La voie du tablier – Tome 2


Tatsu l’immortel était le plus terrible des yakuzas. Mais aujourd’hui, il a cessé cette activité pour devenir… un homme au foyer accompli !! Certes, il effectue les tâches ménagères et la lessive… certes, il fait les courses et la cuisine… Mais peut-il vraiment fuir sa nature de yakuza ?!


Nouvelle chronique pour le second tome de la voie du tablier, je pense qu’après celle-ci je n’en ferai pas d’autres. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est toujours la même chose, mais le soucis avec les manga à histoires courtes, avec pour but la rigolade n’ont généralement pas de quoi parler pendant longtemps, surtout sans spoiler. Il est aussi possible que cette chronique soit un peu plus courte…

PS : les images de cette chronique ne proviennent pas nécessairement du tome concerné par celle-ci.


Cette fois-ci on aura le droit à neuf histoires courtes, avec trois bonus également très drôle et proche de la réalité ! Le premier bonus est certainement ma préférée, tous les maîtres des chats (ou de chiens même) comprendront sûrement pourquoi. En tout cas, avec ses nouveaux chapitres, l’auteur en profite pour introduire convenablement les beaux-parents de Tatsu, qui donneront également de quoi rire. En tout cas, la passion et l’ardeur de Tatsu pour ne plus paraître comme un Yakuza est vraiment impressionnante, même s’il lui reste quelques reflexes lui font défaut, pour notre plus grand bien.

Ses mimiques et réactions sont tellement hors normes que c’est à se demander si les autres personnages de sont entourages ne sont pas un peu bizarre également… Notamment, sa petite amie, qui a quand même le mérite d’avoir changer Tatsu au point qu’il quitte le rang des Yakuzas ! Pourtant, le peu qu’on voit d’elle ne montre qu’une personne normale très terre à terre. Il y a peu de choses qu’on arrive à deviner sur son caractère, mais pour être avec lui, elle doit être extrêmement patiente et positive ; ou alors elle c’est trouvée le bon boy en le battant au bras de fer ?


A chaque petite histoire, l’auteur arrive à combiner des têtes ou mimiques de Yakuzas avec au contraire, d’autres évènements de la vie normale, le mélange est toujours aussi drôle à la lecture et parfois, je me sens presque mal à l’aise pour les personnages autour de lui… On peut dire qu’avec cette série les préjugés ont bon dos, mais surtout que l’habit de fait pas (ou plutôt plus) le moine. Et puis, sincèrement, qui se balade partout en ville avec un tablier de cuisine ?

Malgré le quotidien présenté dans la série, il faut avouer que l’auteur à une sacrée imagination pour à chaque trouver un moyen de nous faire rire avec ses situations pourtant bien connues. Certains points sont clairement exagérés, mais j’avoue que j’aimerais bien voir une situation où il se retrouve dans l’obligation d’aller dans les bains publics (où les tatouages sont interdits le plus souvent).


En bref, j’apprécie toujours autant ma lecture, et j’arrive également à être surprise par moment avec les rapprochements « Yakuza » et « homme au foyer ». Une belle série que je vous conseille si vous recherchez à rire, tout en apprenant un peu.


Ma Note : 8.5 /10

Note : 8.5 sur 10.

Chronique du tome précédent :

Plus de chronique de l’éditeur :

La voie du tablier – Tome 1

# Kousuke Oono


Ne sous-estimez jamais un homme au foyer !

Tatsu l’immortel était le plus terrible des yakuzas. Son nom est lié à de nombreuses histoires qui font date dans la société des malfaiteurs.

Mais aujourd’hui, il a cessé cette activité pour devenir… Un homme au foyer accompli !!


La voie du tablier est une série manga très originale, puisqu’elle arrive à lier l’humour et les yakuzas d’une manière vraiment peu orthodoxe. Composé d’histoires courtes toutes aussi drôles les unes que les autres, ce manga est sans prise de tête et permets, au contraire, de passer un bon moment aux côtés de notre yakuza, assez maladroit dans sa nouvelle fonction : homme au foyer.


Il n’y a donc pas de baston comme dans les manga Furyo, ici seul l’humour compte ! Celle-ci est d’ailleurs basée, en majorité, sur l’apparence physique, ainsi que les « tics » de Tatsu ancien yakuza. En effet, même s’il s’est rangé, il conserve malgré tout ses cicatrices et tatouages, tout comme son look de yakuza… La seule différence c’est l’omniprésence de son tablier, qu’il ne quitte jamais. Ainsi, c’est le contraste « homme au foyer » et « yakuza » qui crée l’humour de cette série.

Côté dessins, je vous laisse juger avec les quelques images de cet article, sauf la dernière qui provient de l’animé. En tout cas, l’auteur à de très bon traits, rien qu’à regarder le tatouage de la première image, je suis très admirative. Très souvent, dans les séries mettant en scènes un ensemble d’histoire courtes humoristiques, les dessins passent un peu en second plan. Comment dire ? Ils ne sont pas bâclés non, ils sont juste moins recherchés et précis, comme dans Zozo Zombies par exemple. Je n’ai pas lu Otaku Otaku, mais je pense que la qualité, au vue des couvertures, est assez identiques. En tout cas, une première œuvre de l’auteur (il a sûrement été assistant avant, mais j’ignore sur quels projets), il y a beaucoup de potentiel !


Malgré tout ses histoires courtes, sans réels liens entre eux pour le moment, je reste très curieuse concernant l’histoire de notre protagoniste. Pourquoi a t-il arrêté d’être Yakuza ? Cette question là est facile, il suffit de lire… Mais j’aimerais savoir le comment ? Car c’est un milieu dont on ne sort pas si facilement (rien qu’en regardant des séries on s’en rend bien compte), comment a t-il réussi à quitter ce milieu sans soucis ? J’espère que ça sera expliqué au cours d’un prochain tome, avec ou sans humour.

Le manga est tellement populaire, que la série a été adapté en anime (disponible sur Netflix) ainsi qu’en Drama (nom pour les séries asiatiques). Pour le moment, la série n’est pas encore disponible en France, mais au vue de son succès, il n’est pas impossible qu’elle arrive également sur Netflix comme tant d’autres Drama. Vous pouvez ainsi découvrir ce titre sous trois formats différents ! Ce qui reste assez rare dans le domaine du manga, ou souvent seul l’anime ou le drama est réalisé.


En bref, il s’agit d’une série comique autour d’un yakuza qui a décidé de ce ranger, mais dont l’apparence ne laisse pas entendre la même choses aux divers inconnus qui croisent sa route. Une série sympathique et sans prise de tête, pouvant être découverte sous d’autres formats.


Ma Note : 8/10

Note : 8 sur 10.

Chronique du tome suivant :

Plus de Chroniques Kana :