’il n’y ai pas plus de pages colorés (notamment les doubles pages), cela aurait eu un super rendu. Une chose est sur, on va bientôt quitter le Japon pour l’Egypte !

Comme toujours, je trouve la couverture magnifique, ce genre de couvertures me donne envie d’avoir le manga entièrement en couleur, ou à défaut, une version animée. Malheureusement, cette série fait partie des oubliées… Et c’est bien dommage. J’apprécie toujours autant les petites histoires annexes présentés un peu partout dans les tomes, notamment sous la jaquette et à la fin du tome. Elles apportent une petite touche supplémentaire très appréciable ! Peut-être que se sont des passages que l’auteur souhaitait intégrer à l’histoire principale, mais qui ont été refusé ?


En bref, on sent que désormais nos protagonistes n’auront plus le droit à l’erreur, que le temps n’est plus à la rigolade, mais à des combats qui monteront sûrement en puissance. Au vue de la fin de ce tome, on peut s’attendre à pas mal de choses sympathique, si elles sont bien traités évidemment.


Ma Note : 8.75 /10

Note : 8.5 sur 10.

Tome Précédent/Suivant :

Plus de chronique de l’éditeur :

Dead Company -Tome 1


Ryosuke est le seul survivant d’un terrible massacre. Il ne sait pas pourquoi il s’est retrouvé impliqué dans cette tragédie, ni qui se cachait sous le masque de lapin porté par le responsable… Ces événements traumatisants lui permettent trois ans plus tard de décrocher un emploi de rêve dans la célèbre firme Dead Company, spécialisée dans la production de jeux vidéo de survie. Elle recrute sur un critère étrange : avoir vécu une expérience hors norme…

Le jeune homme est ravi de travailler dans un environnement décontracté, chaleureux et valorisant. Ses propositions pour rendre la tâche plus ardue aux joueurs qui s’entretuent à l’écran sont saluées par sa hiérarchie. Pour la Dead Company, son expérience vaut de l’or ! Mais les mignons personnages qui évoluent à l’écran dissimulent en réalité des humains de chair et de sang, contraints de participer à un véritable jeu de mort…

Bienvenue à la Dead Company, l’entreprise qui vous fait passer de victime à bourreau ! Après Doubt et JUDGE, Yoshiki Tonogai revient en force pour nous dévoiler l’autre côté du miroir. Ryosuke mettra-t-il fin à l’horreur, ou utilisera-t-il son talent pour surpasser tous les autres maîtres du jeu dans la perversion ?


Voici enfin la nouvelle œuvre de Yoshiki Tonogai que j’attendais depuis un moment, ayant adoré ses séries précédentes (Judge, Doubt, Secret), j’espère que cette série me fera autant frissonner ! Cette fois-ci le point de vue du lecteur sera sûrement bien différent de d’habitude, puisqu’on ne sera plus du côté des « victimes » mais des « bourreaux ». Je mets des guillemets, car c’est-on jamais, la réalité est peut-être tout autre…

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Dans ce premier tome, le protagoniste, Ryosuke voit son mental mis à rude épreuve, et pourtant ce n’est sûrement que le début… En effet, après son traumatisme, il essaie de passer à autre chose, mais comment y parvenir lorsqu’on rejoint l’entreprise à l’origine de celui-ci ? Et surtout, comment accepter qu’une entreprise puisse faire de tels choses ! Ainsi, il a beaucoup de choses à assimiler et il est donc normal qu’il est du mal à l’accepter… C’est pour cette raison que dans l’intro, j’ai mis des guillemets, car au final, sommes-nous vraiment placé à la place du bourreau ? Ou est-ce juste une mascarade où au final on reste du côté de la victime ? Si c’est le cas, alors la fin de cette série est déjà toute tracée et ne sera pas joyeuse…

Comme dans chacune de ses œuvres, des indices sont placés à différents moments de l’histoire, je pense avoir réussi à en discerner quelques uns… Et hélas, ils confirment ce que je dis au paragraphe précédent, que la fin ne sera sûrement pas joyeuse, pour Ryosuke en tout cas. Et si elle n’est pas joyeuse pour lui, ça signifie que pour cette entreprise, par contre, elle le sera… De quoi me donner quelques frissons, sans pour autant avoir eu droit à beaucoup d’horreur (puisque là l’horreur est indirecte pour le moment) avec ce premier tome…


Comme je commence à m’habituer au style de l’auteur, je commence également à moins porter attention à certaines choses, notamment les faux espoirs. Car très souvent avec lui, l’ennemi est présenté dès le premier tome, mais bien évidemment (à part pour Secret), celui-ci est difficile à deviner… Sauf que là, pour le coup, avec les indices et cette fin presque joyeuse, la personne qui fera tout basculer et qui peut donc être considérée comme le « méchant » est identifiable. Il ne reste donc plus qu’à savoir le « comment », j’espère malgré tout être un minimum surprise par la fin… Après, bien évidemment, pour ceux découvrant l’auteur ou le survival game, les pièges ne seront peut-être pas si simple à éviter…

Avec cette nouvelle série, nous montrant plus de choses que d’habitude, on pourrait presque croire que l’auteur créer comme un univers comprenant toutes ses séries. Après tout, même si celles-ci sont terminées, il reste une bonne part de mystère ! Comme le montre l’image ci-dessous, il n’y a peut-être pas qu’un seul teneur de ficelles et au final tout les massacres qu’on a eu jusqu’à présent peuvent être liés à cette entreprise… En tout cas, la manipulation mentale sera sûrement encore au rendez-vous !


En bref, même si le suspense n’est pas vraiment au rendez-vous au début, tout semble changer vers la fin. Je me demande quelles surprises nous réserve l’auteur…


Ma Note : 8 /10

Note : 8 sur 10.

Chronique du tome suivant :

Plus de chronique de l’éditeur :

King of Eden -Tome 2


Les services de renseignements internationaux aux trousses, Teze Yoo poursuit sa mission… Il traque un à un tous les terroristes s’étant procuré le terrible virus du « Loup », déterminé à identifier sa provenance. À l’origine du trafic, un nom : « Oupyr » !

Ce marchand d’armes d’un nouveau genre ne semble pas particulièrement pressé de s’enrichir, puisqu’il offre son stock à tous les groupes intéressés, semant la mort et la désolation sur son passage… Le jeune archéologue parviendra-t-il à retrouver son mystérieux adversaire avant d’être rattrapé par les services secrets ?


On se retrouve pour une nouvelle chronique, avec le tome 2, de King of Eden, une série mélangeant histoire, horreur, archéologie et organisations secrètes ! Une série palpitante qui, jusqu’à présent, réussi à me tenir en haleine.

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Avec ce nouveau tome, on en apprend un peu plus sur l’origine du virus « Loup », mais également sur ceux en possédant des souches et qui sont donc à l’origine des diverses épidémies ici et là. Tout semble partir d’un même endroit, et lié à un accident archéologique ayant laissé peu de survivants… Mais tout ça pourrait également remonter à bien plus loin dans le temps.

Plusieurs groupes commencent à se former, que se soit pour récupérer le virus en tant qu’arme chimique, ou au contraire, en comprendre la source et trouver un moyen de l’exterminer. Teze, le protagoniste, nous informe que malgré qu’il s’agisse d’un virus, les contaminés n’agissent pas sans raison, mais sont au contraire « guidés » par quelqu’un d’autres… Il parcourt le monde afin de trouver de qui il s’agit, car il y a des chances que se soit lui qui détienne la souche et qui revend celle-ci à des terroristes…


Teze semble lié à un autre personnage qui a rejoint un groupe gouvernemental afin d’étudier le virus, mais également au groupe archéologique victime de l’accident… On ignore encore ce qui a bien pu lui arriver, mais j’imagine que c’est en lien avec ce virus et le mystérieux individu… Finira t-il pas faire équipe avec ce groupe afin de stopper cette épidémie ?

En tout cas, les dessins sont toujours aussi beau, et retranscrivent bien l’ambiance lourde, mystérieuse et horrifique de la série. Les personnages sont également très bien réalisé, il y a peu de chances de ne pas savoir faire la différence entre chacun d’eux (contrairement à d’autres séries où certains personnages se ressemblent beaucoup).


En bref, j’ai encore dévoré ce tome tellement il a été très intéressant et prenant ! L’intrigue toujours aussi mystérieuse donne envie de connaître la suite. J’ai déjà lu le tome 3 au moment où j’écris ses lignes, donc je ferais sûrement la chronique de celui-ci très prochainement.


Ma Note : 8.5 /10

Note : 8.5 sur 10.

Chronique du tome précédent et suivant :

Plus de chronique de l’éditeur :

Im – Tome 2

# Great Priest Imhotep


Enfin délivrée de la malédiction qui pesait sur elle depuis huit ans, Hinome compte bien profiter de sa nouvelle vie en toute insouciance… Hélas, Im ne l’entend pas de cette oreille et demande à la jeune fille de l’épauler dans sa mission !

D’abord réticente à cette idée, Hinome change vite d’avis lorsqu’un Magai attaque son amie Kobushi… Le duo de choc se lance donc en quête de phénomènes surnaturels avec l’aide d’Anubis. Mais lorsqu’ils tentent d’éradiquer une nouvelle créature, un autre prêtre du culte d’Amon fait son apparition…et il semble vouloir en découdre avec Im !


Après la chronique du premier tome il y a quelques mois (lien en bas de page), on se retrouve pour un petit avis sur le second tome de la série. Pour rappel, celle-ci est sortie en intégralité chez Ki-oon édition en 11 volumes. L’origine des Magaï est expliqué, de nouveaux personnages font leur entrées, quant à Im, il commence à se faire une place dans cette nouvelle époque.


Outre l’avancée dans la trame principale, on a droit un grand flashback sur le passé d’Imhotep. C’est bien normal étant donné qu’il a été endormi, après avoir été scellé, pendant 3 000 ans… Par ce biais, on voyage vers l’Egypte de cette époque où l’on découvre les raisons qui ont engendré la situation actuelle, à savoir, l’apparition des Magaï. Une grande partie du tome explique cette situation, tandis que l’autre conclue l’apparition d’un nouveau personnage, Harugo un prêtre d’Amon.

Toujours aussi drôles, les bonus présents sous la jaquette réversible nous permettent de rire un peu, et pour l’auteur et éditeur, ça permet d’utiliser cet espace de manière amusante. Quand à la couverture du coup, elle est toujours très impressionnante. Ayant déjà tout les tomes de la séries, je peux vous dire qu’elles vont continuer sur cette lancée ! Les détails présents sur celle-ci sont d’ailleurs également présent au sein du tome, notamment pour les éléments égyptiens où l’auteur c’est grandement appliqué pour donner un résultat très beau par moment.


J’admets ne pas avoir grand chose à dire de plus pour ce tome… Du coup, je vais parler un peu de la série dans sa globalité (sans spoil). Par exemple, je trouve dommage que cette série sois si peu connue… Ou encore qu’elle n’a pas le droit à une adaptation en animé, le rendu aurez pu être magnifique à l’écran… Enfin, très dommage qu’il n’y est pas de goodies (en tout cas en France) à son sujet, j’aurais bien craqué sur une ou deux figurines…


En bref, même si l’intrigue principale n’avance pas trop durant ce tome, j’ai bien aimé découvrir le passé de Im, ça m’a permis de mieux le comprendre lui, ainsi que la situation actuelle.


Ma Note : 8.5 /10

Note : 8.5 sur 10.

Tome Précédent/Suivant :

Plus de Manga Ki-oon :

King of Eden – Tome 1


L’archéologie sauvera-t-elle le monde ?
Des villages entiers sont rayés de la carte par de gigantesques incendies aux quatre coins du globe. Thaïlande, Écosse, Espagne… le scénario est toujours le même : les cadavres calcinés des habitants portent des traces de morsures et ont subi de telles déformations qu’ils n’ont plus rien d’humain…

Étrangement, un jeune archéologue coréen, Teze Yoo, semble lié à ces tragédies : sur chaque site, il achève le dernier survivant avant de brûler les corps. Mais pour les services de renseignements internationaux, il est surtout le suspect numéro un quant à la propagation d’un virus convoité par les groupes terroristes du monde entier ! Le Dr Itsuki, elle-même archéologue et ancienne camarade de classe de Teze, est recrutée par les services secrets coréens pour retrouver sa trace. De l’Angleterre à la Chine en passant par la Roumanie, la chasse à l’homme est lancée !


Qui dit mois d’Octobre dit Halloween et donc horreur ! Et pour le coup, cette série à pas mal de choses pour plaire dans ce domaine (surtout par son lien étroit avec notre situation sanitaire actuelle, qui heureusement s’améliore). On est vite plongé dans le vif du sujet avec cette série, sans vraiment comprendre tout ce qu’il se passe malgré tout. On sent que quelque chose n’est pas normal, mais on ignore quoi, habitué aux zombies (à moins de lire des webtoons très novateurs de ce côté là), on ne comprend pas directement de quoi il s’agit. Avec cette œuvre, plongez dans un univers proche du notre, où les vampires, loup-garou ou oupyr, pourraient être bien pire qu’un virus (ou à son origine qui sait ?).


Comme vous l’aurez compris le sujet principal de cette série est un virus nommé : Loup. Pour faire court, il transforme ses victimes en être ressemblant à des loups, qui s’entretuent jusqu’à qu’il n’en reste qu’un. Pour la transmission, c’est comme pour la plupart des virus, par le sang ou par sécrétions corporelles (salives, sueurs). Malgré tout, celui-ci ne semble pas pouvoir être transmis à grande échelle, pour le moment en tout cas… En tout cas, je trouve celui-ci bien plus violent qu’un virus zombie et donc bien plus complexe.

Ce virus est lié de près à l’histoire, l’archéologie semble même au centre de sa supposée réapparition. Je ne suis pas experte en histoire, mais j’imagine que certains passage parlant d’histoire sont vraies, ce qui est très intéressant en soi. Tout semble partir d’une fouille, un peu comme la malédiction de Toutankhamon, dont la réalité des évènements est bien résumé par l’un des personnages, car oui, cette malédiction n’existe pas. Une chose est sûre, il n’est pas très sains pour la santé de rentrer dans une cavité clause depuis plusieurs siècles avec des corps en décompositions ainsi que des denrées alimentaires… car tout ça créer des gaz, etc durant le processus de décompositions, et c’est ça qui peu être mortel. Il est possible, que le virus reprenne donc le même principe qui sait ? On en saura plus dans le prochain tome j’imagine.


En attendant, le suspense et à son comble, car on ignore tellement de choses qu’on ne peut qu’imaginer… Certains individus ayant des idées meurtrières de masses pourraient même vouloir ce procurer le virus… Comme je l’ai dis plus haut, une pandémie mondiale semble peu probable, mais imaginez les dégâts de ce genre de virus sur une grande ville, comme une capitale par exemple. Tout peu vite basculer et pour le moment, j’ignore dans quel sens se sera, une chose est sûre les personnages ne sont pas au bout de leur peine…

Pour ce qui est des dessins, ils suffit de regarder la couverture de ce premier tome, ainsi que les extraits de l’article pour voir tous les détails déployés dans cette série. Je trouve presque dommage de ne pas connaître d’autres œuvres d‘Ignito qui est le dessinateur de la série. Pour info, l’auteur est Takashi Nagasaki connu pour Billy Bat ou encore 20th Century Boys !


En bref, ce premier tome nous donne la couleur de la série, ainsi que sa trame, à savoir la traque de celui qui possède le virus, mais qui est-ce ? Un titre qui mélange horreur et mystère voilà de quoi me donner envie de lire le prochain tome rapidement.


Ma Note : 8.75 /10

Note : 8.5 sur 10.

Chronique du tome suivant :

Plus de chronique de l’éditeur :

Barrage – Tome 2

# Astro, le prince de la guerre


Désormais sous l’identité du prince Barrage, Astro se voit confier une mission de taille : réunifier la planète Industria ! Accompagné de Tiamat, le jeune garçon part en voyage et décide de venir en aide aux habitants du village d’Orvel, qui ont été capturés par des brigands… Grâce au pouvoir de l’Org, l’improbable duo réussit à vaincre le redoutable Deadrock avant de poursuivre son périple.

Mais alors qu’ils parviennent aux portes de la cité de Masseil, les deux envoyés du roi se retrouvent face à une demoiselle pour le moins belliqueuse qui cherche à tout prix à les empêcher d’entrer ! Pour une raison mystérieuse, elle semble vouer une haine profonde à la police royale…


Avec ce second tome, c’est la fin de la série Barrage qui arrive ! Nos deux héros auront-ils réussi à ramener la paix sur la planète ? Se sera à vous de le découvrir si la série vous intéresse. Mais encore une fois, quel dommage que celle-ci s’arrête si vite ! Il y avait tellement de potentiel pour cette série.


On continue de suivre nos deux héros désormais arrivé dans ce qui semble être la dernière ville, ors capitale, qui n’est pas encore tombée entre les mains d’extraterrestres. Malheureusement, on va vite déchanter, car en réalité, la ville et bel et bien tombée… Les gardes royaux sur place ont trahi le roi avec de faux rapports (pour leurs gains personnels) et la ville n’est clairement plus ce qu’elle était… La tension monte, et Astro ce rend enfin compte de la perversité de certains individus.

Malgré la rapidité du combat final, j’ai ressenti beaucoup d’intensité tout du long. Les flashback permettent d’approfondir et de comprendre le personnage de Black, qui est, au final, à l’origine d’une grande partie de l’intrigue. Selon vous qui a gagné ? Black, qui a perdu toute foi en l’humanité ou Astro prêt à tout pour protéger les siens ?


Les deux principales raisons pour laquelle j’aurais aimé que la série continue se trouve dans les deux premières images de cette chronique. Il s’agit évidemment des deux personnages présents dessus, Tico et Black. Tico qui représente une nouvelle alliée pour les futurs combats de nos deux héros, tandis que Black représente, en l’occurrence l’antagoniste de la série. Autant l’un que l’autre, je les trouve mal, voire pas assez exploité, notamment Black, que je trouve très charismatique, qui aurait également pu devenir un allié dans le combat d’Astro tout en apportant un peu de nouveauté dans les combats.

Kohei nous termine cette série avec une fin ouverte, et surtout pleine d’espoir pour ce monde littéralement en ruine suite aux guerres, qui continuent de faire rage. Cette fin nous permet de choisir nous même comment la suite va se dérouler, mais surtout, elle évite une autre alternative : la fin expédiée et bâclée. Elle est certes, arrivée vite malgré tout, mais comparé à d’autres œuvres, je n’ai pas trop ressenti que l’auteur voulait couper court. Je n’en dirais pas plus sur celle-ci, même si pour certains d’entre vous, j’en ai sûrement déjà trop dit… désolé…


En bref, même si je suis toujours dégoûtée que des séries avec autant de potentiel se termine si vite, il faut bien admettre qu’il faut une fin à tout. Et j’imagine que lorsqu’on débute, on a pas spécialement tous les outils qu’il faut pour faire une série avec pas mal de tome.

Cette série, peut-être intéressante pour ceux souhaitant découvrir l’auteur au travers d’une série terminée, avant de se lancer dans une plus longue comme MHA ou ses spin off.

HA T2

Ma Note : 8.10 /10

Note : 8 sur 10.

¤ Graphismes : 1.70 / 2              ¤ Originalité : 1.50 / 2

¤ Personnages : 1.65 / 2                ¤ Scénario : 1.60 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.65 / 2


Barrage – Tome 1

# La Pourfendeuse


Dans une galaxie lointaine, la guerre entre humains et envahisseurs extraterrestres fait rage depuis 50 ans… Les habitants du royaume d’Industria sont submergés par des ennemis trop puissants pour eux. Astro fait partie de ces orphelins de guerre qui vivent au jour le jour : avec son maigre salaire, il soutient tout un groupe d’enfants sans parents. Ils ont formé une nouvelle famille, soudée face à la misère.

Ses rêves de richesse deviennent réalité quand Barrage, prince du royaume, apparaît devant lui. Les deux garçons se ressemblent comme deux gouttes d’eau ! Le jeune noble profite de cette extraordinaire coïncidence pour fuir son rôle de prince et forcer Astro à prendre sa place… L’ancien roturier saura-t-il adopter sa nouvelle identité tout en protégeant sa famille dans un royaume en guerre ?

Juste avant de lancer My Hero Academia, Kohei Horikoshi s’est attaqué au space opera avec ce diptyque riche en action et en super-pouvoirs comme il les aime ! Combats épiques, personnages décalés : les bases de son style unique sont déjà visibles dans Barrage. Découvrez l’histoire du prince et du pauvre, version intergalactique !


Barrage est la seconde série, en deux tomes, écrite par Kohei Horikoshi (My Hero Academia). Edité aux éditions Ki-oon, en format simple et intégral (offre carrefour), son univers nous place sur une planète en proie à des guerres intergalactiques.


L’histoire, d’un point de vue global, est clairement vue et revue, malgré tout, pas mal de thèmes intéressants sont abordés et permettent de donner un peu de profondeur à cette œuvre. Pour moi, au vue de ce premier tome, la série n’aurait pas dû s’arrêter au bout de deux tomes, elle aurait facilement pu continuer encore un peu… Mais comme il s’agit de l’un des premiers titres de l’auteur, on peut dire que c’est excusable, car il n’est pas le seul à avoir fait ce genre d’œuvre (je pense notamment à Monster Soul, de Mashima, qui aurait également pu avoir bien plus que deux volumes).

On retrouve plusieurs planches superbement dessinés (un peu comme le gros plan de Shigaraki dans MHA), ce qui montre que Kohei avait déjà pas mal de potentiel. Pour le design des personnages, on peut clairement reconnaître certains traits de personnages connues de ses autres séries, un peu à la Mashima, il se ressert de ses anciens personnages pour créer les nouveaux, avec quand même quelques nouveautés par ci par là. Pour ceux qui ne sont pas fan de ce genre de chose, ce point pourrait donc vous rebouter un peu, pour ma part, ça ne pose aucun problème.


Le gros problèmes des séries aussi courtes, avec un but défini qui n’est pas facile et rapide à atteindre (en l’occurrence, ramener la paix sur une planète), c’est l’appréhension liée à la fin. Va t-elle être bâclée ? Expédiée ? Comme je l’ai dit plus haut, ce premier tome ne laisse pas présager une fin au tome suivant, d’où cette petite hésitation sur la suite des aventures de nos deux protagonistes principaux.

Le caractère de nos deux protagonistes principaux est bien ficelé et non bâclée. Astro ayant grandi dans les faubourgs, place sa famille de cœur avant sa propre vie. Très naïfs, il fait (parfois à tord) rapidement confiance aux autres, mettant ainsi sa vie en jeu très régulièrement. Au contraire, Tiamat est un soldat expérimenté et fidèle à son roi. Plaçant la vie d’Astro en priorité, il aura du mal à le comprendre au début de l’aventure (mais ça semble changer). Un peu comme le feu et l’eau, ils vont devoir apprendre l’un de l’autre et s’accepter tels qu’ils sont, s’ils souhaitent arriver à leur but.


En bref, ce premier tome est très intéressant et complet sur pas mal de points. Les personnages, les ennemis et le scénario sont bien traité pour qu’on avance ni trop vite, ni trop lentement.


Ma Note : 7.60 /10

Note : 7.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2              ¤ Originalité : 1.45 / 2

¤ Personnages : 1.50 / 2                ¤ Scénario : 1.45 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.55 / 2


My Hero Academia – Tome 21

# L’étoffe des héros


Pour Endeavor, enfin officiellement numéro un, c’est la consécration… Cependant, s’il est premier dans les chiffres, il ne l’est pas encore dans le cœur de la population ! Conscient du problème, Hawks, le nouveau numéro deux, lui propose d’enquêter avec lui sur de possibles apparitions de Brainless…

Mais, une fois sur place, ils se retrouvent aux prises avec un adversaire monstrueux, bien plus fort que les précédents ! Gravement blessé, le héros incandescent saura-t-il reprendre le flambeau du symbole de la paix ?


Je rattrape petit à petit mon retard sur la série (surtout niveau achats), pour continuer sur ma lancée, je vous propose donc une nouvelle chronique sur la série, avec un nouveau tome. Celui-ci se découpe en deux parties : la première autour d’Endeavor et Hawk, la seconde lance les combats d’entraînements entre la seconde A et la seconde B du lycée Yuei !


Ce tome commence fort avec la suite, et fin, du combat d’Endeavor et Hawk contre un brainless très particulier qui laissera des séquelles, que se soit pour nos héros ou pour les citoyens. Comme à son habitude, le bilan d’Endeavor est mitigé, certains citoyens le qualifient limite d’incapable (comme si battre un brainless était donné à tout le monde ?!!) tandis que d’autres, bien au contraire, ont été conquis par sa détermination à assumer son nouveau rôle. De plus, il n’y a pas que sur ce champ de bataille là qu’Endeavor c’est engagé à changer, il y a aussi celui de la famille. Et même, si cela semble mal partie, il semble être en bonne voie pour s’améliorer également, tout le monde à droit à une seconde chance, non ? En tout cas, j’espère que son évolution du côté vie perso sera montrée et non pas laissée de côté, se serait vraiment dommage pour un personnage aussi controversé (tout comme Bakugo par exemple).

Pour ce qui est de Hawk, sa partie est beaucoup plus compliquée, autant le dire, après ce tome, mon opinion sur lui à complétement changée. Il est passé du type rigolo, blasé et qui n’en a rien à faire, à quelqu’un de très dévoué (mais qui le cache bien) et autant déterminé qu’Endeavor à réussir, quoi qu’il puisse lui en coûter. Malgré ça, il connait également ses limites et sait clairement qu’il n’est pas un combattant aussi puissant que d’autres héros. En sachant ses défauts, il arrive tout de même à aider du mieux qu’il peut les autres héros, et le sacrifice qu’il va devoir faire pour sa nouvelle mission changera sûrement et malheureusement sa note de popularité…


Après la partie sur Endeavor et Hawk, on retourne auprès des étudiants de seconde A, notamment Izuku, qui découvre une nouvelle facette du One for All, jusqu’alors inconnue, même pour All Might… J’imagine que celui-ci va d’ailleurs commencer à se sentir dépassé par les événements tout en se sentant de nouveau un peu inutile, surtout auprès d’Izuku qui est son élève. Après cela, commence un nouveau défi, l’entraînement en équipe des secondes A contre les secondes B, avec un invité surprise, mais qu’il est très plaisant de revoir.

Dans ce premier, passage, on a droit au combat de l’équipe 1 et au début du combat de l’équipe 2. Autant d’un côté que de l’autre, les élèves se sont surpassés, et on remarque qu’ils quand même bien progressés, notamment pour la seconde A (car en fait, on en connait assez peu de la seconde B, quel dommage). J’espère que la suite du second combat, ainsi que les combats suivants nous en montreront un peu plus pour la seconde B, notamment avec les personnages qui ont été le plus représentés pour cette classe. En tout cas, d’un point de vue scolaire, je trouve cet exercice très intéressant, mais j’aurais également aimé de voir des combats mixte, où les élèves de seconde A et B sont mélangés, de quoi travailler à la fois le travail d’équipe, la cohésion et surtout l’adaptation avec des personnes et alter que l’on ne connait pas toujours…


En bref, ce nouveau tome apporte pas mal de nouveaux éléments à l’intrigue, que se soit autour du nouveau numéro 1 ou des autres personnages. L’histoire se veut plus profonde que jamais, continuant ainsi à nous pousser à lire la suite.


Ma Note : 8.90 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.75 / 2              ¤ Originalité : 1.65 / 2

¤ Personnages : 1.85 / 2                ¤ Scénario : 1.80 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.85 / 2


Pour plus de chronique sur l’univers de Kohei Horikoshi cliquez sur l’image ci-dessous.

Les Racailles de l’autre monde – Tome 1

# Hiromasa Okujima


Dans un lycée technologique de la banlieue de Tokyo, Shinichi et ses comparses Ryuji, Masamune et Shiro règnent en maîtres après avoir terrassé les unes après les autres toutes les bandes de la région ! Mais pour l’imbattable Shinichi, cette victoire est trop facile. Que faire à présent qu’il a atteint son objectif ? Se battre, c’est le seul moyen qu’il a trouvé pour apaiser sa frustration à l’idée de devoir reprendre les rênes de la petite usine familiale…

Alors qu’il désespère de trouver un voyou à sa hauteur, il est brusquement propulsé avec ses amis dans un monde de fantasy ! Ses poings ne suffisent plus face à la créature maléfique qui apparaît devant lui… Qu’à cela ne tienne, il dégaine la tronçonneuse ! Pour la villageoise qu’il a sauvée, pas de doute, lui et ses amis sont les princes de la prophétie, destinés à vaincre le Dieu du Mal ! Shinichi est aux anges : il tient enfin un adversaire digne de lui !


Aujourd’hui je vous propose une chronique sur le premier tome d’un titre un peu hors du commun. En effet, les racailles de l’autre monde mélange deux thèmes : Isekai (voyage vers un autre monde) et Furyo (délinquants). C’est deux thèmes sont d’ailleurs facilement vu et revu, mais le mélange des deux redonne un peu de « fraîcheur » à chacun et je vous explique tout ça plus loin. En attendant si le titre vous intéresse, il est édité aux éditions Ki-oon.


On peut clairement définir cette série comme une série un peu « what the f**** » tant l’humour et surtout l’approche proposé par l’auteur nous fais sortir de tous ce qu’on peut connaître des deux thèmes principaux. En effet, le monde de l’isekai comporte déjà pas mal d’œuvre (tout comme le furyo), il est donc difficile « d’innover ». Mais je trouve, que cette série a réussi à trouver ce petit truc en plus, qui pour le moment, me donne encore envie de lire la suite.

En effet, la découverte d’un nouveau monde ne perturbe pas le moins du monde notre petits groupe (bon, peut être que l’un d’eux l’est un peu mais bon…). De plus, ils ne semblent pas près de s’adapter à celui-ci pour se fondre dans la masse, mais plutôt à continuer de vivre normalement… Leur méthode pour obtenir Excalibur (à savoir la sortir du rocher) est très drôle et très ingénieuse, surtout provenant d’un groupe majoritairement pas très malin…


Pour le moment, les personnages principaux ressemblent plus à des caricatures de délinquants qu’autres choses. Mais j’espère grandement que dans les volumes qui suivent, ils seront un peu plus approfondi et travaillés, car rigoler ça va bien cinq minutes, mais à un moment il faut quand même laisser un minimum de place à un scénario qui tient le lecteur en haleine et lui donne envie de lire la suite.

Aucun des deux thèmes ne semble, pour le moment, s’effacer face à l’autre le mélange est, pour ainsi dire, bien dosé et donne un résultat vraiment inattendu mais très appréciable lors de la lecture.

La fin du tome laisse présager un petit rebondissement pour le tome suivant…


En bref, ce premier tome m’a assez convaincu, mais j’espère vraiment qu’il y aura du « défi » pour le groupe dans les prochains volumes, sans quoi, le côté humoristique risque de ne pas suffire pour vouloir continuer l’aventure…


Ma Note : 8.60 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2              ¤ Originalité : 1.85 / 2

¤ Personnages : 1.65 / 2                ¤ Scénario : 1.55 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.90 / 2


Chroniques sur l’univers de : Ki-oon

Bonjour à tous, vous avez choisi que le meilleur moyen de classer mes chroniques, c’était par maison d’édition, alors voici l’article en question, il est possible que celui-ci vienne à évoluer afin d’éviter qu’il ne soit trop long. D’ailleurs, si vous avez des idées d’amélioration, n’hésitez pas !

Pour information, voici le site de l’éditeur où vous pouvez retrouver tout son catalogue, mais aussi les liens vers leur compte pour chaque réseau social où ils sont présent : http://www.ki-oon.com/

Infos Présentation de l’article :

  • Classement : Par ordre alphabétique :
  • Série présente : série ayant 1 manga de chroniqué au minimum ;
  • Entre () : Volume possédé / Volume totaux de la série (Nombre = terminée, ?? = en cours, A = abandonnée, aucun nombre = One shot) ;

Artelier Collection (13/13)

# Hioka Yen

Artelier Collection T1 Artelier Collection T2 Artelier Collection T3 Artelier Collection T4 Artelier Collection T5 Artelier Collection T6 Artelier Collection T7 Artelier Collection T8 Artelier Collection T9 Artelier Collection T10 Artelier Collection T11 Artelier Collection T12 Artelier Collection T13

Assassin’s Creed – Awakening (2/2)

# Yano Takashi & Oiwa Kendi

AC Awakening 1 AC Awakening 2

Barrage (2/2)

# Horikoshi Kohei


Beastars (1/??)

# Itagaki Paru


Dead Company (3/3)

# Tonogai Yoshiki


Doubt (4/4)

# Tonogai Yoshiki

Doubt T1 Doubt T2 Doubt T3

Green Mechanic (2/??)

# Yami Shin


Im (11/11)

# Morishita Makoto


King of Eden (6/6)

#  Nagasaki Takashi &  Lee Sang Cheol 


Les Racailles de l’Autre Monde (1/??)

#  Okushima Hiromasa


My Hero Academia (29/??)

# Horikoshi Kohei

MHA Tome 1 MHA Tome 2 MHA Tome 3 MHA Tome 4 MHA Tome 5 MHA Tome 6 MHA Tome 7 MHA Tome 8 MHA Tome 9 MHA Tome 10 My Hero Academia – Tome 11 MHA Tome 12 MHA Tome 13 MHA Tome 14 MHA Tome 15 MHA Tome 16 MHA Tome 17 MHA Tome 18 MHA Tome 19 MHA Tome 20

MHA Tome 0

MHA – Team Up Mission (1/??)

# Akiyama Yoco

MHA TUM T1

Secret (3/3)

# Tonogai Yoshiki


Vigilante – MHA Illegals (7/??)

# Furuhashi Hideyuki & Betten Court

MHA Tome 1 MHA Tome 2 MHA Tome 3 MHA Tome 4 MHA Tome 5