Artelier Collection – Tome 2


Avant de quitter le royaume de Clothe, Kiriku accepte de loger chez Makumo pour la nuit…

L’occasion pour lui de découvrir les vêtements de la ligne Mac-mode ! Ayant eu un aperçu des « talents » de son compagnon, il ne peut s’empêcher de l’interroger : pourquoi Makumo rêve-t-il tant de devenir tailleur ?

Notre jeune Masterpiece décide alors de lui raconter l’événement qui a changé sa vie : sa rencontre avec Ash, tailleur itinérant, alors qu’il n’était encore qu’un petit orphelin du pays de Dials…


Le second tome démarre durant la fête des 100 ans du royaume de Clothe (« vêtement » en anglais), on retrouve alors Makumo après qu’il ait aidé son amie à retrouver le moral. A l’occasion de l’anniversaire, un grand défilé à lieu, et l’amie de Makumo, Satin défilera pour la première fois ! Comme toujours, tout ne se passera pas comme prévu, et un grand incendie se déclenche dans la salle de défilée et les victimes ne peuvent pas sortir, Makumo arrivera t-il à les faire sortir ?


La véritable intrigue commence enfin avec ce second volume, l’apparition d’un, ou plutôt une vilaine, permet de guider la suite de l’aventure. Le pyromane quant à lui, ne semble être qu’un pion de celle-ci, mais est-elle seule ou s’agit-il d’une organisation ? Kiriku confirme l’organisation, qui serait à l’origine de nombreux morts à travers tout l’univers d’Artelier Collection…

Qui est Kiriku ? Il apparaît comme l’un des personnages principaux de la série (et il n’a aucun rapport avec celui avec Karaba, il est sur la couverture), et est un masterpiece pâtissier ! Si je devais décrire son caractère, je dirais qu’il est malin et assez solitaire à cause de son passé, ce qu’il dégage et ses réflexions font que je le trouve proche de Khun dans Tower of God, car tout comme lui, il est également difficile à cerner. Pour sa première apparition, il démarre par le passage de touriste, puis fini par « aider » Makumo à sauver les prisonniers de la salle de défilés. Du genre flegmatique, c’est avec classe qu’il fait son apparition dans la salle et éteint le feu rapidement.


L’un des défauts dont je me devais de parler ici, ce sont les dessins, je n’ai pas vraiment eu quelque chose à dire sur le premier tome, mais ici ça me semble plus flagrant alors j’en parle. Quelques erreurs de proportions sont parfois présentes dans les plans proches (où l’on voit pas le personnage en entier), par exemple une tête légèrement plus grosse qu’elle ne devrait… Et qui contrairement au passage comiques et qui offre donc la possibilité de déformer un peu le corps des personnages, ce genre de passage ne s’y prête pas vraiment (raison pour laquelle c’est flagrant)… Pour les décors, par contre, je n’ai rien à dire dessus…

Encore une fois le tome se termine avec une histoire courte, inédite centré sur l’un des personnages de la série principale, sans pour autant qu’elle soit en lien avec elle. Cette fois-ci c’est Kiriku qui est mis à l’honneur, en tant qu’agent secret (un peu à la 007). On a également droit à quelques histoires courtes où Makumo essai d’être un apprenti dans d’autres filières, comme la cuisine chinoise, la confection de pâtes (ou pasta) et enfin l’architecture (tous des échecs évidemment).


En bref, l’intrigue et le passé des différents personnages principaux commence à pointer le bout de leur nez, mettant enfin un peu plus de sérieux à la série.


Ma Note : 7 /10

Note : 7 sur 10.

¤ Graphismes : 1.25 / 2              ¤ Originalité : 1.25 / 2

¤ Personnages : 1.75 / 2                ¤ Scénario : 1.5 / 2

¤ Émotions (Suspense, Humour, etc) : 1.25 / 2


Chroniques des tomes suivant et précédent de la série :

Artelier Collection T1 Artelier Collection T3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s