Peleliu – Tome 3

# Guernica of Paradise


Les troupes du général Macarthur ont pris pieds sur l’île de Peleliu, et son infanterie y fait des ravages. Le soldat japonais Tamaru et ses camarades tentent toujours de survivre à ce conflit qu’ils savent perdu d’avance, chacun à sa manière. Motivés au rythme des messages de félicitations de l’Empereur du Japon, chacun tente de trouver encore un sens au combat du lendemain. Mais la recherche de nourriture et d’eau devient vite le sujet principal de préoccupation… et un risque également pour des soldats ainsi forcés de se mettre à découvert. Dans les deux camps, la guerre bascule peu à peu dans l’horreur, poussant les uns comme les autres dans une folie barbare faite de sacrifices et de culpabilité.

Un document – vérité sur le terrible quotidien d’une jeunesse détruite par la guerre.


On continue la série Peleliu qui s’enfonce de plus en plus dans les côtés les plus sombres de la seconde guerre mondiale, d’un point de vue du Pacifique. Et oui, ne vous fiez pas à la couverture de ce tome, car une fois que vous l’aurez lu, celle-ci n’aura plus du tout la même signification…


Les cerisiers, symbole emblématique du Japon et sûrement l’une des raisons pour laquelle on aime un peu ce pays. Symbole de renaissance mais également du côté éphémère de la vie, au Japon elle annonce également le début d’une nouvelle année scolaire (car oui là-bas la rentrée n’est pas en fin d’année, mais au début !). Mettre ce symbole en couverture annonce un tournant important dans l’aventure de nos personnages.

On aurait pu dire qu’avec les films de guerre et les deux premiers tomes de la série, le tour des horreurs de la guerre serait terminé, mais ce n’est pas le cas, bien au contraire. Dans ce tome, l’élément qui pour moi a été le plus important c’est l’hygiène (sujet déjà abordé dans des œuvres relatant la première guerre mondiale, avec les tranchées). En effet, désormais la plupart des soldats japonais restent cachés, avec peu d’eau, et la pluie ne semble pas vouloir pointer le bout de son nez. Ajoutez à cela, le manque de nourriture et vous obtiendrez des soldats mourant à petit feu…


Malgré toute l’horreur de cette guerre, on ne peut que saluer la détermination et le dévouement des soldats japonais, qui résistaient alors dans des conditions extrêmes, et en sachant pertinemment le résultat de leur combat. Le soldat le plus connu pour cette dévotion est Hirō Onoda, qui continua la guerre et ne se rendra que 30 ans après que celle-ci est pris fin ! J’ignore si ce soldat sera évoqué au cours de la série, mais je trouve ce fait très intéressant.

Chose intéressante que je viens de remarquer (oui au bout de 3 tomes), à la fin de chaque tome, il y a une liste bibliographique des documents utilisés afin de faire la série. De quoi donner des idées aux quelques curieux qui souhaiteraient lire ses différents documents à titre de culture générale ou curiosité, même si j’ignore comment on peut les obtenir…

Image issus du Tome 1

En bref, je continue d’apprécier cette série, mais avec tout ce qu’il se passe dans ce nouveau tome, je suis également très curieuse de voir ce que nous réserve encore l’auteur dans les prochains tomes.

HA T3

Ma Note : 8.85 /10

Note : 8.5 sur 10.

¤ Graphismes : 1.65 / 2              ¤ Historique : 1.45 / 2

¤ Personnages : 2 / 2                ¤ Scénario : 1.75 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 2 / 2


Chroniques des tomes suivants et précédents :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s